Systèmes de retraite en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les systèmes de retraite en Europe sont tous confrontés à la réduction du nombre de naissances, à l'allongement de l'espérance de vie et à la baisse de la croissance économique, qui se traduisent, entre autres, par moins de cotisants pour plus de pensionnés, dans un contexte de chômage élevé pour la plupart d'entre eux.

L'inquiétude est particulièrement forte en Italie et en Allemagne : dans les années 2000 l'arrivée à la retraite de la génération baby-boom de l'après 1945 y avait jusqu'ici moins pesé qu'en France ou en Espagne, selon une étude de la Fondation Robert Schuman en 2003[1], mais ce facteur ne joue plus car ces deux pays ont en plus un déficit de jeunes cotisants, pour avoir expérimenté une natalité[2] plus faible qu'ailleurs depuis une trentaine d'années[3].

Cadre bismarckien ou beveridgien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État-providence#Les typologies.
  • Le premier modèle, dit bismarckien, organise une solidarité horizontale entre les travailleurs, financée sur les salaires et par une participation des employeurs. Le système est géré par des organismes indépendants de l'État, notamment les syndicats de salariés.
  • Le second modèle, dit bevéridgien, est une redistribution verticale par l'État, financée par l'impôt, assurant à tous des droits. Le taux de remplacement est calculé sous conditions de situation (revenus, résidence, etc.).

Les pays d’Europe du Nord (Danemark, Finlande, Suède), Pays-Bas, Royaume-Uni appliquent le modèle beveridgien en prenant « plus ou moins en compte » les autres revenus, sans « lien avec les revenus perçus au cours de la carrière professionnelle ». Le reste de l'Europe (Allemagne, Autriche, France) applique le modèle bismarckien : le taux de remplacement dépend des cotisations et n'est soumis à aucune condition de ressources »[4].

De nombreux pays ont plafonné la retraite versée par le système public. Dans le système de retraite aux Pays-Bas, elle est calculée en fonction du salaire minimum : un couple de retraités a par exemple la garantie de recevoir 100 % du salaire minimum, ce qui favorise les bas revenus et les personnes vivant en couple[5].

Les principales différences[modifier | modifier le code]

L'âge « légal » peu significatif, car de nombreuses dérogations[modifier | modifier le code]

Dans beaucoup de pays, le relèvement de l'âge légal de départ à la retraite s'accompagne de larges dérogations, qui rendent ce chiffre peu significatif. Du coup, « les systèmes sont peu comparables », selon Henri Sterdyniak, chercheur à l’Observatoire français des conjonctures économiques[6] car "en France, l’âge mis en avant est l’âge légal, en dessous duquel on n’a pas le droit de partir, alors que, dans les autres pays, c’est l’âge où on peut partir à taux plein »[7].

  • En Italie, un système de départ à la retraite anticipée dit « pension d’ancienneté » permet de partir dès 35 ans d’ancienneté sans condition d’âge ni de décote. L'importance de ces dérogations font que la durée de cotisation minimale exigée par la loi est plus importante que l'âge « légal ».
  • En Allemagne, une retraite anticipée a été prévue pour les chômeurs, les assurés de longue date, les femmes, et les handicapés[10]. Pour les autres, il sera toujours possible de partir à 63 ans avec 35 ans de cotisation) et une décote pour années manquantes[11] limitée[12] et nettement inférieure (7,2 %)[13] à celle appliquée en France pour quelqu'un qui partirait à 63 ans avec 35 ans de cotisation (25 % de décote). Cette disposition fait dire à de nombreux économistes que l'âge de départ avec une retraite à taux « quasi-plein » restera en Allemagne de 63 ans, alors qu'en France, un départ à 63 ans et 35 ans de cotisation se fera souvent avec une décote pour années manquantes considérable, de 25 %.

Des dérogations pour invalidité[modifier | modifier le code]

La proportion d'une génération qui peut bénéficier d'une dérogation pour le seul critère d'invalidité, appréciée sur critères médicaux, est de 4 % en France, 10 % au Royaume-Uni, 13 % aux Pays-Bas et 16 % au Danemark.

Des durées de cotisation minimum qui varient fortement d'un pays à l'autre[modifier | modifier le code]

En France, la réforme de Jean-Marc Ayrault de 2013 prévoit de relever à l'horizon 2025 la durée de cotisation à 43 ans après que celle d'Éric Woerth l'ait fait passer à 41 ans et trois mois[réf. nécessaire]. En comparaison, 30 annuités sont exigées en Angleterre, 35 en Allemagne, Belgique et Espagne, ou 36 en Italie. La Grèce prévoit de passer de 37 à 40 ans de cotisation[14],[15].

Même en cas de durée de cotisation identique, les pensions peuvent être très différentes d'un pays à l'autre, certains pays ayant par ailleurs des retraites par capitalisation importantes.

Vingt ans après la chute du mur de Berlin, la plupart des pays d'Europe de l'Est tentent de réformer leurs systèmes. C'est le cas de la Roumanie où la durée de cotisation est de vingt-sept ans et huit mois pour les femmes, trente-deux ans et huit mois pour les hommes[16]. Elle va grimper, d'ici à 2015, à trente ans pour les femmes, trente-cinq ans pour les hommes[17].

Décotes et surcotes[modifier | modifier le code]

Une décote pour années manquantes, ou pour départ anticipé, réduit le niveau de pension, tandis qu'une surcote l'augmente si est prise plus tard. Ces deux outils incitent à cotiser plus longtemps (d'où plus de ressources) et passer moins de temps à la retraite (d'où moins de dépenses).

La France a été le premier pays, en 1993, à introduire des décote pour années manquantes : 2,5 % par trimestre manquant (10 % par annuité) dans le cadre de la réforme Balladur des retraites de 1993 pour tous les salariés du privé. La durée de cotisations exigée est passée (en dix ans) de 37,5 ans à 40 ans.

La loi de 2003, mise en place par François Fillon, a atténué les effets de la réforme Balladur en ramenant la décote pour années manquantes à 5 % contre 10 % auparavant et en plafonnant le maximum des décotes cumulées à 25 %, total qui reste cependant très supérieur aux décotes prévues dans d'autres pays européens.

Le système de retraite en Allemagne a fixé une décote moins forte qu'en France, à 3,6 % par année manquante par rapport à l'âge légal (65 ans puis 67 ans d'ici 2031 en Allemagne), à condition d'avoir cotisé 35 ans, selon l'économiste Henri Sterdyniak[6], chercheur à l’Observatoire français des conjonctures économiques[7]. Le système allemand par exemple permet de partir à 63 ans, à condition d'avoir cotisé 35 ans[18], avec une décote plafonnée à 7 %[19].

Poids de la capitalisation[modifier | modifier le code]

L'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, l'Autriche, la Belgique, la Finlande, la Suède, la Grèce, le Portugal, le Luxembourg et la France fonctionnaient traditionnellement sur un système de répartition[réf. souhaitée]. Les Pays-Bas, le Danemark et l'Irlande cumulent un système de forfait où la pension de retraite est presque la même pour tous[20] à un système important de retraite par capitalisation.

Les réformes pratiquées en Europe ont eu pour effet de diminuer la pension moyenne[21] du système public[22].

Presque tous les pays européens ont un système de retraite par répartition obligatoire auquel s'ajoute un système de retraite par capitalisation. Plus l'un est développé, moins l'autre l'est. En France, pays où les compléments par capitalisation sont les moins développés, la dénonciation par les syndicats d'un risque de baisse des pensions[23] du système public a déclenché les grèves contre la réforme des retraites[24].

En Angleterre, les retraites versées par le système public sont plus faibles qu'ailleurs[25] car existe parallèlement un système privé très développé, les fonds de pension, sous forme de retraite par capitalisation. Ces fonds de pension sont cependant globalement dépendants des marchés financiers. Ils ont bénéficié de la hausse de la bourse dans les années 1990, mais subi ensuite les crises boursières des années 2000. Le système de retraite aux Pays-Bas est l'un des rares à cumuler un bon niveau de pension du système public et des compléments apportés par des fonds de pension par branches professionnelles[5].

Le chômage avant la retraite pèse sur la proportion de cotisants[modifier | modifier le code]

Les efforts entrepris par de nombreux pays européens pour augmenter le nombre de cotisants à la retraite, en relevant l'âge légal de départ, ou celui auquel une retraite à taux plein est possible, se heurtent à un autre problème, l'importance du chômage précédant la retraite. Le taux d’activité moyen des 55/64 ans est en effet de seulement 40 % dans l’Union européenne[26] (UE) des 15 et il n'est que de 30 % dans les PECO, pays de l’Europe centrale et orientale, amenés à intégrer progressivement l'UE[27].

Le recours aux licenciements et aux préretraites amène une partie de la population active à cesser le travail avant de partir à la retraite, le plus souvent contre son gré, ou en échange d'indemnités de départ très incitatives. Ce phénomène est le plus fréquent dans sept pays (Luxembourg, Belgique, France, Italie, Grèce, Autriche et Espagne), qui sont aussi les sept pays où la proportion de personnes de 20 ans à 65 ans ayant un emploi est la plus faible.

« Bon nombre de salariés sont exclus du marché du travail bien avant l’âge de la retraite », ce qui a « des répercussions négatives dans le financement de la protection sociale et des retraites en particulier », selon la CFDT, deuxième syndicat français, qui réclame des mesures pour inciter en France à l'emploi des 55 ans à 60 ans.

Dans son ouvrage Le Capitalisme d'héritiers. Le crise française du travail (2006), Thomas Philippon, professeur d'économie à l'université de New York, a observé que l'on quitte en général l'entreprise plus tôt en France, sans forcément en créer une nouvelle, d'où un taux d'inactivité important des plus de 50 ans et découvert que c'est en particulier le cas dans les entreprises familiales, où les perspectives de promotion interne sont plus faibles et la conflictualité plus forte.

Taux d’emploi des 20/65 ans et âge moyen de retrait du marché du travail dans les pays européens, tableau comparatif établi par la CFDT[28]
Taux d’emploi des 20/65 ans Taux d’emploi des 55/64 ans[29] Âge moyen où cesse le travail Âge légal de la retraite Écart entre les deux (en années)
Luxembourg 66,3 31,7 57,5 65 7,5 (pour les hommes)
Belgique 63,1 32,1 58,1 65 6,9 (pour les hommes)
France 65,8 37,8 58,7 62 (67 pour retraite à taux plein) 3,3 ans (8,3 pour retraite à taux plein)
Italie 57,9 31,2 60,4 65 (60 p les femmes)[30] 4,6 (pour les hommes)
Grèce 64,1 41,6 60,4 65 (60 p les femmes)[30] 4,6 (pour les hommes)
Autriche 75,1 30,5 60,9 65 (60 p les femmes)[30] 4,1 (pour les hommes)
Espagne 57,9 43,1 61,4 65 ans, 67 ans d'ici 2031. 5,6 ans
Allemagne 71,7 44,9 61,6 65 ans, 67 ans en 2029. 5,4 ans
Pays-Bas 77,2 46,2 61,7 65 3,3 ans
Finlande 71,5 52,7 62,2 65 2,8 ans
Suède 80,3 68,9 63,2 flexible entre 61 et 67 3,6 ans au maximum
Royaume-Uni 79,6 56,8 63,2 65 (60 p les femmes)[30] 2,8 (pour les hommes)
Danemark 83,5 59,8 63,6 65 1,4
Irlande 70,3 51,7 64,3 65 0,7
Portugal 79,4 43,9 64,5 65 0,5
Union européenne 69,1 50,9 60,5 (ho) ; 59,5 (fe)

L'équilibre des principaux systèmes nationaux[modifier | modifier le code]

L'écart entre l'âge légal où l'on peut prendre sa retraite et celui où l'on cesse réellement de travailler, supérieur à cinq ou six ans dans de nombreux pays a entraîné une baisse des niveaux de pension, une bonne partie des salariés préférant prendre une retraite anticipée, même avec une faible pension, plutôt que rester au chômage. Cette diminution des pensions publiques a amené les pays européens à relever encore un peu l'âge légal, pour réaliser plus d'économies, tout en développant des systèmes complémentaires privés, avec des allégements fiscaux.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système de retraite en Allemagne.

Jusqu'en 2010, la retraite anticipée était possible à partir de 63 ans avec 35 ans de cotisation, ou même 60 ans avec 15 ans de cotisation et un an de chômage, ou encore à partir de 60 ans pour les personnes invalides mais disposant de 35 ans de cotisation derrière elles[20]. Entre 1996 et 2007, le gouvernement a déboursé 7,2 millions d'euro pour financer la retraite anticipée. Pour 50% de leur temps, les salariés gagnaient 70% de leur ancien salaire. À cause du nombre élevé de personnes souhaitant bénéficier de la retraite anticipée, le gouvernement a décidé de ne plus financer cette forme de retraite depuis 2010[31].

L'Allemagne était l'un des pays où la retraite publique était la plus élevée[32]. Le taux de prélèvement obligatoire étant pour cette raison élevé aussi, le gouvernement a décidé de transférer à des assurances privées une partie de la retraite publique, en jouant sur des baisses d'impôt[32]. Les salariés ont été incités à y verser 1 % de leur salaire brut et jusqu'à 4 % en 2008, entraînant l'acceptation d'une baisse de leur revenu. En 2002, 3 millions de salariés sur les 35 millions y avaient souscrit[33]. Le gouvernement en avait espéré trois fois plus. Mais pour ceux qui l'ont fait, la part des retraites complémentaires par capitalisation correspondait déjà à 11 % du total des retraites[32].

En janvier 2001, une nouvelle loi a réformé le système de retraite en Allemagne, avec une baisse du taux de remplacement, ramené de 70 % à 64 % du salaire moyen d'ici 2030[33] pour les salariés du privé. Parallèlement, le taux de cotisation à la retraite publique passera de 19 à 22 % d'ici à 2030[34].

Espagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système de retraite en Espagne.

Signé dès 1995 avec les syndicats, le pacte de Tolède a séparé les prestations contributives et les prestations non contributives pour les personnes dans l'incapacité de travailler, qui depuis sont financées par l'État et donc par l'impôt[35]. De ce fait, le système de retraite en Espagne est resté l'un des plus généreux[35].

La période retenue pour calculer le montant de la retraite a été allongée progressivement de 8 à 15 années de cotisations. Ainsi 15 années de cotisations ouvrent droit à 50 % de la pension, alors qu'une pension à taux plein s'acquiert avec 35 années de cotisations, pour les salariés de l'industrie, du commerce et des services[34].

France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : retraite en France.

Par la réforme Balladur des retraites de 1993, la France a été le premier pays, en 1993, à introduire des décote pour années manquantes : 2,5 % par trimestre manquant (10 % par annuité) pour tous les salariés du privé. La durée de cotisations exigée est passée de 37,5 ans à 40 ans, mais cette décision a été étalée sur dix ans, afin que la baisse des cotisations en résultant ne pénalise pas trop la consommation populaire et par ricochet les débouchés commerciaux des entreprises.

La loi de 2003 a atténué les effets de la réforme Balladur en ramenant la décote pour années manquantes à 5 % contre 10 % auparavant et en plafonnant le maximum des décotes cumulées à 25 %, total qui reste cependant très supérieur aux décotes prévues dans d'autres pays européens. La surcote a par ailleurs été créée en 2003 afin d'encourager les salariés à cotiser plus longtemps, même si une incitation existe déjà compte tenu fait que le taux de remplacement du régime général est de seulement 50 %, auquel s'ajoute les prestations des régimes de retraite complémentaire, obligatoire seulement dans le secteur privé.

Italie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système de retraite en Italie.

En 1992, les régimes spéciaux ont été mis aux normes du régime général et la période minimum de cotisation est passée de 15 à 20 ans, le calcul de la pension étant désormais effectué sur les salaires perçus pendant toute la vie active et non plus sur ceux des cinq dernières années[36].

Une deuxième réforme en 1993 a introduit une souplesse dans l'âge de départ à la retraite : il peut varier de 57 à 65 ans, à condition d'avoir cotisé au moins 35 ans. À la suite d'un accord en 1997 entre le gouvernement et les syndicats, il a ensuite été prévu l'alignement du système du secteur public sur celui du privé[37]. Le taux de remplacement de la retraite de base peut atteindre 80 % du salaire[38], et ce après 40 ans de cotisations[39], mais dans la plupart des cas, la « réforme Dini », du nom de l'ancien gouverneur de la Banque d'Italie, a avalisé une perte de retraite de l’ordre de 28 % induite par la "réforme Amato", avec une baisse du taux de remplacement à 56,2 % par rapport au 80 % antérieur, pour un départ à 60 ans avec 40 annuités[40].

La réforme de 1997 a créé une retraite par capitalisation, favorisée par des incitations fiscales. Elle ne concernait que 5 % des travailleurs du privé en 2003, principalement les cadres supérieurs. La loi prévoyait que ce pourcentage passe à 30 % en 2005[41], avant la crise boursière de 2008.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • La loi incite à travailler jusqu'à 70 ans[42], par le biais d'une prime équivalente à 32 000 euros.
  • Depuis avril 2001, toute entreprise de plus de cinq salariés a l'obligation d'instituer des plans de retraite par capitalisation standardisée, concernant tous les salariés de plus de 18 ans embauchés pour plus de trois mois. L'employeur n'est pas tenu d'y contribuer. Ce système ne garantit pas un niveau de retraites précis, et fait dépendre la valeur des pensions des retraités des performances du marché boursier, ce qui a provoqué d'importants problèmes lors de la crise financière de 2008[44].

Suède[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système de retraite en Suède.

Dotée de l'espérance de vie la plus élevée d'Europe (84 ans pour les femmes et 77 ans pour les hommes)[45], la Suède a attendu 1999, après un long dialogue social, pour réformer son système de retraite[46]. La pension est depuis calculée sur le revenu moyen de toute la vie active, et non plus sur les 15 meilleures années[46]. Sont aussi prises en compte les années passées à étudier, à effectuer son service militaire ou à s'occuper de jeunes enfants à la maison. La pension dépend du montant des cotisations, mais aussi de l'espérance de vie moyenne lors du départ à la retraite, et de la croissance économique[45].

La cotisation, partagée entre salariés et employeurs, correspond à 18,5 % du salaire brut : 16 % financent le régime par répartition et 2,5 % un compte individuel de capitalisation. Des plans de formation destinés aux salariés âgés de 40 à 50 ans ont été créés pour leur permettre de rester plus longtemps.

Les Suédois reçoivent chaque année des informations concernant les sommes qu'ils ont versées et des estimations du montant de leur retraite mensuelle[47] qu'ils seront en droit de toucher, sur la base de différentes hypothèses de croissance[45].

Suisse[modifier | modifier le code]

Le système suisse connaît des problèmes. L’allongement de la durée de la vie et l’amélioration des conditions d’existence des retraités au cours de ces dernières décennies, conjugués à une stagnation économique (ayant touché de plein fouet les jeunes générations) ont conduit à l’apparition de nouvelles formes d’inégalités sociales entre générations. Comme le chômage persistant restreint la base cotisante qui alimente les fonds de pensions, cette évolution interroge la capacité de l’État social suisse à garantir pour le futur une répartition équitable des ressources non plus entre classes sociales, mais entre générations[48].

Part des pensions dans le PIB national[modifier | modifier le code]

La part des pensions dans le PIB national ne mesure pas la qualité d'un système de retraite, mais reflète la démographie, les préférences sociales, et les part relatives des systèmes publics et des systèmes privés complémentaires de retraite par capitalisation (importante au Royaume-Uni et Pays-Bas par exemple). Cet indicateur doit donc être interprété avec beaucoup de précautions.
p : données provisoires.
r : données révisées.

Part des dépenses de pensions dans l'Union européenne en % de PIB[49]
2005 2006 2007
Allemagne 13,3 (r) 12,9 12,4 (p)
Autriche 14,3 (r) 14,1 13,8
Belgique 11,1 (r) 11,0 10,7
Bulgarie 8,0 7,6 7,3
Chypre 6,8 6,8 6,8 (p)
Danemark 11,0 (r) 10,7 10,8
Espagne 9,1 (r) 9,0 (p) 9,0 (p)
Estonie 5,9 6,0 5,9
Finlande 11,2 11,0 10,8
France 13,2 13,2 13,3 (p)
Grèce 12,1 (r) 12,0 12,1
Hongrie 9,8 10,0 10,4
Irlande 5,0 5,0 5,2
Italie 14,7 (r) 14,6 (p) 14,6 (p)
Lettonie 6,3 6,1 5,3 (p)
Lituanie 6,5 (r) 6,3 6,6 (p)
Luxembourg 9,6 (r) 8,6 8,2
Malte 9,2 (r) 9,1 9,1
Pays-Bas 12,5 (r) 12,3 12,1 (p)
Pologne 12,7 12,5 11,6
Portugal 12,7 (r) 13,0 13,1
République tchèque 8,4 8,3 8,2
Roumanie 6,2 6,0 6,4
Royaume-Uni 10,8 (r) 10,8 10,5 (p)
Slovaquie 7,5 (r) 7,3 7,3 (p)
Slovénie 10,3 (r) 10,3 9,7 (p)
Suède 12,4 (r) 12,0 11,8 (p)
Union européenne à 15 12,3 12,1 (p) 12,0 (p)
Union européenne à 27 12,2 12,0 (p) 11,8 (p)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les systèmes de retraite en Europe, par Delphine Surrans, Fondation Robert Schuman, février 2003
  2. http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=DEU&codeTheme=1&codeStat=SP.DYN.TFRT.IN
  3. http://www2.istp.org/StudentsCorner/StudentsCorner2001_2002/8thGrade/SiteWebTechnoJuin2002/Nastassia/PageWeb/Italie.html
  4. Les Systèmes de retraite en Europe à l’épreuve des changements démographiques, par Laurent Caussat et Michèle Lelièvre (Insee), page 8
  5. a et b http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-325.pdf
  6. a, b et c http://www.la-croix.com/La-bataille-des-comparaisons-internationales/article/2439019/4079
  7. a, b et c « Retraites, la bataille des comparaisons internationales », par Nathalie Birchem, dans La Croix du 12 septembre 2010
  8. « Retraites : la France se rapproche de ses voisins », par Stéphanie Benz, L'Expansion du 27 octobre 2010
  9. http://www.lexpansion.com/economie/retraites-la-france-se-rapproche-de-ses-voisins_241559.html
  10. http://www.infobest.eu/fr/en-allemagne42120/
  11. Comparatif de la Fondation Ifrap, 6 septembre 2010
  12. http://www.toutpourlesfemmes.com/conseil/L-age-de-la-retraite-en-Europe-et.html
  13. L’âge de la retraite en Europe et dans le monde, par Nicole Salez, TPLF (Tout pour les femmes), mercredi 16 juin 2010
  14. http://www.europe1.fr/Economie/Retraites-et-ailleurs-en-Europe-264348/
  15. La durée de cotisation varie fortement en Europe, par Pierre Cavret, dans Ouest-France du 15 juin 2010
  16. « La durée de cotisation varie fortement en Europe », dans Ouest-France du
  17. http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-La-duree-de-cotisation-varie-fortement-en-Europe-_39382-1411322_actu.Htm
  18. « L’âge de la retraite inquiète aussi nos voisins européens », par Mikaël Roparz, France Info, le 15 octobre 2010
  19. http://www.france-info.com/monde-europe-2010-10-15-l-age-de-la-retraite-inquiete-aussi-nos-voisins-europeens-491575-14-15.html
  20. a et b http://www.retraite.net/systeme-retraite-europe,d7.html
  21. « La baisse des pensions de retraite : le débat interdit », Le Monde du 24.06.10
  22. http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/06/24/la-baisse-des-pensions-de-retraite-le-debat-interdit_1377600_3232.html
  23. http://www.fo-fonctionnaires.fr/nt383_reforme_retraites.html
  24. http://www.force-ouvriere.fr/page_principal/interna/index.asp?genre=&fl=2010&offset=&id=3204&theme_choisi=&nbre=
  25. http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-308.pdf
  26. Dossier sur les systèmes de retraites en Europe, CFDT, 2004
  27. http://www.cfdt-retraites.fr/Dossier-sur-les-systemes-de
  28. Dossier sur les systèmes de retraites en Europe - CFDT Retraités Tableau comparatif
  29. http://www.travail-solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/RapportCOR.pdf
  30. a, b, c et d http://www.touteleurope.eu/fr/actions/social/emploi-protection-sociale/presentation/comparatif-l-age-de-la-retraite-dans-l-ue.html
  31. http://www.rente.com/gesetzliche-rentenversicherung/rentenarten/altersteilzeit
  32. a, b, c et d Les Systèmes de retraite en Europe, par Delphine Surrans, Fondation Robert Schuman
  33. a et b http://www.robert-schuman.eu/print_qe.php?num=sy-77
  34. a et b Les systèmes de retraite en Europe, par Delphine Surrans, Fondation Robert Schumann
  35. a et b http://ec.europa.eu/employment_social/missoc/2004/012004/es_fr.pdf
  36. Réforme du système des retraites en Italie : bilan et perspectives, par Paola Veroni, OFCE, Département Analyse et Prévisions, note pour la réunion plénière du Conseil d'orientation des retraites du jeudi 5 décembre 2002
  37. Les systèmes de retraite en Europe, par Delphine Surrans, Fondation Robert Schuman
  38. Réforme du système des retraites en Italie : bilan et perspectives, par Paola Veroni, OFCE, Département Analyse et Prévisions, page 3.
  39. http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-169.pdf
  40. Réforme du système des retraites en Italie : bilan et perspectives, par Paola Veroni, OFCE, Département Analyse et Prévisions, page 3
  41. http://www.info-retraite.fr/index.php?id=128
  42. http://www.insee.fr/fr/insee_regions/picardie/themes/ipa/ipa16/web_ipa_16_accueil.htm
  43. http://www.robert-schuman.eu/question_europe.php?num=sy-77
  44. http://www.viadeo.com/hub/afficherubrique/?hubId=0021p2hprk6wv45i&forumId=0022ep2w0ocdhq5i
  45. a, b et c http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-1108.pdf
  46. a et b "Le pilotage du système de retraite en Suède", Réponses des missions économiques sur la base d’un questionnaire initié par la Direction générale du Trésor et de la Politique économique, page 2
  47. "Le pilotage du système de retraite en Suède", Réponses des missions économiques sur la base d’un questionnaire initié par la Direction Générale du Trésor et de la Politique économique, page 3
  48. Hugentobler, V. (2014). La question de l’équité intergénérationnelle : problème social ou subterfuge politique ? In C. Hummel, I. Mallon & V. Caradec (Eds.), Vieillesses et vieillissements : Regards sociologiques (p. 97-110). Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
  49. Part des dépenses de pensions dans l'Union européenne selon l'Insee citant Eurostat

Articles connexes[modifier | modifier le code]