Thylacosmilus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thylacosmilus atrox, unique représentant du genre Thylacosmilus, est une espèce éteinte de mammifères métathériens à dents de sabre qui a habité ce qui est aujourd’hui l’Amérique du Sud de la fin du Miocène au Pliocène (9 à 3 Ma). Sa ressemblance avec les « tigres à dents de sabre » n’en fait pas un félidé, au contraire du célèbre Smilodon d’Amérique du Nord, mais c’était un sparassodonte, groupe étroitement apparenté aux marsupiaux, et dont la ressemblance superficielle avec les autres mammifères à dents de sabre est due à une évolution convergente. Une étude de 2005 a révélé que la force des morsures de Thylacosmilus et de Smilodon étaient faibles, ce qui indique que les techniques de mise à mort des animaux à dents de sabre différaient de celles des espèces existantes. On a trouvé des restes de Thylacosmilus principalement dans les provinces de Catamarca, d’Entre Ríos et de La Pampa, dans le nord de l’Argentine..

Description[modifier | modifier le code]

Deux squelette de T. atrox dans une pose de combat.

C'était un grand prédateur à dents de sabre proche des marsupiaux, de la taille d’un jaguar (1,6 mètres de long) et pesant autour de 150 kilos[1], qui a vécu du Tortonien jusqu'au Plaisancien (de 9 à 3 millions d'année) en Amérique du Sud ; on ne connaît pas ses ancêtres et il n’a pas eu de descendants. Il n’avait aucune parenté avec les Machairodontinae (autres tigres à dents de sabre), mais il représente un bon exemple d'évolution convergente. Il possédait de grandes dents à croissance continue plus longues qu'une main humaine et de puissantes épaules, ce qui lui permettait de dépecer ses proies. Des restes de cet animal ont été trouvés dans plusieurs endroits d'Amérique du Sud.

Il s'est éteint à la fin du Pliocène après le grand échange inter-américain qui suivit la réunion des deux Amériques par la surrection de l’isthme de Panama il y a environ 3 Ma.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. B. Sorkin, « A biomechanical constraint on body mass in terrestrial mammalian predators », Lethaia, vol. 41, no 4,‎ , p. 333–347 (DOI 10.1111/j.1502-3931.2007.00091.x)