Stratonice (épouse d'Antigone le Borgne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Stratonice ou Stratoniké (en grec ancien Στρατoνίκη / Stratoníkê) est une princesse macédonienne. Elle est l'épouse d'Antigone le Borgne, depuis vers 340 av. J.-C., et la mère de Démétrios Ier Poliorcète et d'un second fils nommé Philippe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

D'après Plutarque, Stratonice serait la fille du « roi » Korragos[1], un aristocrate probablement originaire de Lyncestide ou d'Orestide[2], et serait de ce fait apparentée aux premiers Argéades. L'auteur rapporte également qu'elle aurait eu une relation avec un frère d'Antigone, dénommé Démétrios,et que donc la paternité de Démétrios Poliorcète serait controversée. Cependant ces deux assertions sont considérées comme non fiables, d'autant plus qu'elles n'ont pas été mentionnées par d'autres historiens antiques.

Rôle auprès d'Antigone[modifier | modifier le code]

Stratonice semble avoir joué un rôle important auprès de son époux comme nombre de princesses macédoniennes. Durant les conquêtes d'Alexandre, elle réside auprès d'Antigone à Kelainai dans sa Satrapie de Grande-Phrygie. En 321 av. J.-C., elle suit, avec ses enfants, son époux en Macédoine afin de fuir Perdiccas. Vers 317-316, alors qu'Antigone est occupé à combattre Eumène de Cardia, elle mène le siège contre les anciens partisans de Perdiccas, dirigés par son frère Alcétas, qui se sont échappés d'une prison en Phrygie dans laquelle ils ont été retenus. Après plus d'un an de siège, elle fait prendre d'assaut la forteresse[3].

Rôle après la mort d'Antigone[modifier | modifier le code]

Après la mort d'Antigone à la bataille d'Ipsos en 301 av. J.-C., Stratonice, alors en Cilicie, est emmenée par la flotte de son fils Demetrios à Salamine de Chypre[4]. Mais en 297 Ptolémée Ier fait la conquête de l'île et capture Stratonice ainsi que sa belle-fille Phila. Ptolémée se montre néanmoins magnanime et les renvoie en Grèce auprès de Démétrios[5]. Après ces événements, les sources ne la mentionnent plus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plutarque, Démétrios, 2.
  2. Quinte-Curce (XI, 1, 20) mentionne un Korragos, pour l'année 331, comme commandant dans le Péloponnèse.
  3. Diodore, XIX, 16, 4.
  4. Diodore, XIX, 1, 4.
  5. Plutarque, Démétrios, 35, 5 ; 38, 1.

Sources[modifier | modifier le code]