Traité de Londres (1604)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les plénipotentiaires du traité de Londres dans la Somerset House, 19 août 1604. Délégation anglaise à droite: Thomas Sackville (à côté de la fenêtre), Charles Howard, 1er comte de Nottingham, Charles Blount (8e Baron Mountjoy) (en), Henry Howard, 1er comte de Northampton et Robert Cecil. À gauche la délégation hispano-flamande : Juan de Velasco (à côté de la fenêtre), Juan de Tassis y Acuña, Alessandro Robido, Charles de Ligne, Jean Richardot et Louis Verreycken.

Le Traité de Londres, signé le 18 août (ancien style soit le 28 août nouveau style) 1604, met fin à la guerre anglo-espagnole, qui a duré de 19 ans, à des conditions de paix mieux accueillies en Espagne qu'en Angleterre, dans la mesure où l'Angleterre voit le traité laisser tomber un allié, les Pays-Bas.

Les négociations entre les deux délégations représentant Jacques Ier, le nouveau roi écossais d'Angleterre, et Philippe III, le nouveau roi d'Espagne, se déroulèrent à Londres dans la Somerset House à Westminster d'où l'appellation fréquente de « Conférence de Somerset House ».

Contexte[modifier | modifier le code]

La guerre anglo-espagnole est un conflit complexe et fluctuant qui a également des liens avec la révolte des Gueux, les guerres de religion françaises et la guerre de neuf ans en Irlande. La guerre de 1600 dure depuis près de quinze ans et aucune des deux parties n’en tire avantage. L’épuisement de l’Espagne, l’opposition rebelle aux demandes d’argent du roi, les mutineries des troupes hollandaises, la crainte d’une nouvelle guerre avec la France sur le Marquisat de Saluces, se combinent pour souligner l’impossibilité sans horizon à pouvoir infliger un coup fatal à l'Angleterre[1].

Premières propositions de paix[modifier | modifier le code]

En avril 1600, l'archiduc Albert, gouverneur des Pays-Bas espagnols, ouvre des négociations secrètes avec l'Angleterre en vue d'un règlement, mais n'en informe pas Madrid[2]. Le mois suivant, les négociations aboutissent à une réunion à Boulogne entre les représentants d'Espagne, d'Angleterre et de Bourgogne. L'Espagne exige la cession des Cautionary Towns. L'Angleterre exige le libre-échange avec l'Espagne et son empire, l'indépendance des sujets anglais par rapport à l'inquisition, et le droit exclusif de disposer de navires de guerre dans la Manche. Les pourparlers n’aboutissent à rien, et l’Espagne dispute qu’il est absurde qu’une petite puissance comptant seulement quelques îles s’attende à ce que le souverain d’un empire mondial se plie aux grandes exigences de la Reine de quelques îles[1]. En août, les pourparlers sont rompus - la méfiance mutuelle[3] et la pression des Provinces-Unies rendent tout accord impossible. Malgré cela, des voies diplomatiques sont ouvertes entre l'Angleterre, l'archiduc d'Autriche et son épouse l'Infante Isabelle (la sœur de Philippe). Des lettres des représentants montrent que les archiducs et le roi d'Espagne sont toujours soucieux de la paix malgré leurs différends politique[4]. Philippe veut préserver l'hégémonie de l'empire espagnol, tandis que l'archiduc et Isabelle cherchent la paix et des relations amicales[5].

Après la mort de la reine Elisabeth en 1603, son successeur, Jacques Ier, cherche rapidement à mettre fin à ce conflit long et épuisant. À cette époque, les espoirs espagnols d'une victoire militaire décisive sur les Pays-Bas ou d'une invasion réussie de l'Angleterre se sont relativement éloignés[6]. Jacques est un praticien idéaliste de la paix et de l'unité chrétiennes ainsi que le fils et successeur de Marie, reine d'Écosse, dont l'exécution avait été la cause immédiate du conflit. Philippe III d’Espagne, qui aussi hérite de la guerre de son prédécesseur, Philippe II, ainsi que de sa trésorerie, accueille chaleureusement l’offre et ordonne l’ouverture des difficiles négociations qui suivent.

Le gouvernement de Madrid souhaite améliorer la situation militaire désastreuse qui règne aux Pays-Bas en réduisant ou en interrompant l'aide apportée par l'anglais aux rebelles néerlandais[7]. Parallèlement, Johan van Oldenbarnevelt, à la tête de la délégation des États, tente de susciter la complicité du nouveau monarque anglais dans le conflit en Flandre, qui s'est focalisé dans le siège d'Ostende [8]. Le siège est devenu une lutte d'usure sanglante après un peu plus de deux ans[9].

Les premiers pas vers la paix ont lieu en juin 1603, lorsque Juan de Tassis dirige une commission hispano-flamande qui se rend à Londres, à la recherche de trêves et de témoignages de bonne foi réciproque. Philippe III d'Espagne envoie Tassis en Angleterre pour explorer les possibilités de règlement après le décès d'Elisabeth. Phillipe, qui a également hérité de la guerre de son prédécesseur, Philippe II, et dont le trésor a également été vidés, souhaite également la paix[10].

L'archiduc Albert a déjà envoyé son émissaire, Charles de Ligne, prince-comte d'Arenberg, à Londres et il est rejoint par Juan de Tassis en septembre 1603. Bien que De Tassis ne dispose pas de pouvoirs de négociation complets, il est actif dans les coulisses le mois suivant pour préparer à un règlement[7].

Traité[modifier | modifier le code]

À la fin de 1603, le constable de Castille arrive à Bruxelles, avec s'il est possible d'en négocier un, l'autorisation de conclure le traité. Le 19 mai 1604, alors que le constable attend toujours, le reste de la délégation des Habsbourgs arrive à Londres et l'équipe de négociation anglaise est nommé[7].

Délégation anglaise[modifier | modifier le code]

Délégations espagnoles[modifier | modifier le code]

Les Espagnols ont négocié avec deux délégations, l’une représentant le roi d’Espagne, l’autre les archiducs Albert et Isabelle, dirigeants des Pays-Bas espagnols .

Délégation espagnole

Délégation des Pays-Bas espagnols:

Termes[modifier | modifier le code]

  • L'Espagne renonce à son intention de restaurer l'Église de Rome en Angleterre[11];
  • La fin des perturbations anglaises de temps de guerre, contre le trafic maritime transatlantique espagnol et son expansion coloniale (article 6)[12], [13].
  • La Manche est ouverte à la navigation espagnole.
  • La fin de l'intervention anglaise dans la révolte néerlandaise (articles 4, 5, 7); L'Angleterre retire son soutien militaire et financier aux rebelles néerlandais.
  • Les navires des deux pays, marchands ou navires de guerre, peuvent utiliser les ports de la partie continentale de l’autre partie pour effectuer des travaux de reconstitution, se mettre à l'abri ou acheter des provisions (article 10). Les flottes de moins de huit navires n’ont pas à demander la permission, ce qui fourni un vaste réseau de bases navales aux Espagnols d’Angleterre afin de les aider dans leur guerre contre les Hollandais protestants.

Le traité rétablit le statu quo ante bellum[14],[11]. L’Espagne reconnait que son désir de restaurer le catholicisme romain en Angleterre est révolu et elle est contrainte de reconnaître la monarchie protestante en Angleterre. En retour, l'Angleterre met fin à son soutien financier et militaire à la rébellion néerlandaise, en cours depuis le traité de Nonsuch (1585).

Conséquences[modifier | modifier le code]

Médaille d'or frappée en Angleterre en 1604 pour célébrer la paix signée avec l'Espagne.

L'Angleterre écartée, lançant une vaste campagne dirigée par Ambrogio Spinola en 1606, les Espagnols espèrent donner le coup de grâce aux Hollandais qui les pousse les vers la paix[15]. Jacques autorise toujours l'armée néerlandaise à recruter des soldats anglais volontaires pour son service - 8 000 personnes servent aux les Pays-Bas en 1605 [16]. De plus, au service des Néerlandais, prédateurs de la navigation espagnole, les corsaires anglais renouent avec leurs besoins[15]. Inversement, les navires de guerre espagnols et les corsaires sont autorisés à utiliser les ports anglais comme bases navales pour attaquer les navires néerlandais[17] ou transporter des renforts en Flandre[18]. En novembre 1607, les coûts cumulés des récentes guerres avec la France, l'Angleterre et contre les protestants hollandais, aboutissent à la banqueroute, un défaut souverain de la monarchie espagnole. La trêve de douze ans signée reconnaît officiellement l'indépendance de la République néerlandaise[19].

Le traité avec l'Espagne est très impopulaire parmi le public anglais, qui estime que le roi a abandonné les Pays-Bas, leur ancien allié, afin d'apaiser les Espagnols. Noel Caron, ambassadeur des Provinces-Unies à Londres, écrit - "no promulgation was ever received in London with more coolness, yes—with more sadness." - qu'aucune promulgation n'a jamais été reçue à Londres avec plus de sang-froid, oui - avec plus de tristesse"[20],[21],[22]. Selon les rapports de l'époque, aucune célébration publique n'eut lieu en Angleterre après la conclusion de l'accord[23]. L'accord fut décrit – « humiliating peace » – comme une paix humiliante aux yeux des protestants anglais[20]. Le désaccord entre la politique étrangère de Jacques Ier se creusera quelques années plus tard à la suite du « Spanish match », lorsque la Chambre des communes du Royaume-Uni, protestante confrontera le roi au sujet de son arrangement matrimonial entre Maria Anna d'Espagne, fille de Philippe III d'Espagne et Le fils de Jacques, Charles, prince de Galles[24].

L'accord de paix fut bien accueilli en Espagne[25],[26]. D'avril à juin 1605, la capitale espagnole, Valladolid, teint de grandes célébrations publiques en l'honneur du traité et de la naissance du fils d'Espagne, Philippe IV [27],[28],[29]. Furent également présents la délégation d'ambassadeurs anglais (au nombre de 500) dirigée par lord amiral Charles Howard. Jacques Ier l'a envoyé en échange de Don Juan de Velasco en Angleterre pour négocier la paix l'année précédente[30]. La délégation anglaise est accueillie chaleureusement et des honneurs le 26 mai, notamment par la réception de Howard au collège anglais de Valladolid [30]. Le traité ensuite fut ratifié au Palais royal de Valladolid en présence de Howard le mois suivant[25]. Certaines voix de l’Église catholique toutefois exprimèrent leur inquiétude à Philippe III face à son établissement – « heretical power » – d’un pouvoir hérétique, notamment Juan de Ribera, alors évêque de Valence qui protesta[31]. Une fois l'accord conclu, Philippe III désigna Don Pedro de Zuñiga comme premier ambassadeur espagnol en Angleterre[32].

Après le traité de paix, la Couronne espagnole espérait que l'Angleterre finirait par assurer la tolérance des catholiques. Le Conspiration des Poudres de 1605 toutefois détruisit toute possibilité en ce sens[33]. Les craintes protestantes que la paix avec l'Espagne signifie finalement une invasion par les jésuites et sympathisants catholiques au cours des années à venir aussi ne se matérialiseront pas, comme les lois de récusation élisabéthaine furent rigoureusement appliquées par le Parlement[34].

Après la signature du traité, l'Angleterre et l'Espagne restèrent en paix jusqu'en 1625.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b J S Corbett, The Successors of Drake, Longmans Green and Co, (lire en ligne), p. 291
  2. Maltby p. 120
  3. Luc Duerloo, Dynasty and Piety: Archduke Albert (1598-1621) and Habsburg Political Culture in an Age of Religious Wars, Routledge, , 122 p. (ISBN 1317147286)
  4. R.B Wernham, The Return of the Armadas: The Last Years of the Elizabethan Wars Against Spain 1595–1603, Oxford, Clarendon Press, (ISBN 978-0-19-820443-5), p. 330
  5. McCoog pp. 222-23
  6. Richard Burton Reed, Sir Robert Cecil and the Diplomacy of the Anglo-Spanish Peace, 1603-1604, University of Wisconsin - Madison, (lire en ligne), p. 5
  7. a b et c Brown, Elliott, Museo del Prado p 14
  8. Fissel pp. 186-87
  9. Rowse p. 413
  10. van Nimwegen pp. 187
  11. a et b Paul Allen, Philip III and the Pax Hispanica, 1598-1621 (New Haven, 2000).
  12. "The first item of James' agenda was to bring to a close the long standing war with Spain. This was done by the Treaty of London in August 1604. Its terms were flagantry generous to the Spanish, the first black mark against the new king. Moreover James, unlike Elizabeth, had every intention of honoring them." Burgess, Douglas: The Pirates' Pact: The Secret Alliances Between History's Most Notorious Buccaneers and Colonial America. McGraw-Hill Professional, 2008, page 29. (ISBN 0-07-147476-5)
  13. Channing, Edward: A history of the United States. Octagon Books, 1977, v. 1, page 158. (ISBN 0-374-91414-1)
  14. Hiram Morgan, ‘Teaching the Armada: An Introduction to the Anglo-Spanish War, 1585-1604’, History Ireland, Vol. 14, No. 5 (Sep. - Oct., 2006), p. 43.
  15. a et b Allen pp. 142-43
  16. Dunthorne p. 65
  17. (es) Porfirio Sanz Camañes, Diplomacia hispano-inglesa en el siglo XVII: razón de estado y relaciones de poder durante la Guerra de los Treinta Años, 1618-1648, Universidad de Castilla-La Mancha, , 108 p. (ISBN 8484271552, lire en ligne)
  18. (es) Antonio José Rodríguez Hernández, Breve historia de los Tercios de Flandes, Ediciones Nowtilus, , 144 p. (ISBN 8499676588, lire en ligne)
  19. Antonio Feros, The King's Favorite, the Duke of Lerma: Power, Wealth and Court Culture in the Reign of Philip III of Spain, 1598-1621, Johns Hopkins University, (lire en ligne), p. 180
  20. a et b T. C. Smout, Anglo-Scottish Relations from 1603 to 1900, , 17 p. (ISBN 0197263305, lire en ligne)
  21. John Lothrop Motley, History of the United Netherlands: From the Death of William the Silent to the Twelve Year's Truce--1609, Volume 4, , 223 p. (lire en ligne)
  22. C. W. R. D. Moseley, English Renaissance Drama: A Very Brief Introduction to Theatre and Theatres in Shakespeare's Time, Humanities, , 90 p. (ISBN 1847601839)
  23. R. King et P. Franssen, Shakespeare and War, Springer, , 45 p. (ISBN 0230228275)
  24. David Harris Wilson, King James VI & I, Jonathan Cape Ltd., , 442 p. (ISBN 0-224-60572-0)
  25. a et b (es) Luis Pericot Garcia, Historia de España: gran historia general de los pueblos hispanos, Volumen 4, Instituto Gallach de Librería y Ediciones, , 184 p. (lire en ligne)
  26. (es) Antonio Feros, El Duque de Lerma: realeza y privanza en la España de Felipe III, Marcial Pons Historia, , 305 p. (ISBN 8495379392, lire en ligne)
  27. (es) José Manuel Otero Novas, Fundamentalismos enmascarados, Editorial Ariel, , 153 p. (ISBN 8434412241, lire en ligne)
  28. (es) Miguel Herrero García, Biblioteca románica hispánica: Estudios y ensayos, Gredos, , 474 p. (lire en ligne)
  29. (es) Emilio Gonzalez Lopez, Los politicos gallegos en la coret de España y la convivencia europea, Editorial Galaxia, , 70 p. (lire en ligne)
  30. a et b Hillgarth p. 23
  31. Antonio Domínguez Ortiz, The Golden Age of Spain, 1516-1659 Volume 1 of The History of Spain, Basic Books, (lire en ligne), p. 87
  32. Virginia Bernhard, A Tale of Two Colonies: What Really Happened in Virginia and Bermuda?, University of Missouri Press, , 8 p. (ISBN 0826219519)
  33. Allen p 155
  34. Richard Burton Reed, Sir Robert Cecil and the Diplomacy of the Anglo-Spanish Peace, 1603-1604, University of Wisconsin-Madison, , 228–29 p. (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Jonathan, John Huxtable Brown, Elliott, Museo del Prado, The Sale of the Century: Artistic Relations Between Spain and Great Britain, 1604-1655, Yale University Press, (ISBN 9780300097610)
  • Davenport, Frances Gardiner; & Paullin, Charles Oscar. European Treaties Bearing on the History of the United States and Its Dependencies, The Lawbook Exchange, Ltd., 2004 (ISBN 1-58477-422-3), (ISBN 978-1-58477-422-8)
  • (en) Hugh Dunthorne, Britain and the Dutch Revolt, 1560-1700, Cambridge University Press, (ISBN 9780521837477)
  • (en) Mark Charles Fissel, English warfare, 1511–1642; Warfare and history, London, UK, Routledge, (ISBN 978-0-415-21481-0)
  • (en) Paul E. J Hammer, Elizabeth's Wars: War, Government and Society in Tudor England, 1544-1604, Palgrave Macmillan, (ISBN 9781137173386)
  • (en) J. N Hillgarth, The Mirror of Spain, 1500-1700: The Formation of a Myth, University of Michigan Press, (ISBN 9780472110926)
  • (en) William S Maltby, The Rise and Fall of the Spanish Empire, Palgrave Macmillan, (ISBN 9781137041876)
  • (en) Thomas M McCoog, The Society of Jesus in Ireland, Scotland, and England, 1589-1597: Building the Faith of Saint Peter Upon the King of Spain's Monarchy, Ashgate & Institutum Historicum Societatis Iesu, (ISBN 978-1-4094-3772-7)
  • (en) A. L Rowse, The Expansion of Elizabethan England, Cardinal Books;, (ISBN 978-0351180644)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir également[modifier | modifier le code]