Tristan Nitot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tristan Nitot
Tnitot.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Site web

Tristan Nitot, né le , est une personnalité française du monde des standards du Web.

Il est le fondateur de l'association Mozilla Europe en 2003. Il a quitté la fondation Mozilla en 2015 et a travaillé chez Cozy puis a rejoint Qwant en juin 2018.

Parcours[modifier | modifier le code]

Fils de Philippe Nitot et Nicole Ramond[1], Tristan Nitot est diplômé de SUPINFO et titulaire d'un mastère spécialisé Management Social des Organisations de l'ESCP Europe.

Son intérêt et sa passion pour l’informatique débute dès 1980 après un stage au Centre Mondial de l’Informatique à Paris[2]. Il y découvre les machines Unix, les réseaux informatiques, l’email et le logiciel libre et Open source.

Après avoir été manager technique dans une start-up spécialisée dans la sécurité informatique et employé chez PartnerSoft S.A à Paris, il rejoint Netscape Communications où il occupe divers postes de 1997 à 2003 en tant que responsable marketing jusqu'à la dissolution de l'entreprise par AOL.

Le 23 décembre 2003, il crée et prend la direction de Mozilla Europe, branche européenne de la fondation Mozilla, à titre bénévole. En mai 2005, il devient salarié de Mozilla Europe, où il occupe le poste de responsable marketing. Il est membre du comité consultatif qui a mené à la création de la Mozilla Corporation puis devient président de Mozilla Europe.

Tristan Nitot est nommé membre du Conseil national du numérique (CNN) pour une durée de trois ans en janvier 2013[3].

Le 3 février 2015, Tristan Nitot annonce son départ de la fondation Mozilla[4]. Il souhaite principalement se consacrer à l'écriture d'un livre dénonçant la surveillance en ligne et le "flicage" des citoyens[5].

Depuis 2015, il est membre du comité de prospective de la CNIL, comité d’experts qui contribue aux débats sur l’éthique du numérique.

Il rejoint la start-up Cozy en mars 2015 en tant que Chief Product Officer[6].

Le 3 octobre 2016, son livre surveillance:// sort aux éditions C&F. Il est consacré aux effets et aux mécanismes de la surveillance de masse sur Internet par les entreprises et les États[7].

Le 4 juin 2018, Qwant annonce l'arrivée de Tristan Nitot dans ses rangs. Il y exerce la fonction de Vice-president Advocacy[8].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • surveillance:// éditions C&F – 3 octobre 2016.
    • Dans cet ouvrage, contenant une préface d’Adrienne Charmet, l’auteur se plonge dans la thématique de la surveillance sur le web à travers 2 faces : comprendre et agir.
      • La première partie "Comprendre" vise à démontrer que le modèle du web repose sur la surveillance, en expliquant les dangers de celle-ci, les risques personnels engendrés, les rapports entre la loi et la vie privée ainsi que les mécanismes de la surveillance notamment via le piège de la gratuité sur le web.
      • La deuxième partie "Agir" propose des solutions concrètes afin de limiter la surveillance informatique au quotidien par la présentation de techniques basiques telle que le choix ou le paramétrage de son navigateur, de sa messagerie, de son smartphone, de logiciels libres, ou encore de techniques plus avancées comme le chiffrement de serveur.

Conférences[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Le journal anglais T3 comme étant l’une des personnes les plus influentes de l’informatique et d’Internet.
  • 2012 : Il est nommé “Promoteur de la société numérique 2012” dans les cadre des prix de la technologie numérique ainsi que listé comme étant l’un des “100 du numérique en France” par le magazine Usine Nouvelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lepoint.fr/biographie-invite/tristan-nitot-30-05-2011-1336651_78.php.
  2. Tristan, « Biographie de Tristan Nitot », sur standblog.org, (consulté le 26 septembre 2018)
  3. Boris Manenti, « Le nouveau Conseil national du numérique dévoilé », sur nouvelobs.com, (consulté le 18 janvier 2013)
  4. « Tristan Nitot quitte la Fondation Mozilla », sur ZDNet, (consulté en 03/02//2015)
  5. « Tristan Nitot quitte Mozilla et dénonce "le flicage" des citoyens », sur Le Point, (consulté le 3 février 2015)
  6. Tristan Nitot, « Je rejoins Cozy Cloud », sur Standblog,
  7. https://twitter.com/nitot/status/780699655684427776?lang=fr
  8. Tristan Nitot, « @nitot@framapiaf.org on Twitter », Twitter,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :