Tunnel de la Traversette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un tunnel image illustrant les Hautes-Alpes image illustrant le Piémont
Cet article est une ébauche concernant un tunnel, les Hautes-Alpes et le Piémont.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tunnel de la Traversette
Entrée du tunnel côté italien
Entrée du tunnel côté italien

Nom officiel Pertuis du Viso
Géographie
Pays Drapeau de la France France - Drapeau de l'Italie Italie
Altitude entre 2 900 et 2 915 mètres
Coordonnées 44° 42′ 44″ Nord 7° 03′ 59″ Est / 44.712098, 7.066374
Exploitation
Mode de transport muletier, piéton
Construction
Début des travaux 1479
Ouverture à la circulation 1480

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Tunnel de la Traversette

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tunnel de la Traversette

Géolocalisation sur la carte : Piémont

(Voir situation sur carte : Piémont)
Tunnel de la Traversette

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

(Voir situation sur carte : Hautes-Alpes)
Tunnel de la Traversette
L'argument pays(valeur <nowiki>Drapeau de la France France - Drapeau de l'Italie Italie</nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé

Le tunnel de la Traversette ou pertuis du Viso (en italien, Buco di Viso, en piémontais Përtus dël Viso) est un tunnel à la frontière franco-italienne. Creusé à la fin du XVe siècle, il est considéré comme la première percée alpine.

Situation[modifier | modifier le code]

Le tunnel de la Traversette est situé sous le col du même nom, à la limite des communes de Ristolas, dans les Hautes-Alpes en France et de Crissolo, dans la province de Cuneo en Italie. D'une longueur d'environ 75 mètres, la galerie en pente vers le côté piémontais s'étage entre 2 900 et 2 915 m d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est creusé entre juin 1479 et novembre 1480, à l'initiative de Ludovic II, marquis de Saluces, pour relier la Provence et le Dauphiné à son marquisat, et en particulier sécuriser la route du sel, extrait des salines de l'étang de Berre. Ce projet, présenté au Parlement de Grenoble, reçoit l'aide du roi de France, Louis XI, du marquis de Montferrat et du seigneur de Provence. Il est dimensionné de manière à permettre le passage d'un mulet bâté et d'un homme courbé. L'emprunter permet d'éviter de franchir le col de la Traversette, à 2 947 mètres d'altitude.

Sur le plan économique, il permet de réduire de trois jours le trajet de Grenoble à Saluces, en évitant le duché de Savoie qui contrôle alors le col du Mont-Cenis, ce qui favorise le commerce. Les caravanes reliant la Provence à Turin gagnent jusqu'à trois semaines par rapport à l'itinéraire sud qui emprunte le col de Montgenèvre[réf. souhaitée].

Fermé au XVIe siècle par les troupes du duc de Savoie, rouvert puis fermé à plusieurs reprises, il est redécouvert au début du XXe siècle. Rouvert en 1907, le tunnel est toujours praticable de nos jours.

Réouverture du tunnel en 1907.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]