Torque de Sedgeford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le torque de Sedgeford.

Le torque de Sedgeford est un collier celtique en or de l’Âge du fer, retrouvé brisé dans un champ près du village de Sedgeford dans le Norfolk. Le plus gros morceau du torque a été découvert lors du hersage d'un champ en 1965[1], et l'extrémité manquante a été retrouvée par une fouille archéologique systématique en 2004. Ce collier est aujourd'hui exposé au British Museum[2].

Découverte[modifier | modifier le code]

Le plus gros morceau du torque a été mis au jour le 6 mai 1965 dans un champ de West Hall Farm à Sedgeford (Norfolk). Dans la mesure où la herse ne s'est enfoncée que de quelques centimètres, on pense que le torque avait été rapproché de la surface lors d'un labourage profond antérieur. L'endroit précis où la découverte a été faite n'est qu'à 3 km à l'ouest du site où l'on a trouvé le grand Trésor de Snettisham, qui comportait plusieurs torques en or. Le torque a été déclaré objet trouvé à la suite de l'enquête menée à Sedgeford le 29 décembre 1966, puis le British Museum en a fait l'acquisition par l'intermédiaire du Duché de Lancastre et avec la collaboration du Christy Trust ; l'agriculteur A. E. Middleton, inventeur du trésor, a encaissé la somme de 3 300 £. Le British Museum a fait réaliser une reproduction du collier pour le Norwich Castle Museum.

L'extrémité manquante a été retrouvé à Pâques 2004 lors d'une prospection au sol archéologique organisée par le Sedgeford Historical and Archaeological Research Project[3], avec des détecteurs de métaux. Cette deuxième découverte a eu lieu à environ 400 mètres de l'endroit où le premier morceau avait été mis au jour[4]. Ce second morceau a lui aussi été classé « objet abandonné » et racheté par le British Museum avec le mécénat de The Art Fund[5]. Le torque a ainsi pu être réassemblé au British Museum.

Le torque[modifier | modifier le code]

Le torque, fait de fils d'or torsadés, a été daté entre 200 av. J.-C. et 75 av. J.-C.[5]. Quarante-huit fils de 2 millimètres de diamètre ont été torsadés par paires pour former 24 double-fils. Puis les fils doublés ont été torsadés ensemble tête-bêche trois par trois pour former un toron (consistant, par conséquent, en six fils d'origine). Les huit gros torons ainsi obtenus ont enfin été torsadés ensemble pour former le corps du torque. Au total, il n'aura pas fallu moins de 25 mètres de fil d'or pour créer ce collier. Les anneaux d'or aux deux extrémités ont été coulés à la cire perdue et ornés dans le style de La Tène avec des motifs en relief de boucles et de cercles, soulignées par des points et un martelage à froid[2],[5]. Le torque est identique au grand torque de Snettisham et aux torques d'Ipswich, tous exposés au British Museum. Il ressemble tellement au torque trouvé à Newark-on-Trent (dans le Nottinghamshire) qu'on pense qu'il a pu être réalisé par le même orfèvre[6].

Le torque a été inhumé intentionnellement, et à ce titre il est considéré comme trésor. Il peut avoir été cassé au moment de son enfouissement, tout comme il a pu être brisé ultérieurement par des engins aratoires. On estime qu'il a été enfoui vers 75 av. J.-C.[2]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • I. M. Stead, Celtic Art in Britain before the Roman Conquest, Londres, The British Museum Press, (réimpr. 1997)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. W. Brailsford, « The Sedgeford Torc », The British Museum Quarterly, vol. Vol. 35, no 1/4,‎ spring, 1971, p. 16-19 (lire en ligne)
  2. a, b et c « Gold torc », British Museum (consulté le 1er décembre 2009)
  3. « The Sedgeford Torc Terminal », Sedgeford Historical and Archaeological Research Project (consulté le 1er décembre 2009)
  4. Maev Kennedy, « 'Unsung heroes of heritage' extolled for unearthing hoard of treasure », The Guardian (consulté le 1er décembre 2009)
  5. a, b et c « Sedgeford torc terminal », The Art Fund (consulté le 1er décembre 2009)
  6. Stephen Adams, « Metal detector man's 350 000 £ Iron Age neckband », The Daily Telegraph (consulté le 1er décembre 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]