Trina (rappeuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Trina
Description de l'image Ttrina-106-park.jpg.
Informations générales
Surnom Diamond Princess, Da Baddest Bitch, Queen of the Southcite Web
Nom de naissance Katrina Laverne Taylor
Naissance (46 ans)
Miami, Floride
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeuse, compositrice
Genre musical Dirty South, rap hardcore, gangsta rap
Années actives Depuis 1998
Labels Slip-N-Slide Records, Atlantic Records (1998–2006), EMI (depuis 2006)

Trina, de son vrai nom Katrina Laverne Taylor, née le à Miami, Floride, est une rappeuse américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née d'une mère originaire des Bahamas et d'un père originaire de la République dominicaine[1], elle grandit à Liberty City[2], puis à Pembroke Isle et est diplômée de la Miami Northwestern High School.

Carrière[modifier | modifier le code]

Trina commence sa carrière musicale en apparaissant dans la chanson Nann Nigga de Trick Daddy. Le succès de ce single lui a apporte une grande popularité et un contrat avec le label Slip-N-Slide. Elle est entre autres une pionnière du Dirty South dont elle est l’une des figures. Elle est citée comme influence pour la nouvelle génération de rappeuses du genre comme les City Girls ou encore Megan Thee Stallion[3]. En 2019, la ville de Miami reconnaît la contribution culturelle de la rappeuse et l’honore avec une plaque commemorative[4].

Da Baddest Bitch et Diamond Princess[modifier | modifier le code]

Son premier album studio, Da Baddest Bitch sort en et se classe à la 33e place du Billboard 200[5], et est certifié disque d'or par la Recording Industry Association of America (RIAA) le [6]. Le premier single, intitulé Da Baddest Bitch, et le second, Pull Over, rencontrent un grand succès.

Deux ans après, son deuxième album studio intitulé Diamond Princess sort le et contient trois singles, dont No Panties co-écrit et produit par Missy Elliott qui fut son premier single sortie hors des États-Unis.

Glamorest Life[modifier | modifier le code]

Son troisième album, Glamorest Life, est sorti le et se classe à la 11e place du Billboard 200[7]. Il contient le single Here We Go, en featuring avec l'ex-chanteuse du groupe Destiny's Child, Kelly Rowland. Ce single remporte un énorme succès. Glamorest Life se vend à plus de 400 000 copies aux États-Unis.

Still da Baddest[modifier | modifier le code]

Début 2007, Trina déclare qu’elle travaille sur un nouvel album, Still da Baddest, dont la sortie est prévue pour le . Il est finalement publié le et se classe à la première place du Top R&B/Hip-Hop Albums et à la 6e du Billboard 200[8].

Toujours en 2007, on retrouve la rappeuse sur le titre et le clip de Go Girl du rappeur cubano-américain Pitbull en featuring avec Young Bo$$.

Amazin'[modifier | modifier le code]

Le cinquième album studio de Trina, Amazin', est publié le . Il se classe à la première place du Top Independent Albums et à la seconde du Top Rap Albums[9]. Le premier extrait, Million Dollar Girl, sort en et comprend un featuring de Diddy et de Keri Hilson.

The One[modifier | modifier le code]

Son sixième album sort le . L’album débute et termine à la 126e place du Billboard 200[10].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Trina a entretenu une relation avec Lil Wayne de 2005 à 2007. Dans une interview donnée le lors du Wendy Williams Show, Trina a confirmé être fiancée à Lil Wayne. En 2006, la rappeuse est tombée enceinte mais a fait une fausse couche[11]. Les chansons Single Again, Here We Go, Don't Go, So Many Memories, Way I felt et All Alone parlent toutes de sa relation avec Lil Wayne.

Elle est ensuite sortie avec le basketteur Kenyon Martin de 2007 à 2010, puis avec French Montana en 2013.

Trina a créé une fondation, la Diamond Doll Foundation, pour venir en aide aux jeunes filles en difficulté[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Exclusive Interview: Trina talks Beef, Break-ups, and Ballers! » (version du 21 octobre 2010 sur l'Internet Archive), Bitchie Life
  2. (en) « Ghetto Glorious », Miami New Times (consulté le )
  3. (en) Kristin Corry, « How Trina’s Sex Positivity Paved the Way for a Generation of Raunchy Rap », sur Vice, (consulté le )
  4. (en-US) « The City Of Miami Gives Trina Recognition », Ear Kandy Radio,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « Trina Da Baddest Bitch Awards », AllMusic (consulté le )
  6. (en) « Trina Da Baddest Bitch », RIAA (consulté le )
  7. (en) « Trina Glamorest Life Awards », AllMusic (consulté le )
  8. (en) « Trina Still da Baddest Awards », AllMusic (consulté le )
  9. (en) « Trina Amazin' Awards », AllMusic (consulté le )
  10. « Trina The One Chart History », sur Billboard (consulté le )
  11. (en) « Trina Suffers Miscarriage », Rap-Up (consulté le )
  12. (en) « Trina’s Diamond Doll Foundation To Team Up W/ Saving Our Daughters », Oh-Trina (consulté le )