Shtar Academy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Shtar Academy
Genre musical Hip-hop
Années actives 2012–présent
Labels Fu-Jo
Composition du groupe
Membres
  • Badri
  • Malik
  • Mirak

Shtar Academy (également connu sous le nom de Shtar Ac) est un collectif français de musique hip hop qui a commencé dans une prison. Il est composé des rappeurs Badri, Malik et Mirak, qui purgeaient des peines de durées variables pour différentes accusations. Il a été fondé en 2012 à la suite d'un projet pilote au centre pénitentiaire d'Aix-Luynes, dans les Bouches-du-Rhône[1]. Ils ont sorti leur premier album studio éponyme Shtar Academy le 20 janvier 2014 via le label Fu-Jo.

Étymologie[modifier | modifier le code]

"Shtar" est un synonyme connu de flic ou de prison en argot[2]. "Shtar Academy" est également un jeu de mots sur la célèbre émission française de téléréalité de concours musicaux Star Academy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation (2012)[modifier | modifier le code]

La Shtar Academy a commencé en 2012 entre les murs du centre pénitentiaire d'Aix-Luynes. Le producteur et DJ Mouloud Mansouri a proposé l'idée à l'administration pénitentiaire d'Aix-en-Provence, qui a accepté d'aller de l'avant. Mouloud Mansouri était impliqué dans l'organisation d'événements dans la région de Toulon à travers sa société Fu-Jo, et avait déjà purgé une peine entre 1999 et 2008 pour trafic de drogue. Pendant son incarcération, et grâce à ses contacts avec différents artistes hip hop, il a pu organiser plusieurs événements musicaux, notamment à la prison de Val-de-Reuil. où il était incarcéré, en invitant des artistes hip hop à se produire devant les détenus[1].

Après avoir obtenu un premier accord en 2012 pour un festival de hip-hop qui devait se tenir à l'été 2013 au centre pénitentiaire d'Aix-Luynes, avec des artistes attendus tels que Cut Killer, Némir, Médine, Psy 4 de la Rime et Kery James, entre autres, Mansouri a proposé que la première partie du festival soit assurée par un certain nombre de détenus présentant leurs compositions. Le projet Shtar Academy a vu le jour à la suite de cette proposition. L'administration pénitentiaire a accepté la construction d'un studio d'enregistrement dans l'enceinte de la prison, mais s'est réservée le droit de censurer les textes proposés par les prisonniers jugés excessivement violents ou agressifs envers les gardiens de prison, ou présentant des paroles menaçantes adressées aux juges, à la police ou aux victimes de crimes.

Sélection et premiers travaux (2012-2013)[modifier | modifier le code]

Les prisonniers détenus depuis un an ou plus au centre pénitentiaire d'Aix-Luynes pouvaient faire valoir leur talent potentiel. Plus de 200 prisonniers, soit la quasi-totalité de la population de la prison, ont été informés du projet, et au départ, une trentaine d'entre eux ont manifesté leur intérêt et se sont inscrits au projet. Grâce à des entretiens, des évaluations et des tests de performance menés par Mansouri et le coproducteur Tony Danza, le nombre de candidats éligibles a été réduit à une douzaine et finalement trois des plus talentueux ont été choisis par un processus d'élimination compétitif pour mener le projet musical. Badri a été condamné à une peine de sept ans, tandis que Malik et Mirak ont été condamnés respectivement à trois et quatre ans de prison[3].

Pendant une année entière, les trois hommes ont travaillé régulièrement dans le cadre de divers ateliers d'écriture de chansons, de composition et de formation à l'enregistrement et à la production assistée par ordinateur. Plus de 30 rappeurs et producteurs français connus ont donné de leur temps pour soutenir le projet par le biais du mentorat et du coaching. Ils ont également fourni du temps de studio et ont accepté d'apparaître dans les compositions des détenus, qui ont été présentées lors d'un spectacle live de trois heures le 3 juin 2013[4].

Shtar Academy (2013–présent)[modifier | modifier le code]

Leur premier clip officiel, pour la chanson Wesh les taulards, est sorti le 21 novembre 2013. Cependant, il ne met pas en scène les trois rappeurs, qui étaient encore incarcérés à l'époque, car on a estimé que leur apparition en personne mettrait en danger leur sécurité, et c'est pourquoi plusieurs acteurs ont pris leur place dans la vidéo[5]. L'anticipation de la sortie de leur premier album studio Shtar Academy a été grandement renforcée par la sortie de leur premier single Les Portes du pénitencier le 11 décembre 2013, avec Nekfeu et Némir, ainsi que Alonzo et Soprano de Psy 4 de la Rime. Le clip de la chanson a été publié à l'occasion de la sortie du single, et présente des apparitions de Mirak ainsi que des quatre artistes susmentionnés qui interprètent leurs versets de la chanson. Le clip de la version longue de la chanson est sorti le 3 janvier 2014. En incluant les artistes présents dans la version courte, la chanson fait intervenir Lino, Keny Arkana, Médine et les Casseurs Flowters (Orelsan et Gringe) entre autres[6].

Membres[modifier | modifier le code]

Le collectif est composé de trois (actuels et anciens) détenus de prison[7].

  • Badri a été condamné à 7 ans et 6 mois de prison pour cambriolage et vol. Il purge sa peine à la prison d'Aix-en-Provence, et était toujours incarcéré au moment de la sortie du premier album studio du groupe. Souvent mentionné comme étant le plus talentueux des trois, des procédures judiciaires sont en cours pour obtenir une éventuelle libération anticipée en raison de ses contributions au projet. Bien que de nombreuses offres aient été faites à Malik et Mirak pour se produire dans un certain nombre de spectacles, ils ont refusé, déclarant qu'ils préféraient attendre la libération de Badri avant de se produire en concert.
  • Malik (également connu sous le nom de Likma) a été condamné à 3 ans et 2 mois de prison pour cambriolage et extorsion. Ayant purgé la majeure partie de sa peine à la prison des Baumettes, il a été libéré par anticipation peu avant la sortie de l'album pour bonne conduite et en signe de bonne volonté pour sa contribution au projet.
  • Mirak a été condamné à 4 ans de prison pour trafic de drogue. Il a été libéré prématurément un mois avant la sortie de l'album, en purgeant la majeure partie de sa peine au centre pénitentiaire de Toulon. Il a purgé la majeure partie de sa peine au centre pénitentiaire de Toulon, également pour bonne conduite et pour sa contribution au projet.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Julien Bordier, « Shtar Academy, l'évasion par le rap », (consulté le )
  2. « Les porte-parole du pénitencier », sur lemonde.fr], (consulté le )
  3. Marion Bernard et Clara Beaudoux, « "Shtar Academy" : un album de rap enregistré en prison », (consulté le )
  4. « Revue de presse du concert Hip-hop Convict du lundi 3 juin 2013 à la prison de Luynes », Issuu.com (consulté le )
  5. « "Shtar Academy", le groupe de "taulards" sort son album enregistré en prison », 20 minutes., (consulté le )
  6. « VIDÉO - "Les Portes du pénitencier" de la Shtar Academy », Metro News France., (consulté le )
  7. « Shtar Academy : le rap du bagne », Metro News France., (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]