The Sonics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sonic (homonymie).
The Sonics
Description de cette image, également commentée ci-après
The Sonics pendant le Record Store Day en 2015.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Garage rock, rock 'n' roll, garage punk, protopunk
Années actives 19631968, depuis 2008
Site officiel thesonicsboom.com
Composition du groupe
Membres Gerry Roslie
Rob Lind
Larry Parypa
Dusty Watson
Freddie Dennis
Anciens membres Andy Parypa
Bob Bennett
Ricky Lynn Johnson
Don Wilhelm
Mitch Jaber
Stuart Turner
Jerry Parypa
Tony Mabin
Rich Koch
Marilyn Lodge
Bill Dean
Ray Michelsen
George Fencil-Wallace
Michael Gone
George Crowe
James Butsch
Suzie Kattayama
GoodTime Charlie Lewis

The Sonics est un groupe de garage rock américain, originaire de Tacoma, dans l'État de Washington. Formé en 1960[1], le groupe est cité comme inspiration d'autres groupes comme Nirvana, Bruce Springsteen, et the Fall.

The Sonics ont repris plusieurs morceaux comme Louie, Louie et Skinny Minnie, et sont connus pour des morceaux originaux tels que Strychnine, Psycho et The Witch. Ils se séparent en 1968, et reviennent quarante années plus tard, en 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première période (1963–1968)[modifier | modifier le code]

Le nom du groupe est choisi en référence aux usines Boeing voisines et à leur production aéronautique.

Ce groupe est actif de 1963 à 1968, avec au chant Gerry Roslie. Ils se situent au départ dans la tradition du rock de Seattle, celle des groupes avec saxophone, très rock'n'roll et énergiques, assez éloigné du style anglais. Les Wailers (sans rapport avec Bob Marley, on parle d'ailleurs généralement de The Fabulous Wailers pour éviter la confusion) en étaient les plus célèbres représentants. Ils sont d'ailleurs l'un des premiers groupes à reprendre Louie Louie. Ils restent la principale inspiration des Sonics. Les Kingsmen, les Frantics, sont également issus de cette vague.

Leur premier album, Here Are the Sonics, paraît en 1965. La batterie y est d'une violence inédite, les soli de guitares ultra-saturés (même le saxophone sature), et systématiquement précédés d'un hurlement de Gerry Roslie. D'ailleurs, la saturation de la guitare électrique est naturelle, à l'instar de Link Wray : le volume est au maximum, et les enceintes sont trafiquées (en plantant un crayon dedans par exemple). Le groupe joue divers standards rock 'n' roll, et propose quatre morceaux originaux : le classique The Witch, Boss Hoss, Psycho, et le mythique Strychnine.

Ils enregistreront également un mini-album de Noël, avec notamment Don't Believe in Christmas, sur la mélodie d'une chanson de Chuck Berry. Leur deuxième album, The Sonics Boom, paraît en 1966. Ces morceaux préfigurent les Stooges. Il comprend des chansons d'avantage dans la tradition rhythm and blues, ou plus soul, et un slow. The Witch ayant eu un réel succès dans la région de Seattle, le groupe rejoint la maison de disques Jerden, qui souhaite les entraîner vers les sommets. C'est ainsi que sort leur troisième album, le décevant Introducing the Sonics (parfois réédité sous le nom Maintaining My Cool). Le groupe détestera tellement le disque qu'il se dissoudra rapidement.

Après ce demi échec, les membres du groupe laissent progressivement la place à de nouveaux musiciens aux ambitions radicalement opposées. C'est ainsi que de nouveaux Sonics apparaissent, jouant un acid rock très baba. Finalement, lorsque Andy Papyra, dernier membre originel, les quitte à son tour, il décide, persuadé que les Sonics vont tomber dans l'oubli, de vendre le nom du groupe. Ces nouveaux Sonics ne sortiront néanmoins aucun album, jusqu'à ce qu'une compilation sorte, Fire and Ice: Lost Tapes, montrant les Sonics originels en couverture.

Retours (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

The Sonics en concert en 2008.

En 1980, Gerry Roslie reforme le groupe avec d'autres membres, le temps de l'album Sinderella. On y trouve des nouvelles versions d'anciennes chansons (He's Waitin', Boss Hoss…), et des inédites. L'ensemble est dans un style punk/new wave très loin du garage rock des années 1960. La voix de Gerry Roslie évoque un peu celle de Jello Biafra des Dead Kennedys.

Ils deviennent l'un des groupes garage les plus repris par notamment Fuzztones, Cramps, Fleshtones, et Nomads. De nombreux autres artistes en sont fans comme Jello Biafra (Dead Kennedys), les White Stripes. Au début des années 1980 un label de disques créé par Stéphane Saunier au Havre, en Normandie, est baptisé Sonics Records en leur hommage.

En 2008, the Sonics enregistrent une session live pour Mark Lamarr de la BBC Radio 2, le 22 mars. Ils jouent leur tout premier concert à Londres le 23 mars ; plus tard la même année, ils enregistrent Have Love, Will Travel qui devient la bande originale du film RocknRolla de Guy Ritchie[2]. En 2009, Freddie Dennis, ancien membre de Freddie and the Screamers, the Kingsmen, et de Liverpool 5, prend la place de Wilhelm à la basse et au chant.

Le groupe sort un nouvel album en 2010, 8, composé de 4 nouvelles compositions et de versions live de certaines de leurs anciens morceaux, enregistrées lors de leurs récentes tournées en Europe[3]. En 2012, Johnson est remplacé par le batteur Dusty Watson, qui a joué avec Slacktone, Agent Orange, Dick Dale, the Surfaris, Davie Allan and the Arrows, Lita Ford, the Supersuckers, The Boss Martians, et Evan Foster.

Le , le groupe annonce la sortie d'un nouvel album, leur premier depuis 40 ans, intitulé This Is The Sonics. Il est publié sur leur propre label, Revox, le 31 mars. S'en suivra d'une tournée promotionnelle[4]. Le 22 mai 2016, Rob Lind annonce sur Facebook le départ de Gerry Roslie et Larry Parypa.

Membres[modifier | modifier le code]

Formation classique[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

  • 1964 : The Witch/Keep A-Knockin'
  • 1965 : The Witch/Psycho
  • 1965 : Psycho/Keep A-Knockin'
  • 1965 : Boss Hoss/The Hustler
  • 1965 : Don't Be Afraid Of The Dark/Shot Down
  • 1965 : The Sonics' Don't Believe In Christmas/The Wailers' Christmas Spirit'
  • 1965 : Cinderella/Louie Louie
  • 1966 : You Got Your Head On Backwards/Love Light
  • 1966 : Like No Other Man/Love Light
  • 1966 : The Witch/Like No Other Man
  • 1966 : Psycho/Maintaining My Cool
  • 1967 : Love-itis/You're In Love
  • 1967 : Lost Love/Any Way The Wind Blows
  • 1967 : Any Way The Wind Blows/Lost Love
  • 1975 : Dirty Old Man/Bama Lama Bama Loo
  • 1979 : The Witch/Bama Lama Bama Loo
  • 1998 : The Witch/Keep A-Knockin'
  • 1998 : Psycho/Have Love Will Travel
  • 1998 : Cinderella/He's Waitin'
  • 1998 : Boss Hoss/The Hustler
  • 1998 : Strychnine/Shot Down
  • 1998 : Louie Louie (The Sonics)/Louie Louie (The Wailers)
  • 1998 : Don't Believe In Christmas/Santa Claus

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Feydri, « Northwest punks », Nineteen, Toulouse, Association Nineteen, vol. 18,‎ , p. 50-53 (ISSN 0757-1984)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mark Deming, « The Sonics | Biography & History », AllMusic (consulté le 2 mai 2017)
  2. (en) « RocknRolla (2008) Soundtracks », IMDb.com (consulté le 23 août 2014)
  3. (en) Ernest Jasmin, « Tacoma Weekly », Tacoma Weekly, (consulté le 23 août 2014)
  4. « Garage-band legends the Sonics roar back to life », BostonGlobe.com, (consulté le 11 avril 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]