Stéphane Delajoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stéphane Delajoux
Naissance (48 ans)
La Celle-Saint-Cloud
Nationalité Drapeau de la France Français
Pays de résidence France
Profession
Conjoint

Stéphane Delajoux (né le à La Celle-Saint-Cloud) est un neurochirurgien français. Il est considéré comme le « médecin des stars » pour avoir eu pour patients plusieurs célébrités.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stéphane Delajoux est né le à La Celle-Saint-Cloud[1].

Il fait ses études à la faculté de médecine Necker-Enfants Malades de Paris. En octobre 1995, il est nommé lauréat de la faculté de médecine, obtient son diplôme d’État de docteur en médecine avec mention et est nommé chef de clinique des universités et assistant des hôpitaux de Paris.

Il est diplômé pour des études spécialisées en neurochirurgie et qualifié par le conseil national de l'Ordre des médecins le 24 octobre 1997 dans cette discipline[2]. Il apparaît dans l'annuaire des anciens internes des hôpitaux de Paris dans la promotion 1991[3]. Le Dr Delajoux est membre titulaire de la société française de neurochirurgie et membre de la World Federation of Neurosurgery Societies. Il est membre du collège national des enseignants en neurochirurgie.

Divorcé et père de deux enfants, il vit avec Julie Andrieu, présentatrice de télévision et critique gastronomique au Guide Lebey, qui est devenue officiellement son épouse à la fin de l'été 2010. Ils ont un petit garçon né en octobre 2012. Il est le cousin d'Alexandre Jardin.

Patients célèbres[modifier | modifier le code]

Le 29 juillet 2003, Le docteur Delajoux a été dépêché à Vilnius (Lituanie) par le gouvernement français et par la famille Trintignant pour tenter, en vain, de sauver Marie Trintignant, victime de violences conjugales[4]. Après son intervention, l’actrice est rapatriée en France et meurt finalement le 1er aout 2003 à la clinique Hartmann où le neurochirurgien exerce à l’époque[5],[6].

En 2007, après une chute à ski nautique, Charlotte Gainsbourg est victime d’une hémorragie cérébrale et consulte le docteur Delajoux qu’elle considère comme le meilleur neurochirurgien du pays et qui l’opère à l’aube du 6 septembre 2007[6]. L'intervention, délicate, est un succès[7].

Il a opéré Johnny Hallyday d’une hernie discale lombaire en 2008 ; puis d’un canal lombaire étroit en 2009 à la clinique internationale du Parc Monceau à Paris[8].

Affaires judiciaires et controverses[modifier | modifier le code]

Justice[modifier | modifier le code]

Plaintes du docteur Delajoux[modifier | modifier le code]

Suite à l'opération de Marie Trintignant, les médias commencent à s'intéresser à la personnalité du Dr Delajoux, celui-ci étant d'autant plus exposé qu'il est à l'époque le compagnon d'Isabelle Adjani[9]. Après l'opération de Charlotte Gainsbourg, plusieurs journaux mentionnent les détails d'affaire de fraudes, ainsi que plusieurs plaintes présentées par des patients pour des interventions inadaptées, des erreurs, et des condamnations par la justice[10],[11]. Inversement, d'autres comme le journal Libération ou le magazine Closer relatent que le docteur Delajoux est « une référence en neurochirurgie » et est considéré comme le meilleur neurochirurgien du pays, ce qui a conduit l'actrice Charlotte Gainsbourg à le consulter, indique le magazine[12].

Le docteur Delajoux portera plainte contre plusieurs journaux et fera notamment condamner le 8 septembre 2010 par le tribunal de grande instance de Paris à 12 000 euros de dommages et intérêts le journal Le Point, Franz-Olivier Giesbert et deux journalistes pour l'avoir diffamé et injurié publiquement : de fait, le magazine avait évoqué des condamnations pénales alors qu'il s'agissait de condamnations civiles[13].

Des neurochirurgiens de renom seront également condamnés pour avoir dénigré le Dr Delajoux dans la presse. Le journaliste santé et médecin Michel Cymes sera lui aussi condamné le 31 mai 2010 par le TGI de Paris à verser 5 000 euros de dommages et intérêts au docteur Stéphane Delajoux pour l'avoir injurié dans la presse mais le tribunal déboute le Dr Delajoux de son action en diffamation[14].

En décembre 2009, le docteur Delajoux dépose cinq plaintes pénales contre le producteur Jean-Claude Camus qui l'a mis en cause dans les problèmes postopératoires de Johnny Hallyday[15],[16]. En février 2011, Jean-Claude Camus est mis en examen pour diffamation et injures envers le docteur Delajoux[17], et est condamné le 2 novembre 2012 à verser 7 500 euros de dommages et intérêts au docteur Delajoux[18].

Cette même année, un blogueur nancéien poursuivi pour diffamation par Stéphane Delajoux est condamné à des dommages et intérêts par la huitième chambre correctionnelle du tribunal de Paris[19].

L’avocat Olivier Metzner est condamné par la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris le 31 mai 2012 à un euro de dommages et intérêts : le tribunal considère que certains de ses propos tenus envers le docteur Delajoux, suite à l’intervention pratiquée par le neurochirurgien sur Johnny Hallyday, étaient diffamatoires. Le tribunal a en revanche relaxé Olivier Metzner pour une partie de sa déclaration, considérant qu'elle ne portait nullement atteinte au docteur Delajoux[20]. Me Metzner était alors le conseil de l'Ordre des médecins, et — comme s'il engageait le Conseil de l'ordre — avait déclaré « Pour le conseil de l'Ordre il ne doit plus exercer. » Ces propos furent immédiatement démentis par le président du Conseil national de l'Ordre des médecins dans sa lettre du 15 décembre 2009 qui confirme que « Les propos de Maître Metzner ne relèvent que de sa propre initiative et ne peuvent en aucune manière avoir été tenus en qualité de porte-parole du conseil national de l’ordre des médecins. »[réf. nécessaire]

Fraudes et escroquerie[modifier | modifier le code]

Stéphane Delajoux a été condamné à plusieurs reprises par la justice pour fraude fiscale et escroquerie[11],[10].

En 1997, le docteur Delajoux est victime d’un accident de ski alors qu’il fait du hors piste (il fait une chute de treize mètres dans un ravin à Val-d'Isère) : les séquelles sont lourdes : éclatement de la cage thoracique et fracture de la colonne vertébrale qui lui feront craindre la paraplégie[9]. Il est secouru et héliporté vers les hôpitaux de Lyon où il est opéré de sa colonne vertébrale pour décompression de la moelle épinière et arthrodèse (fixation par plaques et vis) de la colonne fracturée. Après son opération, le chirurgien apprend que l’assurance ne prendra pas en charge les frais de rapatriement car l’accident est survenu hors piste. Il fait une fausse déclaration aux assurances en affirmant qu'il a été percuté sur les pistes par un ami - avec lequel il s'est arrangé. L’assurance s’en aperçoit et porte plainte. Toujours dans la même affaire, un an plus tard, il simule un accident de voiture avec un autre ami et se présente à l'expertise en fauteuil roulant pour simuler une tétraplégie[21]. Pour ces faits, il sera condamné en 2002 à trois ans de prison avec sursis et à une amende de 40 000 €[9],[21]. Par ailleurs, il est interdit d'exercice de sa fonction, par le Conseil de l'Ordre des médecins, pour trois ans dont trente mois avec sursis[22],[5],[23],[24].

Contentieux médical[modifier | modifier le code]

Le Docteur Delajoux a été condamné également à plusieurs reprises en responsabilité médicale.

Au printemps 2011, la première chambre civile du TGI de Paris a jugé le docteur Delajoux pour un défaut d'indication après avoir opéré un patient. « la première chambre civile du TGI de Paris a jugé que "la responsabilité du Dr Stéphane Delajoux (était) engagée du fait du défaut d'indication opératoire des deux interventions qu'il a pratiquées" » et condamne le docteur Delajoux à verser, conjointement avec son assureur, 40 000 euros d'indemnité au patient[25].

En 2012 puis en 2013, il est successivement condamné à payer 37 000 euros puis 45 000 euros de dommages et intérêts à deux de ses patients pour lesquels il s'était trompé de vertèbre lors d'interventions chirurgicales[26].

Controverses[modifier | modifier le code]

Affaire Docteur Plus[modifier | modifier le code]

Stéphane Delajoux et Isabelle Adjani se rencontrent en 2004. Leur histoire dure cinq ans. La séparation du couple en novembre 2009 marque un coup d’arrêt à un projet commun d’un site de consultations médicales en ligne que l’actrice avait baptisé « Docteur Plus » et qui aurait dû voir le jour en janvier 2010. Les ex-amants se fâchent au sujet de l’argent injecté par la star dans le projet. Selon Stéphane Delajoux, il s’agissait d’un investissement. Selon Isabelle Adjani, il s’agissait d’un prêt[9]. L'actrice, par l'intermédiaire de son avocat Me Jérémie Assous, demande au chirurgien de lui rembourser les 150 000 euros qu'elle lui a consenti alors qu'elle était sa compagne, pour créer un site Web d'informations médicales, qui ne vit jamais le jour[27].

En juin 2011, un ancien employé d’Isabelle Adjani a été entendu par les policiers chargés de l’enquête sur l’agression dont a été victime en 2009 le Dr Stéphane Delajoux : il a été agressé par deux hommes cagoulés alors qu’il rentrait chez lui dans le XVIIe arrondissement. L’actrice est désignée dans une lettre anonyme comme la commanditaire de cette agression. L’avocat du chirurgien, Me Hervé Temime, a confirmé à l’AFP avoir « reçu un courrier anonyme » et l’avoir « transmis, par acquit de conscience, au procureur[28]. » L'enquête établira l'innocence de l'ancien chauffeur d'Isabelle Adjani[29].

Affaire Johnny Hallyday[modifier | modifier le code]

Article détaillé : L'affaire Hallyday-Delajoux.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du cabinet Delajoux, Manageo. Consulté le 12 décembre 2009
  2. Identifiant RPPS : 10003703567 : information disponible sur l'« Annuaire » du site du Conseil de l'Ordre des médecins, conseil-national.medecin.fr. Consulté le 12 décembre 2009
  3. Association amicale des anciens internes en médecine des hôpitaux de Paris
  4. http://www.live2times.com/2003-l-actrice-marie-trintignant-meurt-suite-a-une-dispute-e--5234/
  5. a et b (en) « The not-so-clever brain surgeon », Adam Sage, Times Online, 3 octobre 2005. Consulté le 12 décembre 2009
  6. a et b Closer no 117 du 10 au 16 septembre 2007
  7. http://www.elle.fr/People/La-vie-des-people/News/Le-Docteur-Stephane-Delajoux-un-chirurgien-controverse-1098671
  8. http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Des-douleurs-a-8-sur-une-echelle-de-10-208104/
  9. a, b, c et d Fabrice Tassel, « Dans le cerveau du docteur Delajoux », Libération,‎ (lire en ligne)
  10. a et b « Nouveaux ennuis judiciaires pour le "neurochirurgien des stars" » , Odile Plichon, 15 décembre 2007, LeParisien.fr. Consulté le 12 décembre 2009
  11. a et b « Le Docteur Delajoux a multiplié les condamnations », Sandrine Cabut, Martine Perez (avec AFP), LeFigaro.Fr, 11 décembre 2009. Consulté le 12 décembre 2009
  12. Closer, no 117, « qui l'a conduite à consulter celui qu'elle considère comme le meilleur neurochirurgien du pays : le docteur Stéphane Delajoux »
  13. http://www.lepoint.fr/insolite/le-point-condamne-pour-avoir-diffame-stephane-delajoux-10-09-2010-1234837_48.php
  14. http://www.programme-tv.net/news/people/9446-michel-cymes-condamne-pour-injure-au-dr-delajoux/
  15. « Le médecin qui a opéré Johnny Hallyday en France au centre d'une polémique », LeMonde.fr avec AFP et Reuters, 11 décembre 2009.Consulté le 12 décembre 2009
  16. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/12/18/01016-20091218ARTFIG00369-johnny-le-chirurgien-des-stars-contre-attaque-.php
  17. http://www.lepoint.fr/societe/jean-claude-camus-mis-en-examen-pour-diffamation-11-02-2011-1294369_23.php
  18. http://www.lepoint.fr/ces-gens-la/jean-claude-camus-condamne-pour-son-massacre-02-11-2012-1524234_264.php
  19. http://www.estrepublicain.fr/actualite/2011/11/29/c-est-un-truc-demesure
  20. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/05/31/97001-20120531FILWWW00650-dr-delajoux-me-metzner-condamne.php
  21. a et b « Un neurochirurgien connu est suspendu pour 6 mois », Argus de l'assurance, 30 septembre 2005
  22. « La fraude à l'assurance coûte très cher », 7 octobre 2005, ArgusdelAssurance.com. Consulté le 12 décembre 2009
  23. Robert Hautlecoeur, Bon Appétit, Messieurs, Publibook, p. 267
  24. Capital nos 136 - 138, Prisma Presse, 2003, p. 79
  25. http://lci.tf1.fr/france/justice/2011-03/le-dr-delajoux-condamne-pour-avoir-opere-un-patient-a-tort-6309645.html
  26. Chirurgie : le Dr Delajoux condamné pour l'opération d'une patiente. Le Parisien, 9 septembre 2013.
  27. Le Parisien du 20 janvier 2010, en Une et article p. 15
  28. Libération 14 juin 2011
  29. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/agression-du-dr-delajoux-l-adn-n-est-pas-celui-du-garde-du-corps-d-isabelle-adjani_1003034.html

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]