Stress numérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le stress numérique est la conséquence de l’amplification des mécanismes de stress par un environnement numérique omniprésent : en France le nombre de cartes mobiles (ou cartes SIM) actives (80 millions) [2] dépasse le nombre de Français (66 millions) et au moins trois réseaux sont simultanément disponibles pour plus de 99 % de la population. Cette dénomination, intègre le nouveau paradigme numérique (Cf. section 1), auquel est associé le caractère addictif du numérique[1]. Le stress numérique concerne près d'un salarié sur trois [2].

Du stress au burnout ou syndrome d'épuisement professionnel (état d’une personne soumise à des facteurs de stress organisationnels permanents et répétitifs qui altèrent son bien-être et épuisent ses ressources)[3] et d'usages libres aux dépendances numériques (voire à l'association des deux), les enjeux sont multiples. Ils invitent à une éducation numérique préventive - à la compréhension des modèles de stress ou bio-psycho-social par exemple -, afin de pouvoir discerner usages numériques bénéfiques et à risques.

Numérique : nouveau paradigme et nouvelles dimensions, nouveaux risques[modifier | modifier le code]

Un nouveau paradigme et de nouvelles dimensions[modifier | modifier le code]

« Le numérique fait figure de paradigme technologique majeur pénétrant toutes les activités humaines et incite à repenser aussi bien les systèmes techniques que les systèmes sociaux[4] » indique Jean Frayssinhes Docteur en Sciences de l’Éducation et chercheur à l’UMR (Unité Mixte de Recherche) Education, Formation, Travail, Savoirs (EFTS) de l'Université de Toulouse Jean-Jaurès [3].

« Les réseaux sociaux et plus particulièrement Facebook ont attiré notre attention par l’engouement majeur qu’ils suscitent ainsi que par leur caractère paradigmatique d’une utilisation spécifique de "l’outil" internet » indique le Docteur Étienne Couderc, psychiatre[5].

Nous pouvons être connectés de manière illimitée aux réseaux sociaux (24h/24H ; forfaits « illimités »). La porte d’entrée des réseaux sociaux sur notre vie émotionnelle et informationnelle, est illustrée par trois acteurs majeurs :

  • Facebook : un nombre d’amis potentiel d’un 1,23 milliard d'utilisateurs [4] (2014) ;
  • Twitter : un nombre de messages de 184 milliards [5](2013) ;
  • Google + : un réseau associé au moteur de recherche au 3,5 milliards de requêtes quotidiennes (évaluation Google).

Chaque nouvel outil génère des comportements nouveaux : Facebook incite aux contacts virtuels, Twitter à l’instantanéité ou Google à surcharge informationnelle (ou infobésité)[6].

Dans la vie professionnelle le mobile de fonction et la capacité d’être connecté à son domicile peuvent générer une « astreinte numérique permanente », posant la question du droit à la déconnexion : à nouveau paradigme, nouveau modèle de gouvernance [6] ou nouveau droit [7] ? L’attractivité du numérique invite aussi à un usage privé au bureau (messagerie personnelle, média, jeux…) d’une heure et demie à trois heures par jour[7]. La frontière entre la vie professionnelle et personnelle s'efface dans les deux sens : « 67 % reconnaissent être sollicitées par leur travail en dehors des horaires professionnels, à l'inverse, 62 % indiquent régler des problèmes personnels pendant les heures de travail.» selon une étude Ipsos avec Edenred [8] .

Dans la vie personnelle, le temps libre et social en semaine d’une personne active ou étudiante [9], varie de 3 à 5 heures par jour[8] : le temps moyen passé par jour devant notre écran est similaire, en moyenne de 4 heures 20 (devant un smartphone 2 heures 27 contre 1 heure 53 pour la télévision) [9].

Nouveaux risques : l'exemple du stress au travail[modifier | modifier le code]

Le risque de stress numérique au travail devient quantifiable et sa prise en compte nationale [10]:

  • Au travail, il provient de facteurs-clé telle la permanence des interruptions numériques (ex. réceptions de messages) : il s’agit de la « première préoccupation exprimée par les salariés » devant les « conditions générales de leur situation professionnelle » et sont « mal vécues par 78 % des salariés » [11].
  • Selon la synthèse de l’Observatoire du stress, « l’accroissement du stress numérique est de 65 % en lien avec l’accès à un réseau à distance fourni par l’entreprise, 63 % pour l’ordinateur portable »[11].
  • L’Accord National Interprofessionnel du 19 juin 2013 vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle, vise en article 17 à « Promouvoir une gestion intelligente des technologies de l’information et de la communication au service de la compétitivité des entreprises, respectueuse de la vie privée des salariés » [10] [10].

Stress et numérique[modifier | modifier le code]

Stress et burnout numérique au travail[modifier | modifier le code]

« Il est d’usage de dire, dans la communauté scientifique, que le burnout ne compte pas moins de cinquante définitions » indiquent Franck Guarnieri et Philippe Zawejia Directeur de recherche et chercheur associé au Centre de recherches sur les risques et les crises de Mines ParisTech[13].

Face à cette multiplicité des définitions, une compréhension des phénomènes de stress et épuisements (surstress, stress chronique, burn-out) peut s’effectuer par des modèles et symptomatologies, ici suggérés par leur pertinence avec l’omniprésence numérique, par exemple :

  • Modèle de Maslach et Leiter : « le burnout est un syndrome tridimensionnel, et résulte d’un stress cumulatif et associant constamment (Maslach et Leiter, 1997 ; Maslach et Leiter, 2008) : l’épuisement émotionnel, la déshumanisation de la relation, la perte du sentiment d’accomplissement personnel [14] ». Ce modèle propose un outil de mesure le Maslach Burnout Inventory (MBI)[15].
  • Modèle de Shirom-Melamed Burnout Measure (SMBM) : il intègre une dimension de lassitude cognitive (ex. difficulté de concentration)[16],[17].
  • Modèle de Freudenberger : « il fait d’un engagement excessif, répondant à une demande trop intense, la cause du burnout, désigné comme la « maladie du battant »[14].

La symptomatologie du burnout[18] propose une grille de lecture et compréhension de la progression d’une phase d’alerte initiatrice de stress au burnout : 1. Symptômes d’alerte de la phase initiale - 2. Réduction de l’engagement - 3. Réactions émotionnelles - Rejet de la faute - 4. Démobilisation - 5. Superficialité - 6. Réactions psychosomatiques - 7. Désespoir[14].

En symptômes d'alerte de la phase initiale, l'exemple 1.a (consommation énergétique excessive) permet une illustration des questionnements sur l'intrication entre stress et numérique tels que « l'hyperactivité » (catalysé par les sollicitations incessantes imposées par l'environnement numérique ?) ou « la limitation des relations sociales aux seuls clients ou usagers interactions multiples et non-limitées possibles par le numérique ? » (isolement numérique ou « digirefuge»)[19].

Stress chronique et burnout : la reconnaissance possible du burnout comme maladie professionnelle est formalisée par la question écrite au gouvernement du 16 décembre 2014 [11] qui précise « que plus de trois millions d'actifs ont un risque élevé d'épuisement professionnel, le "burnout" [20]». Les enjeux sont également financiers car « Le stress professionnel (qui ne recouvre pas exactement le même concept que le burnout mais lui est apparenté) coûterait environ 200 milliards de dollars par an aux seuls États-Unis », selon une estimation réalisée par Schaufeli et Enzmann déjà ancienne (1998) [14] .

Stress et dépendance numérique[modifier | modifier le code]

Le numérique génère de nouvelles formes et dénominations de stress, qui induisent une notion de dépendance numérique modérée, problématique ou préoccupante :

  • Nomophobie : phobie liée à la peur excessive d'être séparé de son téléphone mobile, qui concerne 66 % des personnes interrogées dans une étude anglo-saxonne[21].
  • Ringxiety (ou hypovibrochondria) - vibrations fantômes : la sensation erronée de sentir son mobile vibrer dans un sac ou une poche alors qu’il n’en est rien, peut concerner de 68 %[22] à 89 % des utilisateurs de Smartphone[23].
  • Stress de l’E-mail : besoin compulsif de consulter sa messagerie, concernant 34 % des salariés connectés, certains consultant jusqu’à 40 fois par heure[24].
  • Stress du Smartphone : le stress perçu et lié aux sollicitations permanentes ou inappropriées du Smartphone à titre professionnel, concerne 33 % des salariés selon Thierry Le Fur, expert en comportements numériques[19] ; à titre privé concernant les utilisateurs américains de smartphones, « 33 % d’entre eux sont prêts à abandonner les relations sexuelles plutôt que leur smartphone pendant une semaine »[25].
  • Fear of missing out (FOMO, acronyme de l'anglais) - peur de manquer quelque chose, est une sorte d'anxiété sociale caractérisée par la peur constante de manquer une nouvelle importante ou un autre événement quelconque donnant une occasion d'interagir socialement. En conséquence « il désigne le fait de ne pas profiter du temps présent pour toujours se projeter dans un avenir immédiat » selon Caroline Sauvajol-Rialland Maître de conférence à Sciences Po Paris [12].
  • Google Glass addiction : Un Américain de 31 ans a été décrit comme le premier cas d’addiction aux Google Glass dans la revue américaine Addictive Behaviors. L’homme en question avait l’autorisation de porter ses Google Glass dans le cadre de son emploi pour la Marine américaine. Elles lui permettaient de travailler plus vite lorsqu’il listait les véhicules des convois. »[26].

Stress et numérique : renforcement par une relation à caractère addictif[modifier | modifier le code]

En 2012 le rapport du CAS (Centre d'Analyse Stratégique) [13] de l’impact des TIC sur les conditions de travail, indique pour le multitâche engendré par le numérique, que « ce phénomène de temps haché du travail du cadre mérite d’être considéré comme un puissant facteur de stress au travail et peut même présenter un caractère addictif dans certains cas »[1].

Les relations entre stress et comportements addictifs potentialisent leurs effets et risques respectifs selon un modèle bio-psycho-social qui permet de comprendre tant la dépendance à une substance que réciproquement les mécanismes du stress[12].

Citons trois exemples :

  • Lien bio-neurologique stress et comportements addictifs : le lien cortisol-noradrénaline appartenant au mécanisme du stress et le couplage noradrénaline-sérotonine appartenant au mécanisme addictif ((Pr Jean-Pol Tassin Directeur de recherches au Collège de France)[14]. Le même neuromédiateur (la noradrénaline) est impliqué. Cette intrication s’exprime à travers la question du Dr Légeron « Drogué à l’adrénaline ? » : « certains ne travaillent qu’avec un niveau de stress élevé. […] En psychiatrie, on a aujourd’hui tendance à considérer que ces individus deviennent progressivement des ‘’dépendants à l’adrénaline’’ »[27].
  • Lien psychologie stress et comportements addictifs : un comportement addictif génère du stress (ex. état de manque) et réciproquement. Le stress induit une recherche de plaisir (pour compenser des tensions) ou de soulagement qui encourage un « […] comportement de recherche de plaisir ou de soulagement […] » propre à l’initialisation d’une addiction, selon un extrait de la définition de l’addiction du Dr Goodman[28].
  • Lien sociologique ou dimension environnement lié au stress et comportements addictifs : l’addiction « la rencontre d’une personne avec un produit dans un environnement (contexte socioculturel). » selon le Dr Claude Olievenstein, le stress une « transaction entre la personne et l’environnement » selon Lazarus et Folkman[29].

« La société devient addictogène parce qu'elle met en avant plutôt la notion d'individu que la notion de groupe » indique Jean-Pierre Couteron Président de la Fédération Addiction [15] , qui précise que « C'est aussi une société qui valorise très fort l'intensité et la rapidité »[16]: le développement de la société numérique a répondu à ces dessins (individualisme, besoins d’instantanéité) en l’espace d’un septennat (le premier iPhone est apparu en 2007, en octobre 2014 « le marché mondial des smartphones se rapproche de son point de saturation »)[30].

Demain[modifier | modifier le code]

La notion de stress numérique invite à une éducation préventive pour contenir les usages excessifs et addictifs liés à l'omniprésence et l'instantanéité d'un environnement numérique, qui conserve un potentiel de progression (45 % des ménages peuvent accéder au très haut débit fixe et 80 % à la 4G) [31].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rapport CAS (Centre d’Analyse Stratégique) et DGT (Direction Générale du travail) - 2012
  2. [1]
  3. Truchot, 2004 ; Schaufeli, Maslach et Marek, 1993 ; Maslach et Schaufeli, 1993. Extraits de la thèse Doctorale de Sinda Mhiri (p. 40)
  4. La Révolution Numérique : Les nouveaux paradigmes de l’apprentissage des adultes (implications philosophiques - Espace de recherche et diffusion (2012).
  5. COUDERC E., Recherche d'une addiction aux réseaux sociaux et étude du profil d'utilisateur concerné (étude SOCIADD). Thèse de doctorat en médecine. Limoges : Université de Limoges, 2012, p. 167.
  6. Caroline Sauvajol-Rialland, "Infobésité : comprendre et maîtriser la déferlante d'informations", Paris, Éditions Vuibert 2012.
  7. Alexia Eychenne, Ne rien faire au travail, un passe-temps ordinaire L'Express.fr, 1er décembre 2014
  8. INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Economiques)
  9. Étude de Millward Brown menée dans 30 pays.
  10. a et b ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL du 19 juin 2013 - Vers une politique d'amélioration de la qualité de vie au travail et de l'égalité professionnelle (Article 17).
  11. a et b Observatoire du stress - Cadres - Baromètre stress, conditions de travail et « qualité de vie au travail » - Septembre 2012
  12. a et b Engel GL. The need for a new medical model: A challenge for biomedicine. Science 1977;198:129-96. [Medline]
  13. Centre de recherches sur les risques et les crises de Mines ParisTech.
  14. a b c et d Philippe Zawieja, Franck Guarnieri. Epuisement professionnel : principales approches conceptuelles, cliniques et psychométriques. sous la direction de Philippe Zawieja et Franck Guarnieri. Epuisement professionnel : Approches innovantes et pluridisciplinaires, Armand Colin, Pages 11-34 - Chapitre 1, 2013, Armand Colin/Recherches, 978-2-200-28772-6. <hal-00848200>
  15. MBI : MASLACH BURNOUT INVENTORY - Echelle de mesure de l’Epuisement Professionnel du Soignant. (Traduit par Fontaine) ; Maslach C, Jackson S du MBI Manuel (1986)
  16. Canadian Journal of Behavioural Science/Revue canadienne des sciences du comportement, Vol 42(3), Jul 2010, 177-184.
  17. Philippe Zawieja et Franck Guarnieri, Épuisement professionnel: Approches innovantes et pluridisciplinaires
  18. Burisch – Dr en Psychologie
  19. a et b Pouce ! Mieux vivre avec le numérique - Thierry Le Fur - Éditions Docis (2014) p. 109 à 119
  20. - Question publiée au JO le : 16/12/2014 ;  page : 10469 -Question no 71477 ; de M. Jacques Cresta (Socialiste, républicain et citoyen - Pyrénées-Orientales) ; Ministère interrogé et attributaire > Travail, emploi, formation professionnelle et dialogue social ; Rubrique > risques professionnels ; Tête d'analyse > maladies professionnelles ; Analyse > burn-out. reconnaissance
  21. AFP, Souffrez-vous de nomophobie? L'Express, 9 avril 2012
  22. Phantom vibration syndrome among medical staff: a cross sectional survey. - Rothberg MB1, Arora A, Hermann J, Kleppel R, St Marie P, Visintainer P - Division of General Medicine, Baystate Medical Center, Springfield, MA 01199, USA. Michael.Rothberg@bhs.org (2010)
  23. Étude du Phd Michelle Drouin de l’IUPU de Fort Wayne aux États-Unis, publiée dans le journal scientifique Computers in Human Behavior (2012)
  24. Étude Universités Glasgow et de Paisley – Dr Karen Renaud ; Phd Judith Ramsay ; Statisticien : Mario Hair (2007). 
  25. Étude TeleNav (2011) - population : 600 utilisateurs américains de smartphones.
  26. Aurélie Delmas, Google Glass: un Marine américain serait le premier cas d'addiction BFMTV, 17 octobre 2014
  27. "Le Stress au travail", Odile Jacob (Éditions) Patrick Légeron (p. 179) - 2003 ; (ISBN 2-7381-1245-5)
  28. Aviel Goodman, « Addiction : Definition and Implications », British Journal of Addiction, vol. 85, no 11, novembre 1990, p. 1403-1408
  29. LAZARUS, R.S. et LAUNIER, R. (1978). Stress-related transactions between person and environment. In L.A. PERVIN et M. LEWIS (Eds.), Perspectives in interactional psychology. New York : Plenum, p. 287-327.
  30. AFP selon étude Institut GfK Smartphones : marché bientôt saturé Le Figaro, 13 octobre 2014.
  31. Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) - Bilan de six années de régulation des télécoms et des postes ; Interview de Jean-Ludovic SILICANI, Président de l'ARCEP (18 décembre 2014).