Scapulaire du Sacré-Cœur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
scapulaire du Sacré-Cœur

Le scapulaire du Sacré-Cœur est un scapulaire catholique associé aux apparitions de Notre-Dame de Pellevoisin.

Description[modifier | modifier le code]

Ce scapulaire se compose de deux morceaux de laine blanche rattaché l'un à l'autre par des cordons, l'un porte l'image du Sacré-Cœur et l'autre l'image de la Vierge avec le titre "mère de miséricorde"[1]. Le but de son port est de se consacrer au sacré-cœur[2].

Origine[modifier | modifier le code]

Statue de Notre Dame de Pellevoisin à Hoogstraten

Marguerite-Marie Alacoque, visitandine à Paray-le-Monial inaugure la coutume de porter sur sa poitrine une image du Sacré-Cœur d'après les visions dont elle dit bénéficier, il ne s'agissait pas au départ d'un scapulaire mais d'une simple image que l'on cousait sur ses vêtements[3], la même image est répandue par une autre visitandine, Anne-Madeleine Rémusat, en particulier lors de la peste de Marseille sous le nom de sauvegarde[4]. Vers 1780 à Nantes, c'est encore une visitandine, Marie-Anne Galipaud, qui propage les images du Sacré-Cœur[5]. Pendant la guerre de Vendée, les chefs de la grande armée portent également cette sauvegarde[6].

L'origine du scapulaire du Sacré-Cœur est due à Estelle Faguette, qui aurait eu 15 apparitions de la Vierge à Pellevoisin, c'est lors de la 9e apparition que la Vierge montre le scapulaire ; dans les visions suivantes, elle encourage la dévotion au scapulaire du Sacré-Cœur[7].

Approbation[modifier | modifier le code]

Le scapulaire est approuvé le 28 juillet 1877 par Mgr de la Tour d'Auvergne, archevêque de Bourges qui érige le même jour une confrérie de Notre-Dame de Pellevoisin mais sans reconnaître les apparitions[8]. Le 8 mai 1894, le pape Léon XIII élève la confrérie en archiconfrérie[7] et par un décret du 4 avril 1900, approuve le scapulaire avec indulgences[3] mais l'affiliation à l'archiconfrérie n'est pas obligatoire pour recevoir le scapulaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]