Dactyle pelotonné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dactylis glomerata

Dactylis glomerata, le dactyle aggloméré, est une espèce de plantes monocotylédones, de la famille des Poaceae (graminées), sous-famille des Pooideae, originaire de l'Ancien Monde.

C'est une plante herbacée vivace, largement cultivée dans tous les continents comme plante fourragère. C'est également une adventice (mauvaise herbe) répandue dans les cultures, notamment les vergers et vignobles

Cette plante de prairie, très commune, plutôt adaptée à la fauche qu'au pâturage, est souvent semée en association soit avec d'autres graminées, soit avec des légumineuses (trèfle ou luzerne). Son pollen est responsable d'allergies respiratoires.

Noms vernaculaires 
chiendent-à-bossettes, dactyle, dactyle aggloméré, dactyle pelotonné, herbe des vergers, patte-de-lièvre, pied-de-poule[2], fenasse-à-boton[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Dactylis signifie « doigt », glomerata « aggloméré, pelotonné ».

Description[modifier | modifier le code]

Ligule longue.

Dactylis glomerata est une plante herbacée vivace, cespiteuse, aux tiges (chaumes) dressées ou géniculées ascendantes de 15 à 140 cm de long. Les feuilles ont un limbe condupliqué, de couleur vert bleuâtre, glabre, relativement large, de 10 à 45 cm de long sur 2 à 14 mm de long et une gaine carénée aplatie. La ligule, assez longue et échancrée, est membraneuse et non-ciliée. Les innovations basales sont flabellées (préfoliaison pliée)[4].

L'inflorescence est une panicule contractée ovale assez caractéristique, de 2 à 30 cm de long, ramifiée, est formée de groupes d'épillets rassemblés en glomérules serrés. Les épillets fertiles, pédicellés, comptent de 2 à 5 fleurons fertile, avec des fleurons réduits à l'apex. Ces épillets, oblongs ou cunéiformes, de 5 à 9 mm de long, sont fortement comprimés latéralement. Ils se décomposent à maturité en se désarticulant à la base de chaque épillet fertile[4].

Les glumes, persistantes, plus fines que la lemme fertile, sont dissemblables et plus courtes que l'épillet. La glume inférieure lancéolée, membraneuse, carénée, à l'apex aigu, est plus courte que la glume inférieure (75 % de la longueur de cette dernière), et présente une nervure. La glume supérieure, ovale, membraneuse, carénée, , à l'apex aigu, plus courte que la lemme fertile adjacente (75 %) présente 3 nervures, dont la principale est ciliée[4].

Les fleurons fertiles sont enveloppés dans la glumelle inférieure (lemme) obovale, comprimée latéralement, de profil lancéolé ou oblong, de 4 à 7 mm de long, de consistance herbacée, plus fine sur les bords et présentant 5 nervures. Cette lemme à l'apex acuminé présente une arête de 0,5 à 1,5 mm de long. Les fleurons stériles apicaux ressemblent aux fleurons fertiles mais sont sous-développés. Les fleurons présentent un ovaire glabre. Le fruit est un caryopse au hile punctiforme[4]

Chromosomes : cette espèce a un nombre chromosomique de base égal à x=7 et présente un polymorphisme avec trois niveaux de ploïdie : diploïde (2n=2x=14), tétraploïde (2n=4x=28) et hexaploïde (2n=6x=42)[5].

Distribution[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition originelle de Dactylis glomerata s'étend dans les régions tempérées et tempérées chaudes de l'Ancien Monde :

L'espèce s'est largement naturalisée dans les autres continents, notamment en Afrique orientale et australe (Tanzanie, Lesotho, Afrique du Sud), en Australie et Nouvelle-Zélande, aux États-Unis (Alabama, Géorgie, Kentucky, Mississippi, Caroline du Sud, Virginie, Virginie-Occidentale) ainsi qu'à Hawaï, en Amérique centrale (Costa Rica) et en Amérique du Sud (Argentine, Uruguay)[7].

Cette plante est fréquente dans les prés et prairies, mais aussi dans les bois et les friches. Généralement sur les sols riches en azote et ensoleillés.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (28 février 2018)[8] :

  • Bromus glomeratus (L.) Scop.
  • Festuca glomerata (L.) All.
  • Koeleria dactylis Chaub.
  • Limnetis glomerata (L.) Eaton
  • Phalaris glomerata (L.) Gueldenst.
  • Trachypoa vulgaris Bubani, nom. superfl.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List (28 février 2018)[1] :

  • Dactylis glomerata subsp. hispanica (Roth) Nyman
  • Dactylis glomerata subsp. juncinella (Bory ex Boiss.) Stebbins & D.Zohary
  • Dactylis glomerata subsp. lobata (Drejer) H.Lindb.
  • Dactylis glomerata subsp. lusitanica Stebbins & D.Zohary
  • Dactylis glomerata subsp. reichenbachii (Hausm. ex Dalla Torre & Sart.) Stebbins & D.Zohary
  • Dactylis glomerata subsp. smithii (Link) Stebbins & D.Zohary


Utilisation[modifier | modifier le code]

Plante fourragère[modifier | modifier le code]

Le dactyle pelotonné est l'une des principales graminées fourragères, sélectionnée pour sa haute productivité. Elle s'adapte à tous types de sols et réagit bien aux apports d'azote. Son enracinement puissant lui donne une bonne résistance aux sécheresses estivales[9]. En revanche, le dactyle supporte mal les terrains humides ou temporairement inondés.

Riche en protéines, on le cultive fréquemment dans les prairies temporaires, souvent associée à une légumineuse telle que la luzerne, ou, en terrains plus acides, le trèfle blanc[10].

Variétés cultivées[modifier | modifier le code]

Près de 160 variétés sont inscrites au catalogue européen des espèces et variétés et plus de 90 au catalogue officiel français[11].

La gamme de précocité a été améliorée ainsi que la durée de la montée à épis. La résistance à la rouille aussi.

Plusieurs variétés sont des composites hybrides, une variété est destinée à la végétalisation et une autre à un usage en gazon.

En Amérique du Nord, les sélectionneurs de dactyle aggloméré ont mis au point des variétés qui mûrissent plus tard, sont plus productives, plus résistantes aux maladies et plus largement adaptées que le dactyle commun. En première coupe, les variétés de dactyle à maturation tardive coïncident mieux avec la luzerne que les variétés de type précoce[12].

Quatre types de mode de croissance du dactyle aggloméré ont été sélectionnés :

  • haut, ramifié, précoce,
  • haut, feuillu, tardif,
  • mi-haut, feuillu, mi-tardif
  • nain, feuillu, mi-tardif

Les cultivars de type « haut » sont les mieux adaptés à la récolte mécanique. cependant, ils conviennent aussi bien au pâturage si la gestion de est adaptée. Les types « mi-haut » et « nain » sont généralement recommandés seulement pour les systèmes de pâturage. Les différents cultivars diffèrent largement dans leur résistance aux maladies foliaires, aux virus et au froid hivernal[12].

Plante médicinale[modifier | modifier le code]

La plante est réputée être œstrogénique. C'est en médecine populaire un remède populaire pour traiter les tumeurs, les affections rénales et vésicales[13].

Mauvaise herbe[modifier | modifier le code]

En Australie, Dactylis glomerata est considérée comme une mauvaise herbe environnementale dans le Victoria, la Tasmanie, l'ACT (Territoire de la capitale australienne) et la Nouvelle-Galles du Sud. Très cultivée comme herbe de pâturage, la plante s'est répandue dans des sites perturbés et des communautés végétales naturelles. Elle se montre envahissante dans les landes, les bois ouverts et les forêts, les ripisylves, les milieux humides d'eau douce et sur le littoral, où elle forme des pelouses denses qui suppriment les graminées indigènes et les autres plantes herbacées non graminoïdes. Elle a par exemple envahi certaines parties basses des forêts ouvertes qui forment la réserve naturelle de Queanbeyan dans l'ACT. Cette réserve est le seul habitat d'une espèce d’Asteraceae endémique très rare, Rutidosis leptorrhynchoides, classée « en voie de disparition », et que le dactyle concurrence directement pour l'espace, les nutriments, la lumière et l'humidité[14],[15].

Ennemis naturels[modifier | modifier le code]

Maladies[modifier | modifier le code]

Ergot du seigle sur dactyle pelotonné.

En Europe, la rouille jaune ou rouille striée, Puccinia striiformis f.sp. dactylidis, qui affecte les céréales peut attaquer gravement le dactyle. La rhynchosporiose, maladie causant des taches puis des dessèchements foliaires et causée par le champignon Rhynchosporium orthosporum[16]. Le dactyle peut également être l'hôte de l'ergot du seigle. Divers autres champignons peuvent également affecter le dactyle : Mastigosporium rubricosum est l'agent de la moucheture brune. Cette maladie, qui se traduit par des taches brunes allongées sur feuilles, diminue les rendements et la qualité des fourrages. Epichloe typhina est l'agent des quenouilles. Sans réelle gravité, la rouille du dactyle causée par le champignon Uromyces dactylidis nécessite pour son cycle complet de développement un second hôte tel que les renoncules[16].

Aux États-Unis, la scolécotrichose ou maladie des taches en bandes des graminées (Scolecotrichum graminis), l'échaudure des feuilles (Rynchosporium orthosporum), la rouille striée (Puccinia striiformis) et les taches foliaires figurent parmi les maladies les plus répandues et les plus destructrices chez le dactyle aggloméré. La résistance à ces maladies est variable selon les cultivars[17].

Le virus de la marbrure du dactyle (CfMV, Cocksfoot Mottle Virus) est transmis par les adultes et les larves d'un chrysomélidé (Oulema melanopus L.). Non transmis par les graines, il peut se répandre par le matériel agricole (fauchage) et par le bétail au pâturage. Il provoque des symptômes de décoloration du feuillage et peut réduire la longévité des cultures. C'est un sérieux problème au Royaume-Uni et l'une des maladies les plus graves du dactyle au Japon. On dispose aux États-Unis de cultivars résistants à ce virus[12].

Ravageurs[modifier | modifier le code]

Les principaux ravageurs sont les mêmes que ceux des graminées fourragères.

En Europe, les cécidomyies du dactyle, attaquent les inflorescences : Contarinia dactylidis est la plus précoce et est observée juste avant la floraison, Dasineura dactylidis apparaît peu après la floraison. Chez ces deux espèces, les larves s'alimentent aux dépens des graines[16].

Aux États-Unis, les larves du scarabée japonais (Popillia japonica) et du hanneton vert (Cotinis nitida) se nourrissent de racines du dactyle aggloméré. Les tenthrèdes se nourrissent de la pointe des tiges. On connaît cependant mal l'importance des pertes économiques causée par ces insectes[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b The Plant List, consulté le 28 février 2018
  2. (en) « Dactylis glomerata(DACGL) », sur EPPO Global Database, Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP) (consulté le 28 février 2018).
  3. Jan Caputa, Les plantes fourragères, Lausanne, Librairie Payot, , 2e éd., 208 p., p. 74-76.
  4. a, b, c et d (en) W.D. Clayton, M. Vorontsova, K.T. Harman & H. Williamson, « Dactylis glomerata », sur GrassBase - The Online World Grass Flora (consulté le 1er mars 2018).
  5. (en) David J. Gibson, Grasses and Grassland Ecology, Oxford University Press, coll. « Oxford biology », , 305 p. (ISBN 9780198529187, lire en ligne), p. 105-107.
  6. (en) « 1. Dactylis glomerata Linnaeus, Sp. Pl. 1: 71. 1753.  », sur Flora of China (consulté le 1er mars 2018).
  7. a et b (en) « Taxon: Dactylis glomerata L.  », sur Germplasm Resource Information Network (GRIN) (consulté le 1er mars 2018).
  8. Catalogue of Life, consulté le 28 février 2018
  9. Fiche dactyle Choix des espèces et variétés fourragères sur prairies-gnis.org
  10. Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France AFPF 2014
  11. Accès au catalogue européen et au catalogue français des espèces et variétés
  12. a, b et c (en) D. Hannaway, S. Fransen, J. Cropper, M. Teel, M. Chaney, T. Griggs, R. Halse, J. Hart, P. Cheeke, D. Hansen, R. Klinger & W. Lane, « Orchardgrass (Dactylis glomerata L.) », Pacific Northwest Extension publications, université d'État de l'Oregon, vol. 502,‎ (lire en ligne [PDF]).
  13. (en) « Dactylis glomerata L. », sur Plants For A Future (PFAF) (consulté le 1er mars 2018).
  14. (en) « Dactylis glomerata L. », sur Weeds of Australia, Biosecurity Queensland (consulté le 2 mars 2018).
  15. (en) « Dactylis glomerata (cocksfoot) », sur Invasive Species Compendium (ISC), CABI (consulté le 2 mars 2018).
  16. a, b et c « Dactylis glomerata - Les maladies et ravageurs », sur Ephytia, INRA (consulté le 2 mars 2018).
  17. a et b (en) « Orchardgrass - Dactylis glomerata L. », sur Plant Fact Sheet, USDA - NRCS (consulté le 3 mars 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :