François Malausséna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malausséna.
François Malausséna
FrancoisMalaussena.jpg
François Malausséna
Fonctions
Maire de Nice
-
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfants
Arthur Malausséna
Clorine Malausséna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

François Malausséna né le à Levens (alors province de Nice du royaume de Sardaigne) et mort le à Nice (Alpes-Maritimes, France), est un homme politique français. Il ne doit pas être confondu avec François Régis Alziary de Malausséna, maire de Nice de 1886 à 1896.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Victor Malausséna, notaire à Levens, et de Françoise Baudoin, et le père d'Arthur Malausséna.

François Malausséna fait ses études au collège des Jésuites de Nice (actuel lycée Masséna) puis à l'université de Turin où il obtient un doctorat de droit. Il devient ensuite avocat à Nice.

Il a trois enfants, nés de son union avec Adèle Barralis : Arthur, Élodie et Clorine. Cette dernière épousera César-Marie Figuiera, avoué à Nice et maire d’Èze]. Leurs descendants demeurent respectivement à Nice et Eze. C'est à Eze qu'est inhumée l'arrière-petite-fille de Clorine Malausséna-Figuiera : Clorine Cottier-Abeille (15 avril 1920-1er avril 2007).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Élu conseiller municipal de Nice en 1855, il devient syndic en 1857 (succède à Adrien Barralis), fonction à laquelle il est à nouveau nommé, en 1860. D'abord opposé à l'annexion, il s'y rallie et est nommé maire de Nice en , poste qu'il occupe jusqu'en .

François Malausséna est également élu conseiller général de Levens en  ; il occupe ce poste jusqu'à sa mort en 1882. Après la démission de Louis Lubonis, il est élu député de la circonscription de Nice en , comme candidat officiel, et siège dans la majorité dynastique (centre droit).

Réélu en , il démissionne à la chute du Second Empire, en , mais conserve son mandat de conseiller général. Il est élu président de l'assemblée départementale en 1874 et le demeure jusqu'à sa mort.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach national : annuaire officiel de la République française pour … présenté au Président de la République - Éditeur : Berger-Levrault et Cie (Paris) - Date d'édition : 1879, section Français décorés d'ordres étrangers, p. 477 en ligne sur Gallica [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives Nationales, F/1bI/230.
  • Archives de la Préfecture de Police, B/A 587.
  • Bessi Jules, François Malausséna, Nice, Gilletta, 1884, 16 p.
  • Le Petit Niçois, 18 janvier 1882.
  • État civil.
  • Éric Anceau, Dictionnaire des députés du Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.
  • Jacques Basso, Les élections législatives dans le département des Alpes-Maritimes de 1860 à 1939, Paris, LGDJ, 1968.
  • Henri Courrière, Le comté de Nice et la France. Histoire politique d'une intégration (1860-1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.
  • Charles-Alexandre Fighiera, Gloires et traditions du canton de Levens. A la mémoire de F. Malausséna, Nice, Meyerber, 1960.
  • « François Malausséna », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Articles connexes[modifier | modifier le code]