Phalaris (plante)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Phalaris est un genre de plantes monocotylédones de la famille des Poaceae (graminées), sous-famille des Pooideae, à répartition cosmopolite.

Ce genre comprend de nombreuses espèces réparties sur tous les continents à l'exception de l'Antarctique, à la fois dans les milieux secs ou humides et à une large échelle d'altitude, depuis des altitudes inférieures au niveau de la mer jusqu'à plusieurs centaines, voire plusieurs milliers, de mètres d'altitude. Deux espèces, Phalaris arundinacea et Phalaris aquatica sont considérées comme des plantes envahissantes en milieu humide.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom générique « Phalaris », dérive d'un terme latin, phaleris, -idos, transcription du grec Φάληρίς, dérivé de Φάλός, « blanc », qui désignait une plante à la panicule vert-blanchâtre, vraisemblablement Phalaris canariensis, l'alpiste des Canaries, attesté chez Pline[1]. C'est une allusion aux épillets argentés et luisants. Selon l' Etymological Dictionary of Grasses[2], le terme grec dériverait de φαλαρός (phalaros) désignant la foulque macroule (Fulica atra) qui porte une tache frontale blanche sur la tête.

Alcaloïdes[modifier | modifier le code]

Certaines espèces de Phalaris sont toxiques pour le bétail car elles contiennent de la gramine, substance qui, chez les ovins et dans une moindre mesure chez les bovins, peut causer des dommages au cerveau, à d'autres organes et au système nerveux central, et causer la mort des animaux[3],[4].

Phalaris arundinacea, Phalaris aquatica et Phalaris brachystachys contiennent les alcaloïdes suivants : N,N-DMT (diméthyltryptamine), 5-MeO-DMT (5-méthoxy-diméthyltryptamine) et 5-OH-DMT (bufoténine). Certaines recherches ont été faites sur la variabilité des alcaloïdes chez les espèces de Phalaris. Les souches ayant des teneurs élevées en alcaloïdes sont à éviter dans les prairies où paissent des bovins et des moutons, en raison de leur toxicité potentielle. Parmi les souches à forte teneur en alcaloïdes, figurent notamment Phalaris aquatica AQ-1 et l'espèce Phalaris brachystachys . La concentration en alcaloïdes semble affectée également par des facteurs saisonniers et météorologiques, la toxicité se manifestant surtout en automne et en période de sécheresse. Les repousses après pâturage ou fauchage présentent également une augmentation sensible des taux d'alcaloïdes.


Espèces de Phalaris contenant des alcaloïdes
Espèces
Alcaloïdes totaux
(% de la matière sèche)
DMT
5-MeO-DMT
5-OH-DMT
Phalaris aquatica
0,0007 - 0,18 %[5]
0,100 %[6]
0,022 %[6]
0,005%[6]
Phalaris arundinacea
0,0004 - 0,121 %[5]
Phalaris brachystachys
jusqu'à 3 %
(parties aériennes)
x

Aucun des alcaloïdes cités ci-dessus n'ont été signalés chez Phalaris californica, Phalaris canariensis, Phalaris minor et les hybrides de Phalaris arundinacea avec Phalaris aquatica[5].

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List (11 juillet 2016)[7] :

Selon Kew Garden World Checklist (11 juillet 2016)[8] :

Liste des espèces et variétés[modifier | modifier le code]

Selon NCBI (11 juillet 2016)[9] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques André, Les noms de plantes dans la Rome antique, Les Belles Lettres, coll. « Études Anciennes / publiée sous le patronage de l'Association Guillaume Budé », , 332 p. (ISBN 9782251328560), p. 195.
  2. (en) Harold T. Clifford, Peter D. Bostock, Etymological Dictionary of Grasses - volume 86 de GeoJournal library, SpringerLink: Springer e-Books, , 320 p. (ISBN 9783540384342), p. 251.
  3. (en) Peter R. Cheeke, Toxicants of Plant Origin: Alkaloids, vol. 1, CRC-Press, coll. « Toxicants of Plant Origin », , 352 p. (ISBN 9780849369902, lire en ligne).
  4. (en) « phalaris  » [PDF], ] - AU Dept. of Agriculture and Food.
  5. a b et c (en) « DMT, Life and the Universe », sur Lycaeum.org, (consulté le 11 juillet 2016)
  6. a b et c (en) « Phalaris / DMT FAQ », sur erowid.org, (consulté le 11 juillet 2016)
  7. The Plant List, consulté le 11 juillet 2016
  8. Kew Garden « World Checklist », consulté le 11 juillet 2016
  9. NCBI, consulté le 11 juillet 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :