Syndrome FOMO

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fear of missing out)
Les téléphones mobiles permettent aux gens de demeurer en contact constant avec leur réseau social et professionnel. Cela peut engendrer une consultation compulsive de peur de manquer quelque chose[1].

Le syndrome FOMO[2] (de l’anglais : fear of missing out, « peur de rater quelque chose ») ou anxiété de ratage[2] est une sorte d'anxiété sociale caractérisée par la peur constante de manquer une nouvelle importante ou un autre événement quelconque donnant une occasion d'interagir socialement[3],[4]. Cette peur est particulièrement nourrie par certains aspects de la technologie moderne, tels les téléphones mobiles (nomophobie) et le réseautage social à l'aide de sites tels Facebook, Twitter, Instagram et TikTok[5], où l'utilisateur peut continuellement comparer son profil à celui d'autres utilisateurs[6],[7].

Avec l'utilisation croissante de l'Internet, une certaine proportion d'internautes développe une dépendance psychologique d'être en ligne, ce qui peut mener à une anxiété d'être hors connexion, s'exprimant sous la forme de « peur de manquer quelque chose »[8]. Il est particulièrement présent chez les adolescents[9].

Certaines pratiques marketing comme les soldes et le Black Friday exploitent ce sentiment et peuvent provoquer de l'anxiété ou de l'agressivité[10].

Source[modifier | modifier le code]

Une étude de Andrew Przybylski montre que le FOMO se produit fréquemment chez les personnes qui possèdent des besoins psychologiques insatisfaits tels être aimé et respecté[11]. Cette étude est basée sur un questionnaire de 10 questions telles « Je crains que d'autres aient plus d'expériences gratifiantes que moi[trad 1]. » Les participants répondaient selon une échelle de 1 à 5 allant de « parfaitement en désaccord[trad 2] » à « parfaitement en accord[trad 3] ». Le résultat « FoMO » était simplement la moyenne des réponses aux dix questions[3].

Selon le professeur de psychologie Dan Ariely, le FOMO est la peur de regretter d'avoir pris la mauvaise décision sur la gestion de son temps[12].

Usage en marketing[modifier | modifier le code]

Comme d'autres peurs et ressorts psychologiques, le FOMO est connu et utilisé par les professionnels du marketing [13]. Cette peur, en tant que levier d'action, peut être stimulée et canalisée afin de déclencher, entre autres, des ventes, comme le relèvent de nombreux blog de marketing :

« Partagez des offres spéciales ou des expériences exclusives que vos followers sur les médias sociaux ne pourront pas refuser. Faites-en quelque chose pour lequel ils vont ressentir le besoin de participer ou d'en prendre avantage, faute de quoi ils manqueraient quelque chose ! »

— Alisa Bartash (traduit de l'anglais), New Marketing Trend Alert: FOMO - dcmarketingpro.com -

Ainsi, les années 2000 et 2010 ont vu exploser les offres commerciales formulées sous la forme « après minuit il sera trop tard » ou « plus que 3 exemplaires disponibles »[14] jouant sur l'urgence de l'offre, et le risque pour le consommateur de passer à côté. La rareté induite est généralement complètement artificielle, et, après une période d'indisponibilité plus ou moins courte, la même offre pourra ré-émerger afin de faire passer à l'action un nouveau lot de clients[15]. Des entreprises entières telles les géants Vente-privee.com ou Groupon[16] basent leur stratégie commerciale sur ce ressort psychique.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Dans le domaine culturel, la fear of missing out n’est pas nouvelle car elle a notamment été évoquée dans une des répliques des Précieuses ridicules de Molière. Cathos, une des deux jeunes « précieuses » de la pièce s’exprime ainsi :

« En effet je trouve que c’est renchérir sur le ridicule, qu’une personne se pique d’esprit, et ne sache pas jusqu’au moindre petit quatrain qui se fait chaque jour ; et pour moi j’aurais toutes les hontes du monde, s’il fallait qu’on vînt à me demander si j’aurais vu quelque chose de nouveau que je n’aurais pas vu. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Fear of missing out » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « I fear others have more rewarding experiences than me. »
  2. (en) « not at all true of me »
  3. (en) « extremely true of me »
  1. (en) Hephzibah Anderson, « Never heard of Fomo? You're so missing out »,
  2. a et b « syndrome fomo », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le 13 novembre 2020).
  3. a et b (en) Przybylski, Murayama, DeHaan, Gladwell, « Motivational, emotional, and behavioral correlates of fear of missing out », , p. 1814–1848
  4. Vincenzo Susca, « Alerte au retour du FoMO : la peur que la vie des autres soit meilleure que la nôtre fait son retour en force », sur Atlantico,
  5. Hakima Bounemoura, « Vie en ligne : "Je passe près de 20h par jour sur les réseaux sociaux", raconte Carrie, qui souffre du syndrome FoMO », sur 20 Minutes,
  6. (en) Simon Kellner, « Is FOMO depriving us of our ability to exist in the present and take pleasure in the here and now? »,
  7. Valérie de Saint-Pierre, « Le FoMO, nouvelle maladie du siècle ? », sur Madame Figaro,
  8. (en) Jonathan J. Kandell, « Internet Addiction on Campus: The Vulnerability of College Students »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  9. Nora Bussigny, « Quand les ados ont le FoMO », sur Le Point,
  10. « Soldes : pourquoi les périodes de promotions peuvent-elles rendre violent ? », Le Monde (consulté le 20 janvier 2019)
  11. (en) Claire Cohen, « FoMo: Do you have a Fear of Missing Out? »,
  12. (en) Jenna Wortham, « Feel Like a Wallflower? Maybe It’s Your Facebook Wall »,
  13. The fear of missing out - April Dykman, Forbes,
  14. (en) « Understanding FOMO in the Context of the Internet - Create Scarcity », sur relevance.com, (consulté le 30 septembre 2015)
  15. (en) [vidéo] "Psychology & Marketing : How Cognitive Bias Influence Us Online" by Sacha Greif sur YouTube - présentation de l'usage du FOMO en marketing à 3 min 44 s
  16. (en) « How OpiaTalk Uses "FOMO" To Turn Browsers Into Buyers », sur fastcompany.com, (consulté le 30 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Theodor Schaarschmidt, "L'angoisse de l'occasion manquée", revue Cerveau et Psycho, no 104 - Novembre 2018, p. 78 - 81.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]