Tropico 4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tropico 4
Image illustrative de l'article Tropico 4

Éditeur Kalypso Media
FX Interactive (Italie & Espagne)
Feral Interactive (Mac OS X)[1]
Développeur Haemimont Games
Feral Interactive (Mac OS X)
Distributeur Kalypso Media
FX Interactive (Italie & Espagne)

Date de sortie Microsoft Windows
Modèle:Vgrelease newXbox 360
Modèle:Vgrelease new
Version 1.03
Genre Jeu de gestion
Mode de jeu Campagne, Solo
Plate-forme Microsoft Windows, Xbox 360, Mac OS X
Média Disque optique, Téléchargement

Évaluation ESRB : T ?
PEGI : 16 ?
Violence
Moteur HGE2[2]

Tropico 4 est un jeu de gestion développé par Haemimont Games et édité/publié par Kalypso Media. Le concept du jeu est de gérer une république bananière installée sur une île des Caraïbes pendant la Guerre froide, en incarnant soit un avatar d'une figure emblématique de l'époque (Fidel Castro, Augusto Pinochet, Che Guevara …), soit en créant son propre dictateur. Le jeu est sorti sur PC et Xbox 360 en septembre 2011.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que Tropico soit un archipel absolument fictif, il est empreint de plusieurs caractéristiques en faisant un régime plausible et sous certains aspects proche de la réalité de certaines îles des Caraïbes :

  • Tropico est une république bananière, typique d'un état insulaire sous les tropiques, avec son lot de corruption et d'autoritarisme.
  • Les revenus sont essentiellement tirés du secteur primaire (exploitation de ressources naturelles) éventuellement associées à un secteur secondaire (industries de transformation) basiques, et au tourisme.
  • Les profits sont générés par la vente de ces éléments sous une forte demande, entraînant des marges suffisamment élevées pour que la recherche de profit ne passe pas par une élévation technologique. La demande est générée par la rareté des ressources et le mode de vente (exportation) rendant l'approvisionnement chaotique, propice à une élévation supplémentaire des prix.
  • Tropico est au centre des tensions internationales en pleine Guerre Froide, opposant les 2 blocs classiques (menés par les super-puissances États-Unis et URSS), mais aussi dans une moindre mesure (nouveauté de Tropico 4) la Chine, l'Europe et le Moyen-Orient.
  • Le jeu politique consistant à une utiliser un bloc pour faire pression sur l'autre rappelle la crise des missiles de 1962. La non-satisfaction d'un bloc entraîne son invasion de l'île. Évidemment, une alliance avec une des deux superpuissances qui se concrétise par la construction d'une base militaire sur l'île, protège de l'invasion ennemie.

Univers[modifier | modifier le code]

Tropico 4 renoue avec l'univers du 3e opus.

Le joueur étant invité à incarner ou à créer un dictateur de République bananière. Il est accompagné de tout ce qui caractérise un gouvernement autoritaire parfaitement assumé, notamment un contrôle absolu sur les médias. Juanito, l'animateur radio du 3e opus présumé mort, est remplacé par votre dévoué conseiller-admirateur Penultimo avec Sunny Flowers, une écologiste, aux manettes de la radio insulaire TNT (Tropico News Today), où le mot d'ordre est l'humour.

Le cynisme et l'humour noir sont la marque de fabrique de la série, avec en conséquence une classification "Mature" par l'ESRB. Le premier opus disposait aussi du logo "Langage grossier" qui a depuis disparu (mais que vous retrouverez si vous commandez Tropico Reloaded, contenant Tropico 1, 2 et 3).

TNT inspire à l'humour en présentant de courts conflits d’intérêts sur un ton décalé, ainsi que des réactions sur vos décisions politiques toujours abordées avec humour (précisons que Penultimo vous défendra toujours, arguments désespérés à l'appui).

Sunny Flowers, activiste en faveur de l'écologie, propose un contrepoids (léger) aux paroles de Penultimo. Elle émet parfois quelques doutes sur le bien-fondé d'une situation ou de certaines actions, ce à quoi Penultimo s'empresse de répondre en justifiant l'ensemble de manière désastreuse mais engagée.

Tropico 4 renforce cette critique du pouvoir absolu par l'humour en illustrant les écrans de chargement de citations d'hommes célèbres (majoritairement des politiciens) sur la politique[3] ainsi que des dictateurs passés.

Modes de jeu[modifier | modifier le code]

Campagne[modifier | modifier le code]

La campagne de Tropico 4 prend la suite des évènements de Tropico 3: Absolute Power.[réf. souhaitée] Elle comprend 20 missions qui se distinguent en 3 phases :

  • Montée au pouvoir : El Presidente arrive sur sa nouvelle île, où il commence son projet de construction d'une nation idéale pour son peuple. Pour ce faire, il organise l'économie, la basant principalement sur l'agriculture (culture du tabac, du sucre et du café), puis sur l'industrie en lien avec ces cultures (usines de cigares, distillerie de rhum…). Cependant, il est évincé du pouvoir quand il fut condamné par les Nations unies d'avoir fait assassiné le président des États-unis d'Amérique ( parodie de l'assassinat du président Kennedy). Il est donc forcé de fuir son pays, et d'aller s'installer dans d'autres îles de l'archipel.
  • La Revanche : Forcé de prendre une nouvelle identité et de fuir sa république, El Presidente entame son plan de vengeance en établissant une base à Isla Oscura. À partir de cette dernière, il cible plusieurs conspirateurs, dont Keith Preston, le Président de Fruitas (parodie de la United Fruit Company), le révolutionnaire Marco Moreno (une autre parodie, de Che Guevara cette fois-ci), l'Inspecteur Brunhilde Von Hoof de l'ONU et le Generalissimo Santana (votre parrain au début du jeu !). Après les avoir éliminés, il apprend la vérité et décide de retourner sur son île.
  • Le Retour d'El Presidente : Après être revenu, il retrouve son île encore plus pauvre qu'avant sa prise du pouvoir initiale, et se doit de la reconstruire. Cependant, la Perestroika affaiblit l'URSS et Tropico offre son assistance en échange de la vérité concernant l'assassinat. El Presidente découvre alors le responsable, le sénateur US Nick Richards (parodie de Richard Nixon). Après son assassinat, El Presidente met la touche finale à son île.

Missions[modifier | modifier le code]

Le jeu propose 20 missions, avec des objectifs particuliers divers, comme avoir un certain nombre d'argent, la popularité, la satisfaction globale, la construction d'un ou de plusieurs bâtiments particuliers, etc.

Jouabilité[modifier | modifier le code]

Objectif[modifier | modifier le code]

Durant le mode campagne, le mandat du Presidente est défini par plusieurs objectifs et missions à atteindre.

En mode jeu libre, le but est principalement de survivre, la période définie varie, de 10 à 50 ans, le jeu commençant toujours en 1950. Le résultat est sous une forme de scoring, basé sur la bonne tenue de l'île ainsi que sur le compte en banque suisse du Presidente, qui peut être enrichit avec des manœuvres boursières et les recettes du mausolée. Il s'agit de survivre car il existe plusieurs façons pour que la partie se termine :

  • Élections perdues : des élections sont organisées dans l'île tous les 5 ans, où le Presidente remet son mandat en jeu face à un candidat, il prononce un discours en faisant des promesses. Il est néanmoins possible de truquer le scrutin avec le bourrage d'urne voir même avec la loi martiale de ne pas tenir d'élections. Cependant, avec la difficulté "Élections libres", l'ONU veille sur l'île et régule le scrutin, qui ne peut alors ni être annulé ni être truqué.
  • Invasion de Tropico par l'URSS ou les USA si la diplomatie est décevante.
  • Attaque rebelle : les rebelles augmentent avec l'irrespect. Ils attaquent des bâtiments divers ainsi que le mausolée (qui peut être piégé afin qu'ils « reposent en pièces »). Une attaque est déjoué si l'armée et le Presidente les surpassent en nombre et compétence. Si le palais est détruit à cause d'une attaque réussie, la partie est finie.
  • Putsch militaire : si les militaires sont insatisfaits, il y a risque de putsch, seuelement contrebalancé par les militaires faisant partie de la faction loyaliste.
  • Émeute : si toute l'île se rebelle, c'est alors un affrontement entre les loyalistes et les opposants aux Presidente, qui détruisent le palais en cas de victoire.

Les Îles[modifier | modifier le code]

Le jeu contient 10 cartes préconstruites mais comporte aussi une option permettant de générer aléatoirement une carte. Les paramètres de génération de l'île incluent entre autres sa taille, ses dépôts de minerai et son élévation.

Avatars[modifier | modifier le code]

Après avoir choisi une île, vous devez sélectionner le personnage que vous allez incarner parmi une liste d'avatars ou bien créer le vôtre. Chaque avatar dispose de ses propres traits de caractère et de personnalité influençant le déroulement de la partie : choisir un avatar adapté à la mission ou complètement contre-indiqué peut soit vous faciliter la tâche soit pimenter le challenge. En créant votre avatar, vous pourrez choisir ses caractéristiques qui se décomposent en ces catégories :

  • Sexe
  • Habits
  • Tête
  • Chapeau
  • Coupe de cheveux
  • Accessoires
  • Moustache
  • Barbe
  • Accès au pouvoir
  • Origines et milieux sociaux
  • Traits de caractère

Les traits de caractère de votre personnage s'améliorent au fil des missions, amplifiant leurs effets.

Factions[modifier | modifier le code]

Il y a en tout 8 factions sur Tropico avec lesquelles le joueur devra garder de bonnes relations sous peine que ces dernières lui mettent des bâtons dans les roues:

  • Les Capitalistes, dirigés par Antonio Lopez, sont le cœur entreprenant de l'île, pro-américain et sauvagement opposés aux communistes, ils encouragent souvent le joueur a s'ouvrir au monde et à de nouveaux marchés. Avoir de bonnes relations avec eux vous donne un bonus dans les relations avec les États-Unis, de mauvaises relations vous donne un malus.
  • Les Communistes, dirigés par le Camarade Vasquez, se préoccupent, quant à eux, plus des conditions de vie des habitants, ils sont pro-soviétiques et donc opposés aux capitalistes. Avoir de bonnes relations avec eux vous donne un bonus dans les relations avec l'URSS, de mauvaises relations vous donne un malus.
  • Les Intellectuels, dirigés par Mademoiselle Ananas, sont plutôt progressistes et incitent le joueur à construire des lieux d'enseignements, mais également à favoriser les libertés intellectuelles, et notamment la libre expression. De bonnes relations avec eux vous offrira une université gratuite.
  • Les Religieux, dirigés par le Père Esteban, sont plus conservateurs, ils incitent le joueur à construire des lieux de culte. De bonnes relations avec eux résultera en la construction du Christ sauveur, similaire au Christ Rédempteur de Rio de Janeiro
  • Les Militaristes, dirigés par le Général Rodriguez, s'occupent de la défense de Tropico, ils informent le joueur sur la situation de l'armée et l'invite à recruter des soldats et des généraux ou à construire plus d'infrastructures pour les accueillir. De bonnes relations avec eux améliorera le moral des soldats et réduira le nombre d'attaques des rebelles.
  • Les Écologistes, dirigés par Sunny Flowers, s'attachent à préserver la beauté de Tropico et s'opposent à toute forme d'industrie, incluant l'exploitation forestière et minière. De bonnes relations avec eux vous apporteront plus de migrants et de touristes.
  • Les Nationalistes, dirigés par El Diablo, font tout pour protéger Tropico des chômeurs et des migrants, parce qu'ils[4] volent le travail des vrais Tropiquiens, et souhaitent que Tropico puisse se débrouiller sans l'aide des États-Unis et de l'URSS. De mauvaises relations avec eux risque de provoquer un coup d'état.
  • Les Loyalistes, dirigés par Penultimo, est la faction la plus loyale au Presidente, ils demandent le plus souvent de construire des bâtiments et des monuments à la gloire de leur idole ainsi que de bannir toute forme de démocratie afin d'appuyer leur autorité.Ils ne se révolteront jamais.

Relations étrangères[modifier | modifier le code]

Le joueur doit également essayer de jongler avec diplomatie envers les autres pays, chacun représenté sous la forme d'un ambassadeur. Les relations se basent sur les décisions, la réussite de certaines missions ainsi que les rapports avec les factions (communistes pour l'URSS, capitalistes pour les USA). Même si en fait, les relations peuvent se diviser en deux avec les superpuissances de la guerre froide et les autres groupes géopolitiques :

  • Drapeau des États-Unis États-Unis / Drapeau de l'URSS Union soviétique : un bonne coopération permet ainsi de meilleurs échanges, des dons financiers plus importants, et même l'autorisation d'installer une base militaire qui protégerait Tropico d'une invasion. Néanmoins, en cas de brouille, les dons sont réduits, un embargo est imposé et des canonnières patrouillent autour de l'île, si cela se prolonge, l'invasion est déclenché et provoque la fin du Presidente.
  • Europe Europe / Drapeau de la République populaire de Chine Chine / Proche-Orient : groupes mineurs qui n'envahiront pas Tropico même en cas de mauvaises relations. Mais il y a des bénéfices à tirer de bonnes relations (une aide humanitaire haute pour l'Europe, des prix de conserves élevés pour la Chine, un prix de pétrôle relevé pour le Proche-Orient…)

Interface[modifier | modifier le code]

Vue Principale[modifier | modifier le code]

Tout comme dans Tropico 3, l'interface est classique : en bas à gauche se trouve la mini-carte, surmontée des icônes permettant d'accéder au personnage d'"El Presidente", aux décrets, a votre carnet personnel. Dans la partie basse à gauche, les indicateurs classiques sont aussi présents : date, population, taux de satisfaction globale. Juste à côté se trouvent le contrôle de la vitesse du jeu (Pause + 3 vitesses). Les objectifs en cours s'empileront dans le coin en bas à gauche de l'écran, montrant l'avancement de la réalisation de l'objectif, et disparaissant à leur réussite. De même que dans Tropico 3, les évènements importants seront signalés par des messages écrits en blanc au milieu de l'écran. Ces évènements sont notamment :

  • Nombre d'immigrants à l'arrivée d'un bateau (+ nombre d'experts étrangers)
  • Bilan financier des Importation/Exportation au départ d'un bateau
  • Aides financières étrangères
  • Nouveaux rebelles
  • Attaque de rebelles
  • Morts exceptionnelles (famine)
  • Citoyen étant devenu criminel
  • Nombre de citoyens quittant l'île
  • Nombre de touristes arrivés

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Tropico 4
Média Nat. Notes
Gamekult FR 7/10[5]
IGN US 8.5/10 [6]
Jeuxvideo.com FR 16/20[7]
Compilations de notes
Metacritic US 78 %[8]
GameRankings US 79.17 %[9]

Développement[modifier | modifier le code]

Le jeu a été annoncé à la mi-août par Kalypso Media. Tropico 4 est sorti sur PC et Xbox 360 le 1er septembre 2011. Il constitue la suite indirecte de Tropico 3[10].

Démo[modifier | modifier le code]

Une version démo permet de découvrir le jeu[11]. Elle contient 4 missions du tutoriel et la 1re mission de la campagne. De plus, certains bâtiments ne sont pas disponibles à la construction.

Sortie[modifier | modifier le code]

La date de sortie définitive du jeu, prévue pour le 18 octobre 2011, a été annoncée le 6 octobre 2011 par Kalypso Media[12].

Expansion[modifier | modifier le code]

L'expansion Modern Times prolonge l'action jusqu'à 2000, intégrant une frise chronologique aux évènements ayant des effets sur le gameplay (par exemple, la guerre de Corée a pour conséquence une augmentation du prix de toutes les infrastructures militaires…), en plus de nouveaux bâtiments (près d'une soixantaine).

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.feralinteractive.com/fr/news/376/
  2. (en) « Tropico 4 Engine Information », BitBucket (consulté le 28 mars 2012)
  3. « Liste exhaustive des citations de Tropico 4 » (consulté le 21 avril 2012)
  4. Tropico 4
  5. (fr) Loup Lassinat-Foubert, « Test :Tropico 4 », sur Gamekult, .
  6. (en) Anthony Gallegos, «  Tropico 4 », sur IGN, .
  7. (fr) Dharn, « Test :Tropico 4 », sur Jeuxvideo.com, .
  8. (en) « Tropico 4 (PC) », sur Metacritic.
  9. (en) « Tropico 4 (PC) », sur GameRankings.
  10. (en) Tim Freund, « World of Tropico », Tropico3.com (consulté le 27 janvier 2012)
  11. (en) « Démo de Tropico 4 », Site Web officiel (consulté le 21 avril 2012)
  12. (en) « Annonce de la sortie de Tropico 4 », Kalypso Media (consulté le 21 avril 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]