Évérolimus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Évérolimus
Image illustrative de l’article Évérolimus
Identification
DCI évérolimus
No ECHA 100.149.896
Code ATC L04AA18
PubChem 6442177
Propriétés chimiques
Formule brute C53H83NO14  [Isomères]
Masse molaire[1] 958,2244 ± 0,0526 g/mol
C 66,43 %, H 8,73 %, N 1,46 %, O 23,38 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'évérolimus est un inhibiteur du système mTOR, un médicament immunosuppresseur dérivé de la rapamycine (sirolimus) utilisé également comme agent antitumoral en oncologie et en neurologie.

évérolimus
Noms commerciaux
  • Afinitor (Belgique, Canada, France, Suisse)
  • Certican (Belgique, France, Suisse)
  • Votubia (France, Suisse)
  • Zortress (États-Unis)
Laboratoire Novartis
Forme comprimés, secs ou dispersibles, à 0,1, 0,25, 0,75, 2,5, 3, 5 et 10 mg
Administration per os
Classe ATC code L04AA18
Identification
DCI 7863Voir et modifier les données sur Wikidata
No CAS 159351-69-6Voir et modifier les données sur Wikidata
No ECHA 100.149.896
Code ATC L01XE10 et L04AA18
DrugBank 01590Voir et modifier les données sur Wikidata

Synthèse[modifier | modifier le code]

L'évérolimus est synthétisé à partir de 40-O-(2-hydroxy)éthyl-rapamycine et 2,6-di-tert-butyl-méthylphénol (BHT) ; le brevet, déposé par les laboratoires Novartis, de Bâle, est approuvé en mars ou [2].

Pharmacologie[modifier | modifier le code]

L'évérolimus est un inhibiteur du système mTOR — de l'anglais : mammalian target of rapamycin — biodisponible par voie orale[3], initialement étudié contre le rejet des greffes cardiaques[4] et rénales[5].

Indications[modifier | modifier le code]

En 2004 une procédure européenne de reconnaissance mutuelle, la Suède étant l'État membre de référence, permet d'obtenir l'autorisation de mise sur le marché du Certican « Pour la prévention du rejet d'organe chez les patients adultes présentant un risque immunologique faible à modéré recevant une allogreffe rénale ou cardiaque[6]. »

Étudié depuis le début des années 2000 pour l'enrobage de stents[7], réduisant ainsi notablement leur resténose, le dispositif médical, conçu en collaboration entre Novartis, pour le principe actif, et initialement Guidant, racheté par Boston Scientific, et Abbott pour le matériel médical, est agréé en Europe depuis 2006[réf. souhaitée], et aux États-Unis par la FDA depuis [8].

L'évérolimus, disponible depuis 2009 pour les patients en échec d'une première ligne de traitement par thérapie ciblée aux États-Unis[9] et en Europe[10], est issu de la même famille de molécules ciblant la voie mTOR. L'essai Record-1, présenté en 2008 au congrès de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), a montré une supériorité — en termes de survie sans progression — de l'évérolimus versus placebo, pour les patients dont le carcinome à cellules rénales évoluait malgré un traitement initial par sunitinib, bevacizumab ou autre[11].

L'évérolimus, commercialisé dans l'Union européenne sous le nom « Afinitor », est indiqué dans le traitement des tumeurs neuroendocriniennes lorsqu'elles sont situées dans le pancréas, voire métastasées[10],[12].

L'évérolimus, utilisé dans cette indication en association avec l'exémestane après l'échec des inhibiteurs de l'aromatase non stéroïdiens, est indiqué dans le traitement du cancer du sein avancé (qui a commencé à se propager) à récepteurs hormonaux positifs[10].

En 2013 en Europe l'évérolimus obtient une extension d'indication, sous le nom de spécialité Votubia des laboratoires Novartis, pour réduire le volume des angiomyolipomes rénaux associés à une sclérose tubéreuse de Bourneville (STB), « dans la prise en charge des patients qui ne nécessitent pas d'intervention chirurgicale immédiate (néphrectomie ou embolisation) »[13] et aussi pour maîtriser le volume des astrocytomes subépendymaires à cellules géantes (SEGA) qui se développent dans un tableau de STB[14],[15],[16]. Utilisé pour ces maladies rares, Votubia est classé parmi les médicaments orphelins[15].

Contre-indications[modifier | modifier le code]

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Un avis de la Commission de Transparence reprend en français en décembre 2004 dans un tableau tous les effets indésirables issus des études cliniques[17].

Par convention, les groupes de fréquence sont :

  • très fréquent : ≥110 ;
  • fréquent : ≥1100 à <110 ;
  • occasionnel : ≥11000 à <1100 ;
  • rare : ≥110000 à <11000 ;
  • très rare : <110000 ;
  • fréquence inconnue : ne peut être estimée sur la base des données disponibles.

Systèmes et classes d'organes sont établis selon la classification MedDRA.

Appareil Incidence Effet indésirable
Infections et infestations Fréquent Infections virales, bactériennes et fongiques, septicémies
Troubles de la circulation sanguine et lymphatique Très fréquent Leucopénie
Fréquent Thrombocytopénie, anémie, troubles de la coagulation, purpura thrombotique thrombocytopénique / syndrome hémolytique et urémique
Troubles du métabolisme et de la nutrition Très fréquent Hypercholestérolémie, hyperlipidémie
Fréquent Hypertriglycéridémie
Troubles vasculaires Fréquent Hypertension, lymphocèle, accident thrombo-embolique veineux
Troubles respiratoires thoraciques et médiastinaux Fréquent Pneumonie
Troubles gastro-intestinaux Fréquent Douleur abdominale, diarrhée, nausée, vomissements
Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés Fréquent Acné, cicatrisation post-opératoire anormale
Troubles rénaux et urinaires Fréquent Infection de l'appareil urinaire
Troubles généraux Fréquent Œdème, douleur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Brevet US 7741338
  3. (en) O'Donnell A, Faivre S, Burris HA 3rd, Rea D, Judson I et al., « Phase I pharmacokinetic and pharmacodynamic study of the oral mammalian target of rapamycin inhibitor everolimus in patients with advanced solid tumors », J Clin Oncol, vol. 26, no 10,‎ , p. 1588-95. (PMID 18332470, DOI 10.1200/JCO.2007.14.0988, lire en ligne [html]) modifier
  4. (en) Howard J Eisen, Tuzcu EM, Dorent R, Bernhardt P et al.; RAD B253 Study Group, « Everolimus for the prevention of allograft rejection and vasculopathy in cardiac-transplant recipients », N Engl J Med, vol. 349, no 9,‎ , p. 847-58. (PMID 12944570, DOI 10.1056/NEJMoa022171, lire en ligne [html]) modifier
  5. (en) Vítko S, Margreiter R, Weimar W, Dantal J et al.; RAD B201 Study Group, « Everolimus (Certican) 12-month safety and efficacy versus mycophenolate mofetil in de novo renal transplant recipients », Transplantation, vol. 78, no 10,‎ , p. 1532-40. (PMID 15599319) modifier
  6. afssaps, Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, « Rapport public d'évaluation : certican comprimé 0,25, 0,5, 0,75, 1,0 mg ; comprimé dispersible, 0,25 et 0,1 mg » [PDF], sur ansm.sante.fr, (consulté le 14 avril 2015)
  7. (en) Grube E, Sonoda S, Ikeno F, Honda Y, Kar S, Chan C, Gerckens U, Lansky AJ, Fitzgerald PJ, « Six- and twelve-month results from first human experience using everolimus-eluting stents with bioabsorbable polymer », Circulation, vol. 109, no 18,‎ , p. 2168-71. (PMID 15113533, DOI 10.1161/01.CIR.0000128850.84227.FD, lire en ligne [html]) modifier
  8. (en) « xience V Everolimus Eluting Coronary Stent on the Over-the-Wire (OTW) or Rapid Exchange (RX) Stent Delivery Systems - P070015 : Approval Letter » [PDF], sur www.accessdata.fda.gov, (consulté le 11 avril 2015)
  9. (en) « FDA Approval for Everolimus », sur www.cancer.gov, (consulté le 11 avril 2015)
  10. a b et c « Résumé EPAR à l'intention du public : Afinitor, évérolimus » [PDF], sur www.ema.europa.eu, (consulté le 11 avril 2015)
  11. (en) Motzer RJ, Escudier B, Oudard S, Ravaud A et al. Record-1 Study Group. et al., « Efficacy of everolimus in advanced renal cell carcinoma: a double-blind, randomised, placebo-controlled phase III trial », Lancet, vol. 372, no 9637,‎ , p. 449-56. (PMID 18653228, DOI 10.1016/S0140-6736(08)61039-9) modifier
  12. http://www.santenews.net/index.php/187-cancer-du-pancreas-afinitor-de-novartis-autorise-pour-la-commercialisation
  13. HAS - Direction de l'Évaluation Médicale, Économique et de Santé Publique, « Avis 2 annule et remplace : Commission de Transparence : Avis 20 mars 2013 : Votubia 2,5 mg, comprimé ; Votubia 5 mg, comprimé » [PDF], sur www.has-sante.fr, (consulté le 13 avril 2015)
  14. (en) Krueger DA, Care MM, Holland K et al. « Everolimus for subependymal giant-cell astrocytomas in tuberous sclerosis » N Engl J Med. 2010;363:1801-1811.
  15. a et b European Medicines Agency, « Résumé epar à l'intention du public : Votubia évérolimus » [PDF], sur www.ema.europa.eu, (consulté le 14 avril 2015)
  16. N Desse, J Rakotoarivelo, G Pech-Gourg, A Paz-Paredes, D Scavarda, « Astrocytomes subépendymaires à cellules géantes et sclérose tubéreuse de Bourneville : exérèse ou évérolimus ? » Neurochirurgie 2014;60(6):338-339. DOI:10.1016/j.neuchi.2014.10.048
  17. « Avis de la Commission : certican 0,10 mg - 0,25 mg, comprimé dispersible B/60 ; certican 0,25 mg - 0,50 mg - 0,75 mg, comprimé B/60 » [PDF], sur www.has-sante.fr, (consulté le 14 avril 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]