Tsundere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemple typique d'une personnage tsundere

Tsundere (ツンデレ?) est un terme japonais utilisé pour définir une personnalité qui est au premier abord, distante, hautaine, voire pimbêche, puis qui devient affectueuse et tendre par la suite.

Tsundere est une combinaison de deux mots, tsuntsun (ツンツン?) et deredere (デレデレ?), qui veulent respectivement dire « distant, morose, mordant[1] » et « amoureux, ramolli[2] ». Tsundere est un antonyme de yandere qui est une personne au départ douce puis qui devient agressive. Tsunderekko (ツンデレっ娘?) est le nom dérivé, et qualifie une fille possédant une personnalité tsundere, comme pour meganekko avec les filles qui portent des lunettes.

Le personnage archétype tsundere apparaît dans l'histoire dans sa phase tsuntsun comme quelqu'un de violent et déplaisant. Tandis que l'histoire progresse, le personnage, parfois soudainement, entre dans sa phase deredere, et devient plus conciliant et aimant. Bien que les tsunderekko ne soient pas exclusives à la culture Japonaise, le terme tsundere a été créé face au besoin de décrire les nombreuses tsunderekko que l'on peut trouver dans les jeux et les animes harem. Comme pour nekomimi, tsundere est considéré comme un personnage inspirant le moe.

Le terme est plus souvent utilisé en occident par la communauté de fan d'anime et commence à se répandre ailleurs.[réf. nécessaire] L'équivalent masculin pourrait être le bishōnen qui apparait froid et distant avant de devenir bienveillant et loyal. Ce type de personnage semble bien plus populaire parmi les femmes que les tsunderekko parmi les hommes[3].

La personnalité tsundere est devenue suffisamment populaire au Japon pour qu'on y consacre un café où les serveuses sont des tsunderekko[4].

La Seiyū Rie Kugimiya, surnommée « la reine des tsundere » car en ayant doublé un nombre important dans des animes connus tels Taiga Aisaka de Toradora!, Shana de Shakugan no Shana ou Louise Françoise Le Blanc de la Vallière dans Zero no tsukaima, est l’interprète la plus connue de ces personnages[5],[6]

Exemples[modifier | modifier le code]

La première tsundere était Lum de Urusei yatsura[7]. Naru Narusegawa de la série Love Hina présente elle aussi toutes les caractéristiques d'une tsundere, agissant souvent violemment envers Keitarō Urashima bien qu'ayant des sentiments amoureux à son égard qu'elle n'arrive pas à lui avouer[8].

De nos jours, le personnage Rin Tōsaka du jeu Fate/stay night est devenue une tsundere bien connue.[réf. nécessaire] Rin est tout d'abord perçue comme une fille sérieuse, qui avec son Servant Archer compte bien gagner la cinquième Guerre pour le Saint Graal par pure compétition. Cependant, après être devenue partenaire avec Shirō Emiya, elle commence à perdre son attitude dure et développe des sentiments pour lui.

Il y a d'autres récentes tsunderekko comme :

Il existe aussi des hommes Tsundere comme Ataru Moroboshi de Urusei yatsura qui possède une attitude Tsundere avec Lum, il paraît d'abord ne pas aimer Lum et est distant avec elle, mais il l'aime et dès qu'elle tourne le dos ou commence à devenir distante il revient vers elle.

Midorima Shintarou de Kuroko's Basket et Kamijō Hiroki de Junjō Romantica sont aussi des exemples parfaits de personnage masculin Tsundere.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « つんつん », sur JMdictDB.
  2. « でれでれ », sur JMdictDB.
  3. Équivalent de cette différence de popularité, avec des personnes réelles : « Séduction : les types joyeux bons derniers », sur InsoliScience,‎ .
  4. Axel Terizaki, « Tsundere Cafés », sur Meido-Rando,‎ .
  5. (ja) « 声優アワード:「ツンデレの女王」釘宮理恵さんが主演女優賞に 神谷浩史さん二冠達成 - traduction: Seiyu Award: "Tsundere Queen" Rei Kugimiya Gets Starring Actress Award, Hiroshi Kamiya Also Awarded », Mainichi Shimbun,‎ (consulté le 12 mai 2015)
  6. (ja) « ツンデレカルタ:「私の気持ちも知らないで...」"女王"釘宮理恵が読み手 緊急発売へ - Traduction: Tsundere Card Game: 'Please Don't Understand My Feelings' "Queen" Rie Kugimiya as the Reader to be Sold Soon », Mainichi Shimbun,‎ (consulté le 12 mai 2015)
  7. (en) Patrick W. Galbraith, The Otaku Encyclopedia: An Insider's Guide to the Subculture of Cool Japan, Kodansha International,‎ (ISBN 978-4-7700-3101-3), p. 44 :

    « Lum-chan is the source of moe, the queen. She's the first tsundere character. »

  8. Richard Eisenbeis, « How to Identify Popular Japanese Character Types », Kotaku.com,‎ (consulté le 12 mai 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]