Tony Thielemans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thielemans.
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Tony Thielemans
Tony Thielemans.JPG
Sensei Tony Thielemans
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Organisation
Domaine
Grade
6e dan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maître
Logo du Yama Arashi.jpg
Marque ou logotype
signature de Tony Thielemans
signature

Tony Thielemans, né en 1937, 6e dan d’aïkido (合気道) et 4e dan de judo (柔道)[1], dont l'enseignement descend en ligne directe[2] de Julien Naessens[3], est un des premiers enseignants responsables de la propagation de l'aikido en Belgique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tony Thielemans est né le 17 février 1937 à Berchem Sainte Agathe (Bruxelles). Le 23 avril 1954, il entreprend l'étude des arts martiaux au dojo du judo club de Laeken. Le professeur était M. Julien Naessens, élève de Maître Jean de Herdt[4], 4e dan, plusieurs fois champion de France et d’Europe, et qui était lui-même disciple du Maître Mikinosuke Kawaishi, 7e dan, fondateur du judo en France. Il fonde, le 4 janvier 1959, le cercle Yama Arashi qui devint, cinquante ans plus tard, en 2009, l'Ecole Royale d'Arts Martiaux Yama Arashi Budokan[5]. Il devient professeur professionnel en avril 1961. Il crée, en août 1965, l' Association Belge d'Aïkido, Kendo et Arts Martiaux qui deviendra par la suite l' Association Belge d'Arts Martiaux Japonais, fédération nationale reconnue. Il assume de mars 1969 à août 1971 la présidence du Collège National des Ceintures Noires de Belgique. Il fut membre, durant de nombreuses années, des commissions pédagogiques A.D.E.P.S. judo et aikido. Il occupa également la vice-présidence de la chambre professorale de budo, reconnue par le conseil d'état. Il organise, en janvier 1967, l'hatsu geiko[6] européen de kendo avec la participation de la France, la Hollande, la Grande Bretagne et la Suède et l’À.B.A.K.A.M. est reconnue par l' European Kendo Renmei comme étant l'organisation officielle pour la diffusion du kendo en Belgique. Il est aussi l'auteur, en 1967, d'un ouvrage sur l'aïkido et le kendo qui fut un véritable best-seller dans le domaine des arts martiaux. Lors de séjours au Japon, il fut reçu au Kodokan, à l'Aïki-Kai, au Yoshin-Kan, au dojo impérial, etc. Il suivit l'enseignement des Maîtres Tadashi Abe, Masamichi Noro, Nobuyoshi Tamura, Tsutomu Akiyama[7], André Nocquet, Hiroo Mochizuki, Aritomo Murashige, Kotaro Hokage, Harada, Oshima, Morioka, Nakakura, Kenshiro Abe, etc. Il forma de très nombreuses ceintures noires dont plusieurs donnent cours tant en Belgique qu'à l'étranger où il donna plusieurs stages (Grande-Bretagne, Hollande et France). Il réside à présent à Benalmadena, en Espagne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Wado kai Belgium

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gradué par maître Jean de Herdt, l'un des premiers judoka français.
  2. Ancien élève de maître Naessens.
  3. L'un des pionniers de l'aïkido belge, lui-même élève de Masamichi Noro (野呂昌道).
  4. Deuxième ceinture noire de France.
  5. Le 4 janvier 2009, après ses 50 années d’existence, Yama-Arashi obtient du Palais la reconnaissance au titre de « Royal ». Le Cercle Royal Yama-Arashi comporte actuellement le Yama-Arashi Brussels situé au Palais du Midi, le Yama-Arashi Yvoir, dirigé par Monsieur Franz Dethy, le Yama-Arashi Antwerpen dirigé par Monsieur Jan Vleugels et le Yama-Arashi Coventry (Angleterre) dirigé par Madame Barbara Moss.
  6. Entrainement de nouvel an qui dure plusieurs jours et se termine par des compétitions et des événements spéciaux.
  7. Lorsque maître Tsutomu Akiyama, élève de Maître Ueshiba, vint donner cours et prodiguer ses conseils durant plusieurs années en Belgique, aucun ouvrage, hormis celui de M. Jean Zin, n'avait été écrit sur l'aïkido en langue française et d'ailleurs, à cette époque, il y avait très peu de livres en anglais, traduits du japonais, et parlant de l'aïkido.