Siège de Saragosse (1808)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Saragosse et Saragosse (homonymie).
Premier siège de Saragosse
Qué valor!, (Agustina d'Aragon), gravure de Francisco Goya
Qué valor!, (Agustina d'Aragon), gravure de Francisco Goya
Informations générales
Date 15 juin 1808 - 13 août 1808
Lieu Saragosse (Espagne)
Issue Victoire espagnole
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Duché de Varsovie Duché de Varsovie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Commandants
Charles Lefebvre-Desnouettes
André Bruno de Frévol de Lacoste
Jean Antoine Verdier
José de Palafox y Melzi
Forces en présence
8 500 fantassins
1 000 cavaliers
12 canons
6 500 hommes
Pertes
3 000 à 4 000 morts ou blessés 2 000 morts ou blessés
Guerre d'indépendance espagnole
Batailles
Première invasion du Portugal (1807-1808) et Insurrection espagnole (1808)

Dos de Mayo · Tolède · Bruc · Valdepeñas · Pont d'Alcolea · Port de Cadix · Olhão · Cabezón · Gérone (1er) · Saragosse (1er) · Valence (1er) (es) · Medina del Rio Seco · Bailén · Évora · Roliça · Vimeiro

Convention de Cintra ‎
Coordonnées 41° 39′ 00″ N 0° 53′ 00″ O / 41.65, -0.8833341° 39′ 00″ Nord 0° 53′ 00″ Ouest / 41.65, -0.88333

Géolocalisation sur la carte : Aragon

(Voir situation sur carte : Aragon)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Saragosse (1808).

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Saragosse (1808).

Le Premier siège de Saragosse, durant la campagne d’Espagne, dure de juin 1808 à août 1808, et se conclut par la levée du siège par les Français.

Contexte[modifier | modifier le code]

Saragosse est une des premières villes à répondre à l'insurrection espagnole contre l'Empire français lancée à Madrid le 2 mai 1808. Le jeune José de Palafox y Melzi, ancien favori de Ferdinand VII, s'est échappé de Bayonne et est proclamé dans la capitale aragonaise capitaine général de l'armée. Le 7 juin 1808, le général Lefebvre-Desnouettes venant de Pampelune rencontre l'armée aragonaise de Palafox à Tudela, Mallén, Alagón, la battant à chaque fois. Mais une fois réfugiée dans Saragosse, le général de cavalerie doit faire appel au génie pour commencer le siège[1].

Déroulement du siège[modifier | modifier le code]

Carte (1868) du Premier siège de Saragosse

Le général Lacoste, aide de camp de Napoléon, commence les préparatifs, amenant notamment une forte artillerie, que commande le général Dedon-Duclos. Ce dernier a réuni soixante bouches à feu, et fait construire sur le haut Èbre un pont de bateaux destiné à faire communiquer entre eux les différents quartiers de l'armée. Les Espagnols sont battus en dehors de la ville à Épila, mais Saragosse continue de tenir.

Le 26 juin, c'est le général Verdier, à la tête de sa division, qui prend le commandement du siège. Remportant le mont Torrero le 28, Verdier commence à bombarder Saragosse le 1er juillet. La place riposte fortement, et Verdier demande des troupes supplémentaires[1].

Le 11 juillet, les Français passèrent l'Èbre, grâce aux travaux exécutés par Dedon. La ville peut être investie à la fin de juillet. Dedon établit alors sept batteries contre le couvent de Santa Engracia menaçant le front entre ce couvent et la porte du Carmen, et en flanc le couvent des capucins Trinitaires.

Suite au nouveau bombardement du 3 août, les Français s'emparent de la moitié de la ville le 4. Verdier blessé, c'est Lefebvre qui reprend le commandement, et qui bat l'armée de secours. Le 7 août, les Espagnols reçurent un renfort de 3 000 hommes et des munitions.

L'assaut de Saragosse par Janvier Suchodolski.

La nuit du 7 août, Lefebvre reçoit une lettre du roi Joseph qui lui ordonne de lever le siège, lui-même évacuant Madrid, après la défaite de Bailén ; le jour suivant, Castaños arrive d'Andalousie avec 25 000 hommes, mais les Français sont déjà partis de Saragosse[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

La levée du siège n'a pas de conséquence militaire fâcheuse pour les Français. Toutefois la victoire des habitants de Saragosse, associée à la victoire de Bailén, donne confiance aux troupes aragonaises, et surtout à leur commandant Palafox.

Mais fin novembre, après la victoire française de Tudela, les maréchaux Moncey et Mortier entament le second siège de Saragosse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Thoumas 1891, p. 241
  2. Thoumas 1891, p. 242

Bibliographie[modifier | modifier le code]

« Siège de Saragosse (1808) », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850,‎ [détail de l’édition]

Lien externe[modifier | modifier le code]