Ginger Baker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ginger Baker
Ginger Baker 1980.jpg
Ginger Baker en 1980.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Peter Edward BakerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Instrument
Labels
Maître
Genres artistiques
Site web
Discographie
Ginger Baker discography (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Peter Edward Baker, dit Ginger Baker, né le à Lewisham (South London) et mort le à Canterbury (Kent)[1], est un batteur britannique, célèbre pour avoir été membre du power trio Cream de 1966 à 1968 avec Jack Bruce et Eric Clapton.

Il se classe à la troisième place du classement des cent meilleurs batteurs de tous les temps du magazine Rolling Stone [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ginger Baker.

Né à Londres en 1939, Ginger Baker devient orphelin à quatre ans, son père étant mort pendant la Seconde Guerre mondiale[3].

Il a été surnommé « Ginger » (« rouquin ») pour la couleur de ses cheveux roux flamboyants.

Carrière[modifier | modifier le code]

À ses débuts, Baker joue dans le groupe Blues Incorporated d'Alexis Korner, qui accueille de nombreux musiciens de passage, dont Cyril Davies, Charlie Watts, Mick Jagger et Jack Bruce. En 1962, il remplace Charlie Watts, parti rejoindre les Rolling Stones. Il quitte le groupe de Korner et, en compagnie de Jack Bruce, rejoint les différentes formations de Graham Bond jusqu'en 1966. Puis devenu le leader de ce groupe, il expulse Jack Bruce avec qui il ne s'entend pas, mais quitte finalement lui-même le groupe un peu plus tard.

Cream[modifier | modifier le code]

En 1966, Ginger Baker propose au guitariste Eric Clapton de monter un groupe, mais ce dernier "accepte à l’unique condition que le bassiste de la formation soit le meilleur, Jack Bruce". Baker accepte et ils créent Cream[4]. Le groupe ne tiendra que deux ans et quatre disques.

En 1969, Ginger Baker joue au sein du supergroupe Blind Faith avec Clapton, Steve Winwood et Ric Grech. Au début des années 1970, il tourne et enregistre avec le groupe de jazz-rock : Ginger Baker's Air Force[5]. Sa rencontre avec Fela Kuti donne naissance, en 1971, au disque Fela With Ginger Baker Live![6]. Il enregistre Stratavarious en 1972 aux côtés de Bobby Gass sous le pseudonyme de Bobby Tench.

Il vit dans le borough londonien de Harrow de 1970 à 1976. En 1976, il traverse le Sahara avec Keith Gerrard. Ce voyage de quatre jours a été le plan du premier Paris Dakar en 1978.

En 1974, il forme le Baker Gurvitz Army, qui enregistre trois albums et se sépare en 1976[7].

En 1980, Baker rejoint les Hawkwind pour un album et une tournée. En 1985, il enregistre avec Public Image Ltd de John Lydon pour l'album Album. À partir de 1986, Ginger Baker sort plusieurs albums de jazz fusion et tourne avec des groupes de styles variés (jazz, musique classique, rock) et reforme Cream avec ses anciens associés le temps de quelques concerts au Royal Albert Hall de Londres en 2005[8].

En 2012 sort le documentaire Beware of Mr. Baker sur la vie de Ginger Baker, réalisé par Jay Bulger[9].

Santé et mort[modifier | modifier le code]

Connu pour sa consommation frénétique d'héroïne et son caractère explosif, Baker qui vit en Afrique du Sud, annonce, en , souffrir d'une maladie pulmonaire obstructive chronique, causée par des années de tabagisme, et de douleurs dorsales chroniques provoquées par l'arthrose.

En , il annonce qu'il lui est maintenant fortement déconseillé de donner de nouveaux concerts, à cause de problèmes cardiaques[10], et, en , il subit une opération à cœur ouvert[11].

Il meurt le à l'hôpital[1],[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ginger Baker a été marié quatre fois et a eu trois enfants. De son union avec Liz Finch naît en 1960, sa fille Ginette Karen. En 1968, naît sa seconde fille, Leda. Son fils, Kofi Streatfield Baker, naît en 1969.

De 1993 à 1999, il vit dans la région de Denver au Colorado, en partie pour sa passion pour le polo. Il a participé au parc équestre de Salisbury[13].

Style[modifier | modifier le code]

Ginger Baker avec Cream lors du programme Fenklup (Fanclub) à la télévision néerlandaise en 1968.

Son style est caractérisé par l'utilisation de percussions rarement utilisées dans la musique rock auparavant.

Discographie[modifier | modifier le code]

The Storyville Jazz Men and The Hugh Rainey Allstars[modifier | modifier le code]

  • Storyville Re-Visited (1958) featuring Bob Wallis et Ginger Baker

avec Graham Bond[modifier | modifier le code]

  • Live at Klooks Kleek (1964)
  • The Sound of 65 (1965)
  • There's a Bond Between Us (1965)

avec Cream[modifier | modifier le code]

avec Blind Faith[modifier | modifier le code]

avec Ginger Baker's Air Force[modifier | modifier le code]

avec Baker Gurvitz Army[modifier | modifier le code]

  • Baker Gurvitz Army Janus (1974)
  • Elysian Encounter Atco (1975)
  • Hearts on Fire Atco (1976)
  • Flying In and Out of Stardom Castle (2003)
  • Greatest Hits GB Music (2003)
  • Live in Derby Major league productions (2005)
  • Live Revisited (2005)

en solo[modifier | modifier le code]

  • Horses and Trees (1986)
  • Middle Passage (1990)
  • Going Back Home (1994) (en trio avec Charlie Haden contrebasse et Bill Frisell guitare,)
  • Falling off the roof 1995 (en trio avec Charlie Haden contrebasse et Bill Frisell guitare,)
  • Coward of the County (1999)
  • Why? Motéma Music (2014)

Collaborations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ginger Baker, célèbre batteur de rock et de jazz, fondateur de Cream avec Eric Clapton, est mort à l'âge de 80 ans », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  2. La Rédaction, « Les 100 meilleurs batteurs de tous les temps », sur Rolling Stone, (consulté le )
  3. André Lavoie, « La démesure d'un batteur », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  4. Clément Mathieu, « Jack Bruce, la crème de la crème », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Penny Valentine, « Ginger Baker: I’m not an easy person to get on with », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  6. Bertrand Lavaine, « Le dialogue Nord-Sud de Fela Kuti et Ginger Baker », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  7. Ginger Baker compilations, AllMusic.
  8. https://www.youtube.com/watch?v=lTaPCRAx5G0
  9. Alain Constant, « Ginger Baker, batteur inconditionnel », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. Site personnel et blog
  11. (en-US) Joseph Hooper, « Harmonic Convergence? Ginger Baker's Crazy Story », The New York Observer. Consulté le 3 mars 2014.
  12. « Décès du légendaire batteur Ginger Baker, qui a joué avec Clapton, à 80 ans », sur L'Actualité, (consulté le )
  13. (en) Cream, The Royal Albert Hall London May 2–3–5–6 2005 album, AllMusic. Consulté le 7 octobre 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :