Sun Yang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Sun, précède le nom personnel.

Sun Yang
Image illustrative de l’article Sun Yang
Sun Yang lors des Jeux asiatiques de 2014
Informations
Nages Nage libre
Période active En activité
Nationalité Drapeau : République populaire de Chine Chinoise
Naissance (27 ans)
Lieu Hangzhou, Chine
Taille 2,00 m
Poids 92 kg
Records
Grand bassin 200 m nl. : min 44 s 39 NR
400 m nl. : min 40 s 14 RO, AS
800 m nl. : min 38 s 57
1 500 m nl. : 14 min 31 s 02 RM, Voir tableau ci-contre
Palmarès
Jeux olympiques 3 2 1
Ch. du monde grand bassin 11 2 2
Jeux asiatiques 2 2 -

Sun Yang (chinois simplifié : 孙杨 ; chinois traditionnel : 孫楊 ; pinyin : Sūn Yáng), né le à Hangzhou en Chine, est un nageur chinois spécialiste des épreuves de nage libre sur longue distance.

Trois fois champion olympique et onze fois champion du monde sur 200m, 400 m, 800 m et 1 500 m nage libre entre 2011 et 2019, il détient le record du monde du 1 500 m nage libre.

En 2014, il écope de trois mois de suspension après avoir été contrôlé positif à une molécule prohibée lors d'un test antidopage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Sa première grande compétition internationale sont les Jeux Olympiques de Pékin (Chine) en 2008. Âgé de seulement 16 ans, il se classe 28e du 400 m nage libre et 8e de la finale du 1 500 m nage libre. L'année suivante, aux Championnats du monde à Rome (Italie), il décroche sa première médaille internationale : le bronze sur 1 500 m nage libre. Il est également 18e du 800 m nage libre.

2010-2011[modifier | modifier le code]

Lors des Jeux Asiatiques qui se déroulent à Canton (Chine), il décroche l'or sur le 1 500 m nage libre avec un nouveau record d'Asie en 14 min 35 s 43 puis sur le 4 × 200 m nage libre avec le relais chinois. Il décroche également l'argent sur le 200 et le 400 m nage libre derrière Park Tae-Hwan.

L'année suivante, il participe aux Championnats du monde à Shanghai (Chine). Il gagne l'or sur le 800 et le 1 500 m nage libre devant le Canadien Ryan Cochrane en établissant le nouveau record du monde sur le 1 500 m[1],[2]. Lors du 400 m nage libre, il arrive second de la finale derrière Park Tae-Hwan. Pour finir, il est obtient le bronze lors du relais 4 × 200 m nage libre avec l'équipe chinoise.

Les Jeux olympiques de 2012[modifier | modifier le code]

À Londres (Royaume-Uni), il repart avec 4 médailles dont 2 titres olympiques. Tout d'abord, il est sacré champion olympique sur le 400 m nage libre en établissant le nouveau record olympique et asiatique en 3 min 40 s 14 puis sur le 1500 m nage libre avec le nouveau record du monde en 14 min 31 s 02. Sur le 200 m nage libre, il est deuxième ex aequo avec le Coréen Park Tae-Hwan juste derrière le Français Yannick Agnel avec le nouveau record de Chine en 1 min 44 s 93. Avec le relais chinois, il décroche la médaille de bronze du 4 × 200 m nage libre.

Championnats du monde 2013[modifier | modifier le code]

Aux Championnats du monde de natation 2013, il remporte trois titres sur les distances du 400 m, 800 m et 1 500 m nage libre ainsi qu'une médaille de bronze au relais 4 × 200 m nage libre.

Saison 2018[modifier | modifier le code]

Lors des Jeux asiatiques de 2018 à Jakarta, il remporte tous les titres en nage libre, de celui du 200 m jusqu’à celui du 1 500 m.

Saison 2019[modifier | modifier le code]

Lors des Championnats du monde de natation 2019 à Gwangju (Corée du Sud), il remporte son quatrième titre mondial au 400 m nage libre[3] en s'imposant en 3 min 42 s 44, et son deuxième titre mondial en 200 m nage libre[4] en 1 min 44 s 93.

Comportement extra-sportif et contrôle positif[modifier | modifier le code]

En fin d'année 2013, son comportement hors des bassins est repris par les médias. Sun Yang est condamné à sept jours de détention et une amende pour conduite sans permis de conduire après avoir heurté un bus au volant d'une Porsche Cayenne sans provoquer de dommages physiques à Hangzhou. Cela fait suite à une « expulsion temporaire de son centre d'entraînement et une romance avec une hôtesse de l'air très mal vue par son encadrement »[5]. Cet épisode d'accident de voiture n'est pas sans conséquence sportive puisque la fédération chinoise de natation le suspend et déclare qu'« il est privé de toutes les compétitions en Chine et à l'étranger ; de l'entraînement avec l'équipe nationale ; et de toutes les activités sociales et commerciales impliquant l'équipe nationale »[6].

L'agence officielle Chine nouvelle annonce, une fois sa suspension achevée, qu'il a été contrôlé positif à la trimétazidine lors d'une analyse antidopage en juillet 2014[7], et suspendu trois mois[8]. Sun déclare que la trimétazidine lui a été prescrit pour traiter sa palpitation depuis 2008, et qu'il n'est pas au courant de son ajout sur la liste des interdictions[9]. Le nageur français Camille Lacourt l'accuse cette même année ouvertement de dopage « Ça me donne envie de vomir. Je suis très triste de voir mon sport évoluer de cette façon. Ça me dégoûte de voir des gens qui ont triché sur les podiums. Sun Yang, il pisse violet ! »[10]. En janvier 2015, Agence mondiale anti-dopage déclasse la trimétazidine depuis « stimulant » en « modulateur pour le métabolisme cardiaque »[11]. « Sun a montré avec suffisamment d'évidence qu'il n'avait pas l'intention de tricher, ce qui aide à réduire sa suspension en 3 mois »[12]. Un journaliste australien a aussi admis que « Yang n'a pas triché intentionnellement »[13].

Lors des Championnats du monde de natation 2015 à Kazan, il est inscrit à quatre épreuves individuelles de nage libre : le 200 m, le 400 m, le 800 m et le 1 500 m. Il termine 2e du 200 m, derrière James Guy, et remporte les 400 m et 800 m, ce dernier devant Gregorio Paltrinieri. Pour le 1 500 m, Sun ne se présente pas, au tout dernier moment en chambre d'appel, laissant ce faisant Gregorio Paltrinieri l'emporter. Peu après cette épreuve, il reçoit néanmoins devant les spectateurs de la Kazan-Arena, le prix FINA de Meilleur nageur masculin des Championnats pour ses trois médailles.

Sun Yang est suspecté de s'être soustrait à un contrôle anti-dopage en détruisant un échantillon avec un marteau. La FINA a invoqué un vice de forme et a permis au nageur d'échapper à une sanction. L'Agence Mondiale Anti-Dopage a néanmoins fait appel auprès du Tribunal Arbitral du Sport[14].

À la suite de sa victoire sur 400 mètres nage libre aux mondiaux de natation 2019, le deuxième de l'épreuve, l'Australien Mack Horton, refuse de rester sur le podium avec Sun Yang[15]. Il reçoit un avertissement de la FINA pour son geste[16], mais est applaudi par de nombreux autres nageurs qui le soutiennent[17]. Le Britannique Duncan Scott, médaille de bronze sur le 200 mètres nage libre, a lui aussi refusé de rester sur le podium avec Sun Yang, vainqueur, de lui serrer la main et de figurer avec lui pour la séance photo. Sun Yang s'est énervé et a crié à cette occasion[18].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Pékin 2008 Londres 2012 Rio 2016
200 m nage libre - Argent
1 min 44 s 93
Or
1 min 44 s 65
400 m nage libre 28e
3 min 50 s 90
Or
3 min 40 s 14 (AN, NR, RO)
Argent
3 min 41 s 68
4 × 200 m nage libre - Bronze
7 min 6 s 30
-
1500 m nage libre 8e
15 min 5 s 12
Or
14 min 31 s 02 (RM)
-

Championnats du monde de natation[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Rome 2009 Shanghai 2011 Barcelone 2013 Kazan 2015 Budapest 2017 Gwangju 2019
200 m nage libre - - - Argent
1 min 45 s 20
Or
1 min 44 s 39
Or
1 min 44 s 93
400 m nage libre - Argent
3 min 43 s 24
Or
3 min 41 s 59
Or
3 min 42 s 58
Or
3 min 41 s 38
Or
3 min 42 s 44
800 m nage libre - Or
7 min 38 s 57
Or
7 min 41 s 36
Or
7 min 39 s 96
1500 m nage libre Bronze
14 min 46 s 84
Or
14 min 34 s 14 (RM)
Or
14 min 41 s 15
-
4 × 200 m nage libre - - Bronze
7 min 4 s 74
-

Records[modifier | modifier le code]

Records d'Asie[modifier | modifier le code]

  • Il bat le record du 1 500 m nage libre asiatique avec un temps de 14 min 35 s 43 (en 2010).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 800 m nage libre : le Chinois Sun Yang champion du monde, Rouault 8e », sur opl.fr, 27 juillet 2011. Consulté le 28 juillet 2011.
  2. « Mondiaux de natation: Sun Yang surpasse l'illustre Grant Hackett dans le 1 500 m nage libre », sur opl.fr, 31 juillet 2011.
  3. « Mondiaux de natation: le Chinois Sun Yang remporte le 400 m nage libre », sur Les Echos, (consulté le 21 juillet 2019)
  4. « Sun Yang sacré sur 200m après disqualification du vainqueur », sur Francetvsport (consulté le 23 juillet 2019)
  5. L'Équipe, 5 novembre 2013.
  6. La Fédération chinoise suspend Sun Yang, lequipe.fr, le 6 novembre 2013
  7. http://sport24.lefigaro.fr/natation/actualites/sun-yang-rattrape-par-le-dopage-724057
  8. http://www.lematin.ch/sports/depeches/dopage--sun-yang-geant-natation-chinoise-controle-positif-papier-general/story/11825290
  9. « China's Sun served three-month ban for doping test », Reuters,‎ mon nov 24 11:17:21 utc 2014 (lire en ligne, consulté le 29 août 2017)
  10. Natation : Lacourt s’en va comme un prince, Le Monde.fr avec AFP, 31 juillet 2017, consulté le 4 mars 2018, https://www.lemonde.fr/natation/article/2017/07/31/natation-lacourt-s-en-va-comme-un-prince_5166962_1616665.html
  11. The Sun Yang Doping Case: Chapter Two Of An Olympic Champion
  12. Sun Yang, World Record Holder, Stripped of 1500 Free Title For Doping
  13. Calling Sun Yang a drug cheat exposes double standards at Rio Olympics
  14. « Un journal australien publie le rapport du contrôle antidopage du nageur chinois Sun Yang - Natation - Dopage », sur L'Équipe (consulté le 22 juillet 2019)
  15. « Championnats du monde : Mack Horton refuse de poser pour les photos avec Sun Yang - Natation - Mondiaux (H) », sur L'Équipe (consulté le 22 juillet 2019)
  16. « Mondiaux: Horton averti par la fédération internationale », sur 24matins.fr (consulté le 22 juillet 2019)
  17. « Mondiaux de natation: "Tout le monde l'a applaudi": les nageurs font bloc derrière Horton », sur LExpress.fr, (consulté le 22 juillet 2019)
  18. « Championnats du monde : Sun Yang s'énerve après Duncan Scott qui refuse de lui serrer la main - Natation - Mondiaux (H) », sur L'Équipe (consulté le 23 juillet 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]