Roy Ayers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ayers.
Roy Ayers
Description de cette image, également commentée ci-après
Roy Ayers en concert au Cabaret Sauvage
à Paris, le 22 juillet 2009.
Informations générales
Nom de naissance Roy E. Ayers Jr.
Naissance (78 ans)
Los Angeles (Californie)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale musicien, producteur
Genre musical funk, jazz, soul
Instruments piano, vibraphone, voix
Années actives depuis 1962
Labels Atlantic Records, Polydor, Ichiban, Columbia Records

Roy Ayers (Roy E. Ayers Jr.), né le à Los Angeles, Californie, est un arrangeur, compositeur, interprète, musicien multi-instrumentiste et producteur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roy grandit à Los Angeles, dans une famille de musiciens, son père est tromboniste et sa mère pianiste[1]. Il étudie le piano et l'harmonie dans sa famille et au collège. À cinq ans il se voit offrir une paire de baguettes de vibraphone par Lionel Hampton, mais ce n’est qu’à l’âge de 17 ans qu’il se met sérieusement à l’instrument. Dès 1958, il commence à jouer, avec Phineas Newborn Jr, Curtis Amy, Teddy Edwards, Leroy Vinnegar, Vi Redd, dans une formation jazz qui s'affirme post-be bop en 1962[2].

Influencé à ses débuts par Milt Jackson et Cal Tjader, son jeu est caractérisé par une virtuosité et un sens de la mélodie certains et un modernisme tempéré. En 1963, il forme un quartet avec Hampton Hawes, et est engagé par Gerald Wilson et Jack Wilson. Sort son premier album, West Coast Vibes chez United Artists Records.

En 1966, Reggie Workman (le bassiste du quartet de John Coltrane) persuade Roy de se joindre a une jam session avec Herbie Mann au Lighthouse Club de Hermosa Beach, qui déboucha sur une période de quatre années aux côtés du grand flutiste, dont une participation à son chef-d’œuvre Memphis Underground[3]. Herbie Mann produisit ses trois premiers albums solos sur Atlantic Records, très jazz, qui lorgnent parfois comme chez Mann du côté du Brésilien Antonio Carlos Jobim.

En 1970, Roy quitte Herbie Mann et s’installe à New-York où il forme son propre groupe, le Roy Ayers Ubiquity[4], en s’entourant de musiciens de premier plan, tels que Sonny Fortune, Billy Cobham, Harry Whitaker (en), Omar Hakim et Alphonse Mouzon. Après quelques tâtonnements du côté du jazz-rock de Herbie Hancock, et du jazz-soul de Herbie Mann, le groupe trouve rapidement sa voie en déclinant un jazz très funky, qui sur l’espace de douze albums, de 1970 à 1977, va marquer définitivement le son d’une époque. Il signe quelques-uns des titres les plus repris de tous les temps comme Everybody Loves the Sunshine (en) (1976), ainsi que d'autres projets dont RAMP (en) (initiales de Roy Ayers Music Project), dont le morceau Running Away reste l'un des grands succès de l'année 1977.

Roy Ayers ne reste pas étranger au mouvement « blaxploitation » (films produits et réalisés entièrement par et pour des Noirs hors des studios hollywoodiens). Si les bandes originales composées par Isaac Hayes pour Shaft ou par Curtis Mayfield pour Superfly sont relativement plus connues, celle de Roy Ayers pour Coffy (Jack Hill, 1973), un des films phares de la comédienne Pam Grier, est l'une des plus accomplie du genre, oscillant en funk, soul et R&B.

En 1980, il signe un disque avec le fondateur de l'afrobeat, Fela Kuti, Music of many colors[5]. La pochette en blanc sur fond noir montre leurs visages s'inscrivant dans le dessin des frontières du Nigeria. Morceau résolument dansant, bien plus disco que la version de 2000 Blacks enregistrée par Fela seul, représente en définitive une production sensiblement tardive de soul africaniste, un courant qui connait son heure de gloire chez les musiciens afro-américains entre 1968 et 1975.

La décennie 1990 le consacre comme figure majeure et tutélaire de l'acid jazz et du hip-hop ; par contrecoup, il devient l'artiste le plus samplé au monde aux côtés de James Brown et George Clinton, entre autres par les rappers[6].

Dans les années 2000, Roy Ayers sort un album intitulé Mahogany Vibe (2004). Plusieurs compilations ont été éditées, dont en 2005 Virgin Ubiquity composée exclusivement d'inédits datant de 1976 à 1981. En 2008, il fait une apparition remarquée dans le jeu Grand Theft Auto IV en tant qu'animateur de la station de radio Fusion FM.

Roy s'est produit en concert en France, notamment le 22 juillet 2009 au Cabaret Sauvage, le 6 août 2010 au Glazart à Paris, de nouveau au Cabaret Sauvage le 8 septembre 2012 dans le cadre du Festival Jazz à la Villette et enfin au New Morning les 30 mars 2015 et 11 décembre 2015.

Entre autres influences, Pharrell Williams le considère comme l'un de ses phares musicaux[7].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1963 : West Coast Vibes
  • 1967 : Virgo Vibes
  • 1968 : Stone Soul Picnic
  • 1969 : Daddy Bug
  • 1971 : Ubiquity
  • 1972 : He's Coming
  • 1973 : Red, Black and Green
  • 1973 : Virgo Red
  • 1974 : Change Up the Groove
  • 1975 : A Tear to a Smile
  • 1975 : Mystic Voyage
  • 1977 : Vibrations
  • 1976 : Everybody Loves the Sunshine
  • 1977 : Lifeline
  • 1978 : Let's Do It
  • 1978 : You Send Me
  • 1978 : Step into Our Life
  • 1979 : Fever
  • 1980 : Music of Many Colors (avec Fela Kuti)
  • 1980 : No Stranger to Love
  • 1981 : Africa, Center of the World
  • 1981 : Love Fantasy
  • 1982 : Feeling Good
  • 1984 : In the Dark
  • 1985 : You Might Be Surprised
  • 1987 : I'm the One (for Your Love Tonight)
  • 1989 : Wake Up
  • 1992 : Double Trouble (avec Rick James)
  • 1995 : Nasté
  • 1998 : Spoken Word
  • 1999 : Smooth Jazz
  • 1999 : Juice
  • 2000 : Perfection
  • 2003 : Snoop
  • 2004 : Mahogany Vibe
  • 2005 : My Vibes
  • 2011 : King of the Vibes

Enregistrements publics[modifier | modifier le code]

  • 1973 : Live at the Montreux Jazz Festival
  • 1990 : Fast Money
  • 1991 : Searchin' (Live)
  • 1992 : Hot
  • 1993 : Good Vibrations
  • 1994 : The Essential Groove – Live
  • 1995 : Vibesman - Live at Ronnie Scott's
  • 2001 : Live At Ronnie Scott's - London 1988

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1978 : The Best Of Roy Ayers
  • 1989 : Rare
  • 1990 : Rare - Volume 2
  • 1993 : Shining Symbol
  • 1993 : Vibrant - The Very Best Of
  • 1995 : Evolution: The Polydor Anthology
  • 2002 : Essential Vibes
  • 2003 : Destination Motherland - The Roy Ayers Anthology
  • 2003 : The Universal Masters Collection
  • 2003 : Virgin Ubiquity - Unreleased Recordings 1976-1981
  • 2004 : Everybody Loves the Sunshine
  • 2005 : The Essential
  • 2005 : Virgin Ubiquity Part II - Unreleased Recordings 1976-1981
  • 2005 : Gold
  • 2008 : Mastercuts Legends (triple coffret comprenant également des compilations de Funkadelic et Sly and the Family Stone)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jonathan Ratner, "To Put on Ayers Is Still Divine: Pioneering Vibe-ist on Tour with His Funky All-stars", in National Post, 1er janvier 2006.
  2. (en) Deardra Shuler, "Roy Ayers Sampled by Major Hip Hop Artist", in New York Beacon 1er janvier 2006.
  3. (en) Rick Massimo, "The Sound of Music – Roy Ayers Has That Jazz Vibe Going", in The Providence Journal, janvier 2005, p. 23.
  4. (en) Deardra Shuler, "Roy Ayers: Everybody Loves His 'Sunshine'", in New York Amsterdam News, janvier 2010.
  5. (en) "Fela Anikulapo Kuti* And Roy Ayers - Music Of Many Colours", sur Discogs.
  6. Louis Victor, "De N.W.A. à Dr Dre : Roy Ayers, le soulman le plus samplé de l'histoire du rap", in Télérama, 8 juillet 2015.
  7. (en) Kate Butler, "Roy Ayers: [Final 5 Edition]", in Sunday Times, janvier 2004.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]