Tétanie d'herbage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vache victime d'une tétanie d'herbage.

La tétanie d'herbage[1], aussi nommée tournis d'herbage[réf. nécessaire] ou tétanie hypomagnésienne[1], est une maladie métabolique pouvant toucher les animaux au pâturage et notamment les ruminants, en particulier les femelles laitières. Elle se déclare lors de la mise au pâturage, et après l'ingestion de grandes quantités de jeunes pousses d'herbes. Elle est consécutive à des déséquilibres ioniques dans le sérum sanguin. Un des symptômes caractéristiques est un faible niveau du magnésium sanguin (hypomagnésiémie).

Symptômes[modifier | modifier le code]

La tétanie d'herbage se caractérise particulièrement par une diminution du taux de magnésium dans le sang. L'animal atteint manifeste généralement la maladie par des symptômes nerveux : une hyperexcitabilité neuromusculaire, des troubles du comportement, des troubles locomoteurs, une raideur de la démarche, une mauvaise coordination des mouvements, des grincements de dents et des crises convulsives. La maladie peut aboutir au coma et souvent à la mort, qui peut survenir au cours d'une crise convulsive[2].

Les symptômes apparaissent lorsque la concentration plasmatique de magnésium est inférieure à 0,15 mg/l[1].

Facteurs de risques[modifier | modifier le code]

Chez l'animal, les facteurs de risques sont liés en particulier à l'âge, au stress et à la production lactée.

Chez les plantes, les jeunes pousses sont fréquemment carencées en magnésium[3].

Espèces de plantes concernées[modifier | modifier le code]

Parmi les espèces de plantes susceptibles de provoquer le syndrome de la tétanie d'herbage figurent des espèces de Poaceae des genres suivants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Les maladies d'origine métabolique - Les maladies nerveuses d'origine métabolique chez les petits ruminants (thèse) », (consulté le 27 octobre 2017).
  2. a et b (en) James P. Smith Jr, « Agrostology; An Introduction to the Systematics of Grasses », sur Botanical Studies - Open Educational Resources and Data, Université d'État de Humboldt, (consulté le 27 octobre 2017).
  3. Émilie Arnaud, « Les pathologies à manifestation nerveuse des ovins - première partie : Étiologies et manifestations cliniques », Bulletin de l'Alliance pastorale, no 846,‎ juillet-août 204, p. 14-18 (lire en ligne).