Société d'études aéronautiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise image illustrant l’aéronautique
Cet article est une ébauche concernant une entreprise et l’aéronautique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

La Société d'études aéronautiques (SEA) était un constructeur aéronautique français fondé en 1916 par Henry Potez, Marcel Bloch, Louis Coroller et le fabricant de papier-peint René Lévy-Finger à Suresnes[1].

Origines[modifier | modifier le code]

Marcel Bloch et Henry Potez, après le succès de la Société des hélices Éclair, décidèrent de prolonger leur activité dans la construction d'avions. Ils fondèrent la Société d'études aéronautiques avec l'aide financière et technique de leurs amis Lévy-Finger et Coroller. L'assise financière de l'entreprise fut assurer dans un premier temps par la fabrication de chasseurs SPAD sous licence.

Un prototype, le SEA I et les projets SEA II et SEA III, menèrent au SEA IV [2], sélectionné par l'armée française pour être produit en série pendant la Première Guerre mondiale. Une commande de 1 000 exemplaires de cet appareil fut passée. Louis Coroller, sous statut militaire, fut envoyé en mission auprès de la commission aéronautique française aux États-Unis, pour participer à la production du Packard-Lepère LUSAC-11, ce qui gêna le lancement de la construction en série.

Potez, Bloch et Lévy-Finger créèrent une nouvelle société pour en réaliser la production. Cette entreprise, baptisée Compagnie Anjou aéronautique, fut établie à Angers dans les ateliers d'un nouveau partenaire, Julien Bessonneau[3].

Développements et liquidations[modifier | modifier le code]

Bloch et Potez développèrent de nouveaux avions, le SEA V, un chasseur monoplan en bois, et le SEA VI, un bombardier en duralumin[4].

Cependant lorsque la guerre prit fin la commande des SEA IV fut réduite à 115 exemplaires et les deux sociétés furent liquidées en 1919.

Potez et Bloch fondèrent alors chacun leur société qui rencontrèrent un grand succès peu après. Le premier avion produit par la société Potez, le Potez VII, dérivait directement du SEA IV[5].

La Société d'études aéronautiques créée en 1936 en Belgique, n'a aucun rapport avec la société française.

Avions[modifier | modifier le code]

  • SEA I, prototype, 1916, biplan d'observation
  • SEA II, projet, 1917
  • SEA III, projet, 1917, biplan de reconnaissance
  • SEA IV, série, 1918, chasseur
  • SEA IV-PM, prototype de grand raid
  • SEA V, projet, 1918, chasseur monoplan
  • SEA VI, projet, 1919, bombardier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Coroller et Michel Ledet (ill. Serge Jamois), Les avions POTEZ, Lela Presse, coll. « Histoire de l'Aviation » (no 20), (ISBN 2914017499), p. 9-11 et 22-31
  • Jean-Claude Daumas, Le capitalisme familial: logiques et trajectoires : actes de la journée d'études de Besançon du 17 janvier 2002, Annales littéraires de l'Universite de Franche-Comté: Université de Franche-Comté, vol. 761, Série "Historiques", vol. 22, ed. Presses Univ. Franche-Comté, 2003, ISBN 2848670363, 9782848670362, 252 p.
  1. Les avions POTEZ, p.9-11
  2. Les avions POTEZ, p.25-30
  3. Le capitalisme familial: logiques et trajectoires : p. 53-54 et note 51
  4. Les avions POTEZ, p. 31
  5. Les avions POTEZ, p. 32-36