Stockholm (album de Jean-Louis Aubert)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stockholm

Album de Jean-Louis Aubert
Sortie Drapeau de la France
Enregistré 1996 - 1997
Paris (La Loupe), Stockholm
Durée 56:24
Genre Rock, Musique électronique
Format CD
Auteur-compositeur Jean-Louis Aubert
Producteur Jean-Louis Aubert
Label Virgin
Classement N°2 à sa sortie pendant 2 semaines en France

Albums de Jean-Louis Aubert

Singles

  1. Océan
    Sortie : 1997
  2. Le jour se lève encore
    Sortie : 1997
  3. La p'tite semaine / Je crois en tout
    Sortie : 1998
  4. Je n'croix en rien
    Sortie : 1998

Stockholm est le quatrième album solo de Jean-Louis Aubert sorti le 29 avril 1997.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la tournée de l'album H comme en témoigne l'album Une page de tournée (paru en 1994), Jean-Louis Aubert accompagné du batteur Richard Kolinka montent sur la scène du Bataclan en mai 1994 lors d'un concert du guitariste Louis Bertignac - où se trouve également la bassiste Corine Marienneau - pour une reformation éphémère du groupe Téléphone en interprétant quelques chansons.

Puis, les membres du groupe tentent de se reformer pour partir en tournée pour les vingt ans de Téléphone. Mais la publication de l'intégrale 20e anniversaire qui contient une nouvelle chanson inédite de Corine - à l'état d'ébauche - met fin à cette tentative et Jean-Louis et Louis se concentrent à nouveau à leur carrière solo.

En 1997, Jean-Louis Aubert sort son 4e album solo, Stockholm, un album aux influences multiples et aux sonorités variées, en témoigne le nombre de producteurs et de studios d'enregistrement ou de mixage mis à contribution. L'histoire veut que Jean-Louis se soit fait dérober le sac contenant tous ses textes et ses compositions et qu'à la suite de ce « léger incident », il soit parti pour Stockholm afin d'y composer cet album sur le vif, somme de ses souvenirs d'écriture et de ses inspirations du moment. Il en résulte un album certes inégal, véritable mosaïque de styles, mais qui pris dans son ensemble, parvient à dégager une âme et à se créer une identité. L'album s'ouvre avec le morceau métal Stockholm. Puis s'ensuit avec Océan et le hit Le jour se lève encore (avec le trio Le Baron, Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka (batterie), enregistré à Londres). Jean-Louis fait appel à Doc Matéo et à Gordon Cyrus (multi-instruments et mixage). Les singles Océan, Le jour se lève encore, La p'tite semaine (avec la présence de Olive, un ami à Jean-Louis) et Je crois en tout, je n'croix en rien accompagnent cet album. Il faut ajouter que Jean-Louis a reçu par fax de la part de Barbara les textes de Le jour se lève encore et Vivant poème, et les compose, mais Barbara lui fait remarquer qu'il n'écoute pas ses disques. L'album se conclut par l'instrumental Baltic. Stockholm se vend à 120 000 exemplaires. Cet album est aussi le premier pas musical pour le futur chanteur Raphael (au mixage de l'album) qui sera connu par Jean-Louis Aubert jusqu'en 2003.

Origines des chansons[1][modifier | modifier le code]

Stockholm[modifier | modifier le code]

« C'est vraiment le symbole de cet aller-retour : prendre un son là-bas, un riff de guitare qui a été fait dans le feu de l'action, revenir ici, retourner à Stockholm pour le finir avant de le mixer ici. C'est un morceau où l'on ressent la hache viking au-dessus de sa tête, un morceau sauvage qui explique pas mal ma remise en question et mon état d'esprit pendant le déroulement de cet enregistrement… »[2]

« Pour Stockholm, je voulais faire un solo de guitare, ce dont mes amis suédois ont horreur. Gordon me dit « tu devrais jouer dans les graves ! ». Par défi, je désaccorde ma corde de Mi : il en résulte un son très intéressant qui m'inspire un riff. On enregistre dans Pro Tools, et l'on mixe ce petit bout sur DAT. En arrivant ici, je retombe dessus, je le passe au sampler, je trouve un rythme qui va avec, j'ajoute un ou deux claviers, des paroles, et je retourne en Suède avec cette maquette de chanson construite à partir de l'échantillon. Nous l'avons repris, Gordon a rejoué la basse, refait la rythmique avec des boucles, et rempli le Pro Tools. »[3]

Je crois en tout, je n'crois en rien[modifier | modifier le code]

« J'ai plusieurs versions, dont une live enregistrée à Paris. celle-ci provient des sessions en Suède, avec des guitares rajoutées ensuite. Au début, c'était un peu ma chanson-phare, j'en étais très proche avant que les autres n'arrivent, parce que c'est mon état d'esprit actuel. Je crois en tout et en rien en tant qu'émanation de l'homme et derrière tout ceci, il y a sans doute une réalité. Croire ne m'intéresse pas vraiment ; ce qui m'intéresserait, ce serait de connaître, ce qui peut aussi vouloir dire renaître avec… »[2]

Participations[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Aubert
  • Gordon Cyrus : Rythme, basse, effets, mixages
  • Gunnar Norden : Cordes
  • Doc Matéo : Multi-instruments, mixage
  • Richard Kolinka : Batterie
  • Ski : Rythme sur Océan
  • Le Baron : Guitare sur Le Jour se Lève Encore
  • Olive : Guitare sur La P'tite Semaine
  • Tony Allen : Batterie sur Abandonne-toi
  • Mats Asplen : Orgue Hammond sur Je Crois en tout, Je n'Croix en rien
  • Raphael : Mixage final et montage de l'album

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Stockholm
No TitreAuteur(s)Avec Durée
1. Intro***// 0:13
2. Stockholm*Jean-Louis AubertGordon 3:29
3. Océan*Jean-Louis AubertSki, Gunnar Norden 4:23
4. Le jour se lève encore**BarbaraRichard Kolinka, Le Baron 3:38
5. La p'tite semaineJean-Louis AubertOlive (Guitare) 4:13
6. Juste pour aujourd'hui*Jean-Louis AubertGordon, Gunnar Norden 5:38
7. Vivant poèmeJean-Louis Aubert, BarbaraDoc Matéo (Rythme, cordes), Laurent Vernerey (Basse) 3:35
8. Abandonne-toiJean-Louis AubertDoc Matéo (Basse), Richard Kolinka et Tony Allen 3:38
9. Je crois en tout, je n'crois en rienJean-Louis AubertGordon, Mats Asplen 4:34
10. Le milieuJean-Louis AubertSeul 4:40
11. La suiteJean-Louis AubertGordon 4:02
12. Tombe de haut*Jean-Louis AubertGordon (Rythme, basse), Richard Kolinka 4:45
13. Fais ton voyageJean-Louis AubertDoc Matéo 4:40
14. Baltic*InstrumentalGordon 4:54

Enregistré par Doc Matéo et Gordon à Paris sauf * à Stockholm

**Le jour se lève encore a été enregistré à Londres

***La première version du CD contenait une piste "cachée" (voir prégap) de 4:18 située avant le départ du titre 1 ; il fallait, pour pouvoir la lire, effectuer une lecture arrière pour y accéder. Cette piste sans titre était sous-entendue à l'intérieur du livret avec le logo de l'album : trois flèches gauche à côté du logo et MERCI(S) indiquait pour les inconditionnels des easter eggs le titre bonus qui était les remerciements sur fond d'un reggae dub très certainement composé par Aubert. Il est à noter que ce titre n'est lisible que sur d'anciens supports de lecture tel que la Playstation SCPH-9002 ou d'anciennes platines CD et n'est pas accessible par lecture arrière sur des ordinateurs récent.


La première version, sortie en pochette cartonnée, contenait un CD promotionnel de 4 titres en bonus dont les crédits étaient repris dans le livret sous les numéros 1bis, 2bis, 3bis, 4bis.

Liste des titres bonus[modifier | modifier le code]

Stockholm
No TitreAuteur(s)Avec Durée
1. Nouvelles frontièresOlivier Caudron, Jean-Louis AubertOlivier Caudron 5:26
2. J'ai envie de te garder*Jean-Louis AubertDoc Matéo (Drums), Stéphane Clerc (Rythme, sons) 5:17
3. Saumon**Jean-Louis AubertDoc Matéo (Rythme, sons) 3:53
4. À l'ombre du doute***Jean-Louis AubertRichard Kolinka (Drums), Le Baron (Piano, basse acoustique) 4:34

*Enregistré par Doc Matéo & JL, mixé par les 2 générations à La Loupe.

**Enregistré par Doc Matéo à La Loupe, mixé par les 2 générations à La Loupe.

***Enregistré par Doc Matéo & Fred Rall, mixé par Phil Delire à ICP.

Divers[modifier | modifier le code]

Classement[modifier | modifier le code]

Pays Meilleure position
Drapeau de la France France 2[4]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir cette liste d'extraits et de références sur la genèse de l'album
  2. a et b Jean-Louis Aubert, cité dans « Stockholm-le making-of », BEST n°16, juillet 1997
  3. Jean-Louis Aubert, cité dans Home studio n°10, juillet 1997
  4. [1]