Thierry Poinsot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thierry Poinsot, né le 22 mars 1958, est un chercheur français, directeur de recherche au CNRS, chercheur à l’Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse, conseiller scientifique au CERFACS[1] et senior research fellow à Stanford. Il est membre de l’Académie des sciences depuis 2019[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur de l’École Centrale de Paris (1980, Centralesupelec aujourd’hui), il a obtenu une thèse de docteur ingénieur en 1983 et une thèse d’état en 1987 avant de travailler à Stanford pendant deux ans (1988-1990). Il travaille aujourd’hui à Toulouse. Ses domaines de compétences sont la mécanique des fluides, la combustion, la propulsion, l'acoustique, le calcul à haute performance.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Thierry Poinsot a été enseignant depuis 1980 à l’Ecole Centrale Paris, à Stanford, à l’ISAE et l’ENSEEIHT à Toulouse, à Princeton, Tsinghua, Kanpur, à CISM[3], à l’Institut von Karmann. Il a été responsable du groupe MIR (milieux réactifs) à l’Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse de 2010 à 2017 et membre du conseil scientifique de PRACE[4] de 2008 à 2013.

Il est consultant pour de nombreuses compagnies et centres de recherche (IFP Energies Nouvelles, Air Liquide, Siemens, Daimler, John Zink…) depuis 1985, Senior research fellow au Center for Turbulence Research à Stanford[5] depuis 1990, conseiller scientifique au CERFACS[1] depuis 1992, éditeur en chef (avec Pr F. Egofopoulos, Université Southern California) de Combustion and Flame[6] depuis 2013, expert à la Commission Européenne pour les programmes ERC (European Research Council), depuis 2014 et membre du conseil d’administration du Combustion Institute[7] depuis 2016.

Œuvres, contributions scientifiques[modifier | modifier le code]

Il est l’auteur ou le coauteur[8] de :

·     220 articles dans des revues à comité de lecture

·     200 communications scientifiques avec actes

·     « Theoretical and numerical combustion” avec D. Veynante, livre de cours sur la combustion[9]

·      10 parties d’ouvrages

·     Site elearning de formation en mécanique des fluides: elearning.cerfacs.fr

Son travail porte essentiellement sur la combustion, la mécanique des fluides et l’énergie. Pour cela il utilise des expérimentations et des méthodes théoriques. De plus, il s’appuie sur la simulation numérique à haute performance[10] qui consiste à créer des jumeaux numériques ‘virtuels’ de systèmes réels (comme un moteur d’avion ou d’hélicoptère) grâce à des superordinateurs comportant maintenant plusieurs millions de processeurs (voir le Top500[11]).

Après sa thèse de docteur ingénieur sur les mécanismes physiques contrôlant la cuisson des pneus (pour Michelin), il a développé des études expérimentales et théoriques des instabilités de combustion[12] et de leur contrôle[13],[14] dans les moteurs aéronautiques sous la direction de Sébastien Candel au laboratoire EM2C à Centrale Paris. Il a aussi développé des modèles pour la combustion turbulente[15].

Lors de son séjour de deux ans à Stanford en post doc, il a mis en place les premières simulations directes de flammes turbulentes[16],[17],[18],[19]. Ces premières simulations académiques[20] ont ouvert la voie à des outils de simulation numérique de chambres de combustion réelles[21],[22] qui utilisent les plus gros ordinateurs actuels et sont employés pour calculer les chambres de combustion aéronautiques françaises (fusées, hélicoptères, avions, fours)[23],[24],[25],[26]. En marge de ces travaux de simulation numérique, il a aussi développé à l’IMFT des activités théoriques[27],[28],[29] et expérimentales[30],[31],[32] sur la combustion.

Il s’intéresse aujourd’hui aux moteurs aéronautiques et aux systèmes de génération d’énergie du futur ainsi qu’au stockage des énergies renouvelables par l’hydrogène[33]. Il a contribué fortement à la mutualisation des grands codes de simulation numérique pour la mécanique des fluides en France et en Europe et ses codes sont employés par des centaines de chercheurs et ingénieurs. Ses travaux ont été soutenus depuis 2013 par deux projets Européens ERC (European Research Council) : INTECOCIS[10] et SCIROCCO[33].

Il a enseigné la combustion et les méthodes numériques partout dans le monde (Princeton[34], Tsinghua, Kanpur) et dans la plupart des grandes écoles et universités de France. Il anime aujourd’hui le site elearning du CERFACS[35]et a démarré une série de cours par internet sur la mécanique des fluides et la combustion[36].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Médaille de bronze du CNRS en 1988.
  • Meilleur chercheur DRET en 1991.
  • Premier prix Cray en 1993.
  • Prix Edmond Brun de l’Académie des sciences en 1996
  • Premier prix BMW pour l’encadrement de la thèse de B. Caruelle en 2002.
  • Grand Prix de l’Académie des sciences, Paris, 2003.
  • AIAA Associate Fellow en 2003.
  • ‘Prime d’excellence scientifique’ du CNRS in 2009-2013.
  • ERC advanced grant[37] en 2013 sur les instabilités thermoacoustiques[38].
  • ERC advanced grant en 2019 sur le stockage des énergies renouvelables par l’hydrogène[33]
  • Hottel plenary lecture au 36th Symp.(Int.) Comb. 2016 (Seoul).
  • Zeldovich Gold medal du Combustion Institute, 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • www.cerfacs.fr/~poinsot
  • www.imft.fr
  • www.cerfacs.fr

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « CERFACS »
  2. « Communiqué de presse »
  3. « CISM »
  4. « PRACE »
  5. « CTR Stanford »
  6. « Combustion and flame »
  7. « Combustion Institute »
  8. « Google Scholar »
  9. « Livre combustion »
  10. a et b « Intercocis »
  11. « Top 500 »
  12. Poinsot T., Trouvé A., Veynante D., Candel S. et Esposito E., « Vortex driven acoustically coupled combustion instabilities », Journal of Fluid Mechanics,‎ 1987, 177, p. 265-292
  13. Poinsot T., Lang W., Bourienne F., Candel S. et Esposito E., « Suppression of combustion instability by active control », Journal of Propulsion and Power,‎ (1989) 5, 1, p. 14
  14. McManus K., Poinsot T. et Candel S., « A review of active control methods for combustion instabilities », Progress in Energy and Combustion Science,‎ (1992) 19, p. 1-29
  15. Candel S.M. et Poinsot T., « Flame stretch and the balance equation for the flame area », Comb. Sci. and Tech.,‎ (1990), 70, p. 1-15
  16. Meneveau C. et Poinsot T., « Stretching and quenching of flamelets in premixed turbulent combustion », Comb. and Flame,‎ (1991), 86, p. 311-332
  17. Poinsot T., Veynante D. et Candel S., « Quenching processes and premixed turbulent combustion diagrams », Journal of Fluid Mechanics,‎ (1991), 228, p. 561-606
  18. Poinsot T. et Lele S., « Boundary conditions for direct simulations of compressible reacting flows », Journal of Computational Physics,‎ (1992), 101, 1, p. 104-129
  19. Poinsot T., Echekki T. et Mungal M.G., « A study of the laminar flame tip and implications for premixed turbulent combustion », Combustion Science and Technology,‎ (1991), 81, 1-3, p. 45
  20. Vervisch, L. et Poinsot T., « Direct Numerical Simulation of non-premixed turbulent combustion », Annual Review of Fluid Mechanics,‎ (1998), 30, p. 655-692
  21. Moureau, V., Lartigue, G., Sommerer, Y., Angelberger, C., Colin, O. et Poinsot, T., « High-order methods for DNS and LES of compressible multi-component reacting flows on fixed and moving grids », J. Comp. Phys.,‎ (2005), 202, p. 710-736
  22. G. Daviller, G. Oztarlik et T. Poinsot, « A generalized non-reflecting inlet boundary condition for steady and forced compressible flows with injection of vortical and acoustic waves », Comp. Fluids,‎ (2019), 190, p. 503-513
  23. Boudier G., Gicquel L., Poinsot T., Bissières D. et Bérat C., « Comparison of LES, RANS and Experiments in an Aeronautical Gas Turbine Combustion Chamber », Proc. Comb. Institute,‎ (2007), 31, p. 3075-3082
  24. M. Boileau , G., Staffelbach B. Cuenot ,T. Poinsot et C. Bérat, « LES of an ignition sequence in a gas turbine engine », Combustion and Flame,‎ (2008), 154, 1-2, p. 2-22
  25. M. Leyko, F. Nicoud, S. Moreau et T. Poinsot, « Numerical and analytical investigation of the indirect noise in a nozzle », Compte Rendus de Mécanique,‎ (2009) 337, 6-7, p. 415-425
  26. L.Y.M. Gicquel, G. Staffelbach et T. Poinsot, Large Eddy Simulation of Gaseous Flames in Gas Turbine Combustion Chambers in "Progress in Energy and Combustion Science", (2012), 38, Article de revue sur la LES dans les turbines. 80 pages p., p. 782-817
  27. M. Bauerheim, P. Salas, F. Nicoud et T. Poinsot, « Symmetry breaking and control of azimuthal thermoacoustic modes in annular chambers », J. Fluid Mech.,‎ (2014), 760, p. 431-465
  28. Nicoud F. and Poinsot, T., « Thermoacoustic instabilities: should the Rayleigh criterion be extended to include entropy changes ? », Comb. Flame,‎ (2005), 142, p. 153-159
  29. F. Thiesset, F. Halter, C. Bariki, C. Lapeyre, C. Chauveau, I. Gokalp, L. Selle et T. Poinsot, « Isolating strain and curvature effects in premixed flame/vortex interactions », J. Fluid Mech.,‎ (2017), 831, p. 618-654
  30. T. Kaiser, G. Oztarlik, L. Selle, T. Poinsot, « Impact of symmetry breaking on the flame transfer function of a laminar premixed flame », Proc. Comb. Inst.,‎ (2019), 37, 2, p. 1953-1962
  31. D. Mejia, M. Miguel-Brebion, A. Ghani, T. Kaiser, F. Duchaine, L. Selle et T. Poinsot, « Influence of flame-holder temperature on the acoustic flame transfer functions of a laminar flame », Combustion and Flame,‎ ( 2018), 188, p. 5-12
  32. P. Xavier, A. Ghani, D. Mejia, M. Miguel-Brebion, M. Bauerheim, L. Selle, L. et T. Poinsot, « Experimental and numerical investigation of flames stabilised behind rotating cylinders: interaction of flames with a moving wall », Journal of Fluid Mechanics,‎ (2017), 813, p. 127–151
  33. a b et c « Stockage des énergies renouvelables par l'hydrogène »
  34. « Princeton »
  35. « Elearning Cerfacs »
  36. « Cours par internet »
  37. « ERC »
  38. « Intercocis »