Hiroo Mochizuki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hiroo Mochizuki
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (86 ans)
ShizuokaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Japonaise
Activité
Père
Autres informations
Sports
Distinctions
Professeur diplômé d'État 2ème degrés
Médaillé d'or Jeunesse et Sport
Expert fédéral auprès de la FFKDA
10e dan de Karaté, 8e dan d'aïkido, 8e dan de jujutsu, 7e dan de Iaido, 3e dan de Judo.

Sensei Hiroo Mochizuki, né le à Shizuoka (Japon), est un spécialiste des arts martiaux japonais. Descendant d'une lignée de samouraïs, il est le fondateur du Yoseikan Budo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hiroo Mochizuki commence le kendo, l'aïkido et le judo avec son père Minoru Mochizuki, un maître d'arts martiaux très renommé, qui fut l'élève de Jigoro Kano de Morihei Ueshiba et de Gichin Funakoshi, il étudie lui-même directement avec Morihei Ueshiba. Il apprend parallèlement le karaté shotokan à Tokyo[1].

En 1957 il part en France pour enseigner le karaté Shotokan chez Henry Plée, par l’intermédiaire de Jim ALCHEIK ; il est le premier japonais à présenter le Karaté en Europe; Lors de son séjour il découvre et pratique la Savate (boxe française) avant de rentrer au Japon en 1959 pour terminer ses études de vétérinaire à l'université de Tokyo. À son retour, il enrichit sa pratique du Karaté Wadō-ryū (étudié auprès des Maîtres Hironori Ohtsuka et Shinji Michihara), mais également de la boxe anglaise.

En 1963, Hiroo est de nouveau envoyé par son père en France. Il y enseigne l'aïkido et développe le karaté Wado-Ryu en Europe.

En 1964, il devient le 1er conseiller technique des sections d’Aïkido et de Karaté de la FFJDA (Fédération Française de Judo et disciplines assimilées) à sa création aux côtés de Jacques Delcourt; Il participe, l'instigation de son ami, l'écrivain Daniel Zimmermann, à la création de la FFKAMA (Fédération Française de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires) et de l’Union Européenne de Karaté, en 1965, dont il deviendra également le 1er conseiller technique.

En 1965, il débute son étude sur un nouvel art martial qu’il nomme YOKEN, qu'il baptisera par la suite Yoseikan Budo, en hommage à son père (Yoseikan étant le nom du dojo dans lequel sont enseignés karaté, judo et aïkido). Il en créera la fédération française en 1975, et en 1978 sera créé le Centre International du Yoseikan Budo, puis plus tard en 1997, la Yoseikan World Federation avec le sensei Fabrizio Tabella, Romano Patuzzi en Italie.

En 1968, Hiroo MOCHIZUKI est naturalisé français.

Son père le rejoindra en France pour passer les dernières années de sa vie.

En 2000, Au cours du stage d’été YWF aux Saintes Maries de la mer (France / Camargue), en présence de plus de 200 personnes représentant 15 pays et 4 continents, il reçoit de son père Minoru Mochizuki - âgé de 93 ans - le titre de « Sōke » écrit de sa main, par lequel ce dernier lui transmet son titre (non héréditaire). Maître Hiroo Mochizuki devient ainsi le seul responsable moral de l’école Yoseikan au niveau mondial.

En 2012, le Maître ouvre une école de formation d'enseignants, HMC (Hiroo Mochizuki Center), à Salon-de-Provence.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr + en) Hiroo et Elianne MOCHIZUKI, Hiroo MOCHIZUKI Le Budo en héritage / Budo as a legacy, Budo Editions

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]