Faux étrusque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le faux étrusque en matière d'art et en pièces archéologiques fut depuis le XIXe siècle la conséquence directe du pillage des tombes qui mit, sur le marché des antiquités, une quantité importante de vestiges étrusques sans certitude de leur provenance et par manque d'éléments formels sur leur civilisation.

Orfèvrerie[modifier | modifier le code]

L'engouement au XIXe siècle des riches voyageurs du « Grand Tour », pour les parures d'orfèvrerie étrusque, fit naître des bijoux « à l'étrusque », des pastiches, des imitations avouées ou même des faux destinés à tromper les collectionneurs. L'atelier Castellani a ainsi « restauré à l’étrusque » le collier Campana du Louvre, en 1859, en vue de la vente de la collection Campana à Napoléon III.

La plupart des bijoux articulés, prétendument d'origine étrusque, ne sont ne fait que des assemblages par des fils d'or de conception moderne d'éléments antiques prélevés sur des boucles d'oreille[1].

Monnaie[modifier | modifier le code]

Pour la monnaie, la production d'une pièce fausse demande le recours d'un artisan expert et donc un investissement pécuniaire non négligeable. La première chose qui caractérise la fausse pièce est sa minceur et la limaille de son bord. Le vrai défi pour le faussaire est la reproduction de la patine d'antiquité de la monnaie en bronze. Malgré tous les artifices employés par le faussaire, un vrai expert arrive facilement à reconnaître la différence entre une patine d'époque et une fausse.

Les pièces en bronze sont donc beaucoup plus onéreuses (car pratiquement infalsifiables) que celles réalisées en d'autres métaux comme l'or et l'argent plus facilement imitables car ne possédant pas de patine.

Casques[modifier | modifier le code]

Quatre casques en bronze étrusques, conservés à Londres, Budapest, Saint-Pétersbourg et Paris, ceints de couronnes d’or de natures variées (feuilles de lierre, de laurier, d’olivier, celui de l'Ermitage, par trois couronnes, en lierre, en olivier et en myrte) ont été reconnus, après enquête, pour être des « pastiches » faits dans le but d'accroître leur valeur marchande ou leur valeur militaire. L’administrateur de Lucien Bonaparte, Masagni, est probablement l'auteur des exemplaires de Budapest et de Londres[2].

Sculptures[modifier | modifier le code]

Pio et Alfonso Riccardi et trois de leurs fils commencèrent leurs faux vestiges étrusques avec le vendeur d'art Domenico Fuschini en fabriquant des poteries antiques, puis, en 1908 avec un chariot de bronze prétendument découvert dans une tombe étrusque près d'Orvieto. Ils furent missionnés pour le restaurer par le British Museum qui l'acheta et l'intégra à ses collections en 1912.

Statuaire[modifier | modifier le code]

Les frères Riccardi avec leur complice Domenico Fuschini, convainquirent le sculpteur Alfredo Fioravanti de fabriquer, en 1914, les fameux « Guerriers en terracotta » de 2 mètres de haut et de 360 kg, qu'il vendirent au Metropolitan Museum of Art de New York entre 1915 et 1921 (plusieurs éléments distincts restaurés et rassemblés en 1933 dont une tête colossale qui aurait été issue d'une statue de 7 mètres, excepté une main gauche et un pouce droit). Il fallut attendre 1960 et l'analyse des composants métalliques (du manganèse inconnu des Étrusques) pour suspecter la supercherie, confirmée par les aveux, le 5 janvier 1961, du sculpteur Alfredo Fioravanti au consulat américain de Rome[3], qui pour preuve produisit le pouce droit manquant. Le 15 janvier 1961, le MET reconnut la fausseté des pièces qu'il avait défendues comme vraies depuis leur acquisition.

Article détaillé : Faux guerriers étrusques.

Suivant Le Musée milanais pour la certification de l’authenticité dans l’art, aujourd'hui rebaptisé Museo d’Arte e Scienza : « Les faux objets archéologiques ou les copies en céramique du XIXe siècle se trahissent également par le fait que, en général, ils sont plus grands et plus beaux que les pièces d'origine. Un exemple de faux particulièrement indicatif est l’urne du jeune Étrusque dont l’aspect fort et robuste apparaît telle une représentation idéalisée. »

Un sarcophage des Époux de type Caere en terracotta a été conservée un temps au British Museum de Londres mais il s'est révélé être un faux[4].

Inscriptions[modifier | modifier le code]

Certains musées français de province ont eu, parmi les pièces de leurs collections, des pierres inscrites qui se sont révélées des faux (quatre tablettes au musée Masséna de Nice)[5]. Les autres pièces au nombre de vingt ont de plus été mal étudiées (elles proviennent de dispersion de la collection Campana).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pastiches aux rayons X, Journal du CNRS
  2. Giovanni Colonna
  3. Jean-Paul Thuillier.
  4. Jacques Heurgon, La Vie quotidienne des Étrusques, Hachette, 1961 et 1989, p. 33
  5. Dominique Briquel, Les inscriptions étrusques conservées dans les musées de province, Comptes-rendus des séances de l'année... - Académie des inscriptions et belles-lettres Année 2001 Volume 145 Numéro 1, pp. 9-24

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ida Caruso, « Antique et presque antique » in Les bijoux étrusques comme source d’inspiration et de falsification pour les Castellani (traduit par Giovanna Léo), p. 79
  • Gertrud Platz-Horster, L’orfèvrerie étrusque et ses imitations au XIXe siècle (traduit par Françoise Gaultier et Catherine Metzger), p. 91.
  • Jean-Paul Thuillier, « les Faux étrusques » in Les Étrusques, la fin d'un mystère, p. 148-149,
  • Massimo Pallottino, Roma, Rivista distudi e di vita romana, 1937
  • Les Bijoux de la collection Campana, de l’antique au pastiche, Rencontres de l’École du Louvre, 2007 (ISBN 978-2-904187-20-9)
  • Irène Aghion, « La fortune des « vases étrusques » au XVIIIe siècle » in la Revue de la Bibliothèque nationale de France, no 13, 2003, p.  32

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]