Suzanne Cocq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzanne Cocq
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
EtterbeekVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Conjoint

Suzanne Cocq, née à Ixelles le et morte à Etterbeek le [1], est une peintre de paysages et de natures mortes, aquafortiste et graveuse sur bois belge[2].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Elle se forma à l'école professionnelle d'Ixelles où elle étudia les arts décoratifs de 1907 à 1910 puis les arts appliqués, illustration, reliure et enluminure puis suivi les cours de Constant Montald à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles[3]. Elle a brillé particulièrement dans la peinture à la gouache. Selon Eugène De Seyn, elle est douée d'un « talent délicat qui dénote du sentiment et de l'émotion et a du sens décoratif[4] ». Son style se distingue par une « certaine naïveté de la technique linéaire et une gamme de couleurs tendres[5] ».

Plusieurs de ses œuvres graphiques sont conservées au Cabinet des estampes de le Bibliothèque royale de Belgique[6].

Famille[modifier | modifier le code]

Suzanne Cocq, est la fille de Fernand Cocq, bourgmestre d'Ixelles.

Elle avait épousé le peintre et graveur Maurice de Brocas de Lanause (1892-1948) qui signait Maurice Brocas.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène De Seyn, Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, Bruxelles, 1935, tome premier, p. 148.
  • Paul Legrain, Dictionnaire des Belges, Bruxelles, 1981, p. 89.
  • Paul Piron, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Ohain-Lasne, 2003, tome I, p. 231.
  • Didier Paternoster, «Cocq, Suzanne», dans : Dictionnaire d'Histoire de Bruxelles, Bruxelles, 2013, p. 184-185.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Soir, journal, avis nécrologique, morte «après une longue et pénible maladie», «l'incinération, suivie de la dispersion des cendres a eu lieu» .
  2. (en) « Suzanne Cocq », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  3. Didier Paternoster, «Cocq, Suzanne», dans : Dictionnaire d'Histoire de Bruxelles, Bruxelles, 2013, p. 184-185.
  4. Eugène De Seyn, Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, Bruxelles, 1935, tome premier, p. 148 : « Talent délicat, qui dénote du sentiment et de l'émotion. Artiste douée du sens décoratif. Excelle dans la peinture à la gouache ».
  5. Selon Paul Legrain, Dictionnaire des Belges, Bruxelles, 1981, p. 89.
  6. Paul Piron, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Ohain-Lasne, 2003, tome I, p. 231.

Liens externes[modifier | modifier le code]