Union d'assemblées protestantes en mission

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Union d’assemblées protestantes en mission (UAPM) est une dénomination chrétienne évangélique charismatique en France. Elle compte 24 églises. L'UAPM a son siège à Saint-Dié dans les Vosges. Son président est le pasteur Serge Herrbrech.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette union d’églises a été créée en 1990 par Vincent Esterman, un français domicilié jusqu'en 1986 à Sydney, en Australie, où il était membre d'une église « Christian Life Center »[1]. Ordonné pasteur évangélique dès 1977, et passionné par l'histoire et les religions - qu'il a d'ailleurs étudiées dans sa jeunesse, il fonde lors de sa venue en France une église proche, dans sa structure et ses buts, du Christian Life Center.

En 1988 naît le premier centre de Vie chrétienne, à Évry, dans l'Essonne, enregistrée sous la forme d'une association culturelle régie par la loi de 1901. Bientôt, au début des années 90, les « centres Vie chrétienne » se multiplient, notamment grâce aux efforts du pasteur Vincent Esterman.

L’association, initialement créée dans le but d’envisager l’implantation d’églises contemporaines, est devenue une fédération regroupant des églises qui commençaient à croître et qui souhaitaient une identité commune.

Ayant été acceptée comme membre en probation de la Fédération protestante de France le 29 novembre 2003, l’UAPM est devenue membre définitif le .

Depuis plusieurs années, l'UAPM partage des liens spirituels, ministériels et d'entraide avec une autre union d'églises, Réhoboth, surtout présente au Congo-Brazzaville, dont le leader est le pasteur Germain Ndéké, et dont l'église-mère est située à Pointe-Noire.

L'UAPM compte 24 églises en France [2].

Croyances et pratiques[modifier | modifier le code]

Les églises UAPM sont dites protestantes, faisant partie de l’héritage de la Réforme, évangéliques, mettant l’accent sur une profession de foi personnelle, charismatique, estimant que la dimension du Saint-Esprit vécue le jour de la Pentecôte est toujours actuelle et contemporaine[3]. Elles prônent un retour à la Bible et notamment à l'Évangile, indépendamment du Pape.

Controverses et polémiques[modifier | modifier le code]

Vie chrétienne en France a été listée comme secte dans le rapport n°2468 de établi par la Commission parlementaire, et a figuré parmi les groupes ayant entre 500 et 2 000 adeptes. Son type dominant étant « évangélique », et son type associé « guérisseur ». La liste de sectes de ce rapport a toutefois, été officiellement déclarée obsolète et a été abandonnée.

La Fédération protestante de France (FPF) - à laquelle le groupe a demandé par courrier d'adhérer dès et avec laquelle un dialogue s'est instauré dès - s'est d'abord montrée méfiante vis-à-vis de celui-ci, craignant qu'il ne cherche à adhérer uniquement pour se mettre à l'abri des critiques. Néanmoins, une fois ses doutes dissipés, la FPF a exprimé un avis contraire à la Commission parlementaire, affirmant que Vie chrétienne en France a été mis à l'index à tort dans le rapport.

Depuis 2005, la fédération UAPM est membre de la Fédération protestante de France et n'est donc plus considérée comme une secte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Kay, Anne Dyer, European Pentecostalism, BRILL, UK, 2011, p. 140
  2. CNEF, Union d’Assemblées Protestantes en Mission - Statistiques, eglises.org, France, consulté le 12 juin 2019
  3. Présentation succincte de l'Union d'Assemblées Protestantes en Mission

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Esterman, Les Secrets pour de belles conversions, éditions Acce,
  • Vincent Esterman, Conversions miraculeuses, éditions Foi et victoire, , 137 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]