Snégourotchka (folklore)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Snégourotchka.
Snégourotchka, toile de Viktor Vasnetsov.

Snégourotchka (en russe : Снегу́рочка), ou Snégourka (russe : Снегу́рка) ou la « Fille de neige » est dans le folklore russe la petite-fille de Ded Moroz (russe : Дед Мороз), le « Grand-Père Gel », l'équivalent russe du Père Noël. Elle est parfois aussi considérée comme la fille d'un personnage masculin incarnant les grands froids et d'un personnage féminin incarnant le printemps.

Ce personnage ne semble pas appartenir à la mythologie slave traditionnelle et n'être apparu dans le folklore russe qu'au XVIIIe siècle ou au XIXe siècle[1]. Alexandre Afanassiev a étudié ce sujet dans ses Conceptions poétiques des Slaves sur la nature (1869).

Le conte[modifier | modifier le code]

Un paysan et sa femme se désolent de ne pas avoir d'enfants. Un jour d'hiver, pour se distraire, ils décident de fabriquer un enfant de neige. Celui-ci prend vie : c'est une belle petite fille, qui grandira rapidement, tout en gardant un teint pâle comme la neige : on l'appelle Snégourotchka. Lorsque le printemps arrive, la jeune fille manifeste des signes de langueur. Les autres jeunes filles du village l'invitent à jouer avec elles, et sa mère adoptive la laisse partir à regret. Elles s'amusent et dansent, la fille de neige restant toujours en arrière, puis l'entraînent à sauter par-dessus un feu de joie : à ce moment, elles entendent un cri, et en se retournant, elles découvrent que leur compagne a disparu. Elles la cherchent partout sans succès : Snégourotchka a fondu, et il n'en est resté qu'un flocon de brume flottant dans l'air.


Personnage costumé en Ded Moroz, le grand-père de Snégourotchka.

Autres[modifier | modifier le code]

Contes apparentés[modifier | modifier le code]

  • Le conte-type (L'Enfant de neige) est référencé AT 1362 dans la classification Aarne-Thompson. Claude Lecouteux en donne deux versions occidentales dans son ouvrage Contes, diableries et autres merveilles du Moyen-Âge (voir Bibliographie), l'une datée du XIIIe siècle, l'autre du XIXe siècle. Dans ces deux cas toutefois, l'épouse, infidèle, affirme à son mari qu'elle est tombée enceinte en avalant de la neige. Le mari fait semblant d'être dupe, mais plus tard il fera disparaître l'enfant et déclarera à sa femme que l'enfant a fondu, puisqu'il était fait de neige. Lecouteux indique que le conte, sans doute d'origine indienne, s'est largement répandu en Europe à partir du Xe siècle, où il est attesté pour la première fois dans un manuscrit latin.
  • Une petite fille nommée Snégourouchka (même sens) apparaît dans un conte recensé par Afanassiev et intitulé Snégourouchka et la renarde (Снегурушка и лиса, conte 34/14). Toutefois dans ce conte, son essence d'« enfant de neige » n'intervient pas, seul le nom est similaire.

Faits intéressants[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude et Corinne Lecouteux, Contes, diableries et autres merveilles du Moyen-Âge, Imago, 2013.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]