Strymon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Strymon
(Strouma)
Illustration
La Strouma près de la ville bulgare de Krésna.
Carte.
Le cours du Strymon
Loupe sur carte verte le Struma sur OpenStreetMap.
Caractéristiques
Longueur 430 km [1]
Bassin 10 800 km2 [2]
Bassin collecteur Bassin de la mer Méditerranée (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Débit moyen 72,4 m3/s (frontière gréco-bulgare) [3]
Cours
· Localisation Vitocha
· Coordonnées 42° 32′ 34″ N, 23° 16′ 45″ E
Embouchure Golfe Strymonique (mer Égée)
· Localisation près d'Amphipolis
· Altitude m
· Coordonnées 40° 47′ 08″ N, 23° 50′ 57″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Stroumitsa
Pays traversés Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Drapeau de la Grèce Grèce

Sources : OpenStreetMap

Le Strymon (du grec ancien Στρυμών) est un fleuve coulant en Bulgarie et en Grèce. Il est nommé Strouma en bulgare (Струма), Strymónas en grec moderne (Στρυμόνας) et Karasu en turc.

Géographie[modifier | modifier le code]

La source du Strymon est située dans les montagnes Vitocha, en Bulgarie[4]. Le fleuve coule sur environ 430 kilomètres[1] pour se jeter dans la mer Égée, dans le golfe Strymonique.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Son bassin versant est d'environ 10 800 km2[2].

Affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Son module est de 2,1 m3/s à Pernik, de 45,9 m3/s à Krupnik (en) et de 72,4 m3/s à Marino pole (en), village bulgare situé à proximité de la frontière avec la Grèce[3].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

La vallée qu'il forme est une région d'importante production de charbon pour la Bulgarie.

En 1975, un barrage a été érigé, créant le lac Kerkíni.

Une cité grecque nommée Amphipolis a été fondée à l'embouchure de la rivière en 437 av. J.-C..

Références littéraires[modifier | modifier le code]

Guillaume Du Bartas, La Sepmaine, v. 815- 816 : « Car lors que les troupeaux des grues abandonnent / Le froidureux Strymon. » Il reprend une remarque de Virgile au chant I des Géorgiques.

Dans le chant IV des Géorgiques, le poète Virgile conte les pleurs d'Orphée au bord du Strymon après avoir échoué à ramener son épouse Eurydice des Enfers : "On conte qu'il pleura durant sept mois entiers sous une roche aérienne, aux bords du Strymon désert, charmant les tigres et entraînant les chênes avec son chant."[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. rd pour rive droite et rg pour rive gauche

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mathieu Aref (ed.), Grèce (Mycéniens = Pélasges) ou la solution d'une énigme, Paris, , 479 p. (ISBN 978-2-9519921-1-5, lire en ligne), p. 165.
  2. a et b (en) Victor Fet et Alexi Popov, Biogeography and Ecology of Bulgaria, Berlin, Springer Science & Business Media, , 687 p. (ISBN 978-1-4020-4417-5, lire en ligne), p. 601.
  3. a et b (en) Ivan Diadovski, Maya Atanassova et Vasil Simeonov, « Risk Assessment of Extreme Events along River Flow », Journal of Water Resource and Protection, vol. 2, no 5,‎ , p. 455–461 (ISSN 1945-3094, lire en ligne), p. 458.
  4. Léon Lamouche, La Bulgarie dans le passé et le présent, Paris, L. Baudoin, , 519 p. (lire en ligne), p. 47.
  5. « Virgile - Géorgiques IV », sur bcs.fltr.ucl.ac.be (consulté le ).