Second grand réveil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Second grand éveil)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Camp meeting méthodiste en 1819 (gravure, Library of Congress).

Le second grand réveil (Second Great Awakening) est une vague de réveils protestants qui a eu lieu entre 1790 et 1840 aux États-Unis. Il se situe entre le Grand Réveil des années 1730–1755 et une troisième vague de réveils qui intervient entre 1855 et les premières décennies du XXe siècle. L'ensemble de ces réveils faisaient partie d'un mouvement religieux romantique beaucoup plus vaste qui a balayé l'Europe à la même époque, en Angleterre, en Écosse, en Allemagne[1], puis en Suisse et en France.

Le second grand réveil a commencé vers 1790, a pris de l'ampleur en 1800 et, après 1820, le nombre de membres des congrégations baptistes et méthodistes qui ont mené le mouvement a rapidement augmenté dans toute l'Amérique. Ce mouvement était en net déclin à la fin des années 1850. Le Deuxième Grand Réveil reflète le romantisme caractérisé par l'enthousiasme, l'émotion et un appel au surnaturel. Il a rejeté le rationalisme et le déisme du siècle des lumières.

Les réveils ont recruté des millions de nouveaux membres dans les dénominations évangéliques existantes et ont conduit à la formation de nouvelles dénominations. De nombreux convertis croyaient que ce réveil annonçait la seconde venue de Jésus Christ sur terre. Le Deuxième Grand Réveil a donc stimulé la mise en place de nombreux mouvements de réforme destinés à remédier aux maux de la société avant ce retour de Jésus Christ[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le second grand réveil s'est déroulé sans aucune unité de temps ni de lieu et au travers de dénominations différentes ; néanmoins le déroulement des réveils a été très semblable[3]. Cette forme d'évangélisation très efficace a dépassé les barrières géographiques[4] et s'est rapidement répandue à travers le Kentucky, le Tennessee et le sud de l'Ohio. Les méthodistes bénéficiaient d'une organisation efficace grâce à leurs prédicateurs itinérants, qui touchaient même ceux qui vivaient dans les endroits les plus reculés. Ces prédicateurs étaient issus du peuple, et établissaient facilement des relations directes avec les immigrants installés sur les nouvelles frontières qui faisaient partie de leurs cibles. Les baptistes installés localement firent aussi d'énormes gains, et dans une moindre mesure, certains presbytériens dans les régions les moins densément peuplées.

Quelques personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heyrman, Christine Leigh. "Le premier grand réveil". Divining America , TeacherServe. Centre national des sciences humaines
  2. Timothy L. Smith, Revivalism and Social Reform: American Protestantism on the Eve of the Civil War ("Revivalisme et réforme sociale : Le protestantisme américain à la veille de la guerre civile"), Wipf & Stock, (ISBN 9781592449989)
  3. (en) Nancy Cott, "Young Women in the Second Great Awakening in New England", Feminist Studies, (1975), 3#1 p. 15. JSTOR:3518952. DOI:10.2307/3518952.
  4. (en)Susan Hill Lindley, You Have Stept Out of Your Place: a History of Women and Religion in America (Westminster John Knox Press, 1996): 59

Voir aussi[modifier | modifier le code]