Thérèse Fantou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thérèse Fantou
Image illustrative de l’article Thérèse Fantou
Statue de Thérèse Fantou dans l'église de Miniac-Morvan
Bienheureuse
Naissance
Miniac-Morvan, France
Décès   (à 47 ans)
Cambrai, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Ordre religieux Lazaristes
Béatification
par Benoît XV
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 26 juin

Thérèse Madeleine Fantou (Miniac-Morvan, - Cambrai, ) est une fille de la Charité martyre sous la révolution française et reconnue bienheureuse par l'Église catholique. Son nom est donné à une paroisse du diocèse de Rennes en 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille très modeste, elle reçoit de sa mère une éducation catholique rigoureuse.

À 24 ans, le 28 novembre 1771[1], elle entre chez les filles de la Charité de Saint Vincent de Paul de Plouer puis rejoint la maison mère à Paris.

En 1790, l'Assemblée constituante proclame la Constitution civile du clergé. Elle réorganise unilatéralement le clergé séculier français, institue une nouvelle Église (l'Eglise constitutionnelle), ce qui provoque la division du clergé en clergé constitutionnel et clergé réfractaire. L'année 1793 sera la dernière pour la congrégation des sœurs d'Arras. En effet, l'arrivée du citoyen Joseph Le Bon élu au comité de sûreté général n'offre qu'une solution aux ordres religieux, celle de prêter serment à la Constitution pour sauver leur vie.

Les sœurs d'Arras n'échapperont pas au jugement. Arrêtées et transférées de prison en prison, Thérèse Fantou et les religieuses de la congrégation refuseront d'embrasser la constitution. Le le couperet tombe.

Tableau, dans l'église de Miniac-Morvan, représentant les quatre sœurs d'Arras dans la charrette qui les conduit vers la guillotine à Cambrai le 26 juin 1794.

Mais la mort de quatre sœurs d'Arras ne sera pas vaine. De nouvelles dénonciations contre les méthodes de Joseph Le Bon aboutissent cette fois à un décret d'accusation. À Paris, le Comité de salut public réagit une nouvelle fois et met en cause l'intégrité et la rapidité de ses jugements. Il sera à son tour exécuté le 24 vendémiaire an II ().

Béatification[modifier | modifier le code]

Avec ses compagnes Madeleine Fontaine, Françoise Lanel et Jeanne Gérard, elle sera béatifiée par le pape Benoît XV le [2]. Les quatre bienheureuses sont honorées le 26 juin[3].

Depuis le , la paroisse Bienheureuse Thérèse Fantou du Mesnil recouvre les communes de Plerguer, Miniac-Morvan, Lillemer et Le Tronchet[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]