François Malausséna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Malausséna
Image dans Infobox.
François Malausséna
Fonctions
Maire de Nice
-
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Français (depuis )
Sarde (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Enfants
Arthur Malausséna
Clorine Malausséna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Francesco Malausséna né le à Levens (alors province de Nice du royaume de Sardaigne) et mort le à Nice (Alpes-Maritimes, France), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Victor Malausséna, notaire à Levens, et de Françoise Baudoin, et le père d'Arthur Malausséna.

François Malausséna fait ses études au collège des Jésuites de Nice (actuel lycée Masséna) puis à l'université de Turin où il obtient un doctorat de droit. Il devient ensuite avocat à Nice.

Il a trois enfants, nés de son union avec Adèle Barralis : Arthur, Élodie et Clorine. Cette dernière épousera César-Marie Figuiera, avoué à Nice et maire d’Èze]. Leurs descendants demeurent respectivement à Nice et Eze. C'est à Eze qu'est inhumée l'arrière-petite-fille de Clorine Malausséna-Figuiera : Clorine Cottier-Abeille (-).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Élu conseiller municipal de Nice en 1855, il devient syndic en 1857 (succède à Adrien Barralis), fonction à laquelle il est à nouveau nommé, en 1860. D'abord opposé à l'annexion, il s'y rallie et est nommé maire de Nice en , poste qu'il occupe jusqu'en .

François Malausséna est également élu conseiller général de Levens en  ; il occupe ce poste jusqu'à sa mort en 1882. Après la démission de Louis Lubonis, il est élu député de la première circonscription des Alpes-Maritimes en , comme candidat officiel, et siège dans la majorité dynastique (centre droit).

Réélu en , il démissionne à la chute du Second Empire, en , mais conserve son mandat de conseiller général. Il est élu président de l'assemblée départementale en 1874 et le demeure jusqu'à sa mort.

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

François Malausséna est généralement considéré comme un bonapartiste libéral[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Courrière, « Une transition politique libérale en Méditerranée. L’avènement de la Troisième République dans les Alpes-Maritimes et la question du campanilisme (1860-1879) », Cahiers de la Méditerranée, no 98,‎ , p. 195-211 (lire en ligne, consulté le 25 juin 2020).
  2. Almanach national : annuaire officiel de la République française pour … présenté au Président de la République - Éditeur : Berger-Levrault et Cie (Paris) - Date d'édition : 1879, section Français décorés d'ordres étrangers, p. 477 en ligne sur Gallica [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives Nationales, F/1bI/230.
  • Archives de la Préfecture de Police, B/A 587.
  • Bessi Jules, François Malausséna, Nice, Gilletta, 1884, 16 p.
  • Le Petit Niçois, .
  • État civil.
  • Éric Anceau, Dictionnaire des députés du Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.
  • Jacques Basso, Les élections législatives dans le département des Alpes-Maritimes de 1860 à 1939, Paris, LGDJ, 1968.
  • Henri Courrière, Le comté de Nice et la France. Histoire politique d'une intégration (1860-1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.
  • Charles-Alexandre Fighiera, Gloires et traditions du canton de Levens. A la mémoire de F. Malausséna, Nice, Meyerber, 1960.
  • « François Malausséna », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]