Anne-Madeleine Rémusat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Madeleine Rémusat (Marseille, le - Marseille le ), en religion sœur Anne-Madeleine, est une religieuse visitandine, morte à 33 ans[1]. Elle est considérée comme le successeur de sainte Marguerite-Marie Alacoque, et appelée à ce titre « l'apôtre du Sacré-Cœur »[2]. Elle a été la propagatrice de la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus et a été déclarée vénérable[3] par l’Église catholique romaine. Stigmatisée, « morte en odeur de sainteté », elle avait reçu des messages de miséricorde du Sacré-Cœur. Elle fit consacrer le diocèse et la ville de Marseille au Cœur Sacré de Jésus par Mgr de Belsunce le 1er novembre 1720[4],[5].

Nota : En dehors de l'accentuation, ses prénom et patronyme s'écrivent Madeleine Remusat ou Madeleine de Remuzat ou Madeleine de Remusat ou Anne-Madeleine Remuzat ou encore Magdeleine Remuzat[6].

Fondatrice[modifier | modifier le code]

Après en avoir reçu l'approbation dans un bref du pape Clément XI en date du , Anne-Madeleine Rémusat fonde l' Association de l'Adoration perpétuelle du Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ. À l'invitation de Mgr de Belsunce, elle en rédige elle-même les statuts qui, joints aux prières, litanies et exercices qu'elle modifie considérablement par rapport aux documents dont elle s'inspire, sont publiés le 30 mars en un petit livret ayant pour titre Manuel de l'Adoration perpétuelle du Sacré-Cœur. À sa mort, l'association comptera soixante mille membres, et elle sera élevée au rang d'archiconfrérie par le pape Léon XIII le [7].

La peste à Marseille[modifier | modifier le code]

La célèbre peste de Marseille se déclare en juillet 1720. En octobre, alors qu’elle est en adoration, le Christ lui fait entendre qu’à la faveur de ce fléau elle verra se réaliser l’institution d’une fête en l’honneur de son Cœur sacré. Le message est transmis à Mgr de Belsunce, qui décide le 1er novembre 1720 de consacrer Marseille et son diocèse au Sacré-Cœur de Jésus[8]. Elle répandit alors des scapulaires du Sacré-Cœur portant le nom de sauvegarde, « petites pièces de drap rouge, sur lesquelles le divin Cœur est imprimé en noir sur une pièce d'étoffe blanche cousue sur la première. Il y est parfois écrit : Ô Cœur de Jésus, abîme d'amour et de miséricorde, je mets en vous toute ma confiance et j'espère tout de votre bonté[9]. »

Procès en béatification[modifier | modifier le code]

Joseph Hyacinthe Albanès, docteur en théologie, historien de la Provence, fut chargé d'instruire la cause de béatification d'Anne-Madeleine Rémuzat après avoir instruit celle du pape Urbain V[10].

La cause de béatification a été introduite le , puis reprise en 1921 sans aboutir, les preuves des miracles effectués par elle ayant été brûlées.

Le , Mgr Georges Pontier, archevêque métropolitain de Marseille, a nommé Mgr Jean-Pierre Ellul postulateur de la cause en béatification[11]. Mgr Ellul est recteur de la basilique du Sacré-Cœur de Marseille, lieu où est conservé le cœur d'Anne-Madeleine Rémuzat[12].

En février 2011, Mgr Ellul a été reçu au Vatican, à la Congrégation pour la cause des saints[13]. Il a pu rencontrer le Père Daniel OLS, O.P., rapporteur pour les causes françaises et celle au Monastère Mater Ecclesiae des Visitandines de Rome à qui il a remis un dossier, transmis au Saint-Père Benoît XVI.

En parallèle, Mgr Ellul travaille à faire connaître la vie et l’œuvre de la vénérable Anne-Madeleine Rémuzat sur Internet, à travers un site qu'il met à jour régulièrement et même d'une page sur un réseau social bien connu. Il espère ainsi permettre l'accélération de cette cause, notamment, grâce à l'aide des internautes, par la découverte de documents disparus depuis le XIXe siècle.

Avec l'accord et la présence de Mgr Georges Pontier, la session d'ouverture de l'Enquête du procès en béatification et canonisation se tiendra dans la basilique du Sacré-Cœur de Marseille le samedi 15 février 2014[14].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Manuel de l'Adoration perpétuelle du Sacré-Cœur (1718)[7], dans lequel elle inclut des litanies. Ce sont ces litanies (connues sous le nom de Litanies de Marseille) qui seront approuvées par le pape Léon XIII en 1899[15].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Père Jacques, S.J., La Vie de la très honorée sœur Anne-Madeleine de Remuzat, Marseille, J.-A. Brebion, 1760
  • Une ancienne supérieure de la Visitation de Marseille, Vie d'Anne-Madeleine de Remuzat, Lyon, 1868
  • Mgr Oswald van den Bergh, protonotaire apostolique, Vie d'Anne-Madeleine de Remuzat, Paris, A. Roger & F. Chernoviz, 1877
  • Gonzague Caseneuve, Articles produits par le postulateur en la cause de la servante de Dieu Anne-Madeleine Remuzat, religieuse du premier monastère de la Visitation de Marseille, Imprimerie Olive, 1885
  • Abbé Joseph Hyacinthe Albanès, Anne-Madeleine Rémuzat la propagatrice du culte du Sacré-Cœur de Jésus, 1885
  • Abbé Joseph Hyacinthe Albanès, 29 novembre 1696. La Naissance de la servante de Dieu Anne-Madeleine Remuzat, 1886
  • Abbé Joseph Hyacinthe Albanès, 15 février 1730. La Mort de la servante de Dieu Anne-Madeleine Remuzat, éditeur Marius Olive, 1886
  • La Propagatrice de la dévotion au Sacré Cœur de Jésus – Anne-Madeleine Remuzat Religieuse professe de la Visitation Sainte-Marie au 1er monastère de Marseille, D'après les documents de l'Ordre – D.S.B., Lyon, E. Vitte, 1891
  • M.-A. Chevalier, La Propagatrice de la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, la vénérable Anne-Madeleine Rémuzat, Lyon, 1894
  • Père Élie Lauriol, S.J., Marseille, ville du Sacré-Cœur, Marseille, Typ. Dupeyrac, 1920
  • Marie Gasquet, La vénérable Anne-Madeleine Remuzat, Paris, Flammarion, 1935
  • B. de Margerie, Le message spirituel de la vénérable sœur Anne-Madeleine Rémuzat, Marseille 1983, no 132-133, p. 50-55
  • Plaquette Anne-Madeleine Rémuzat, apôtre du culte du Sacré-Cœur à Marseille, Marseille, 2011, [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Anne Madeleine Rémuzat (1696 - 1730) », sur spiritualite-chretienne.com,‎ (consulté le 11 juillet 2009).
  2. « Notes sur la Vénérable ANNE-MADELEINE REMUZAT », sur le site de Mgr Ellul (consulté le 11 juillet 2009).
  3. Anne-Madeleine a été proclamée Vénérable en 1891. Mais son procès en béatification a été suspendu. Les preuves des miracles effectués par elle, ayant été brulés. Source : Vénérable Anne-Madeleine Rémuzat de Marie Gasquet
  4. « Portrait d'Anne-Madeleine Rémusat », sur le site consacré à Anne-Madeleine Rémusat (consulté le 15 avril 2011).
  5. « Le retour vers Dieu d'Anne-Madeleine Rémusat », sur le site consacré à Anne-Madeleine Rémusat (consulté le 15 avril 2011).
  6. « Base de données d'informations généalogiques », sur roglo.eu (consulté le 15 avril 2011).
  7. a et b « La dévotion au Sacré-Cœur », sur spiritualite-chretienne.com (consulté le 11 juillet 2009).
  8. « Mgr de Belsunce », sur spiritualite-chretienne.com,‎ (consulté le 11 juillet 2009).
  9. « La dévotion au Sacré-Cœur », sur spiritualite-chretienne.com (consulté le 15 avril 2011).
  10. « Sociétés savantes de France », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques (Cths) (consulté le 11 juillet 2009).
  11. « Postulation de la Cause en béatification de la Servante de Dieu Anne-Madeleine REMUZAT », sur le site de Mgr Ellul,‎ (consulté le 11 juillet 2009).
  12. « Jubilé du Père Maurice AVRIL pour ses 60 ans de sacerdoce en la basilique du Sacré-Cœur de Marseille », sur le site de Mgr Ellul,‎ (consulté le 11 juillet 2009).
  13. « Vers la béatification de la Servante de Dieu Anne-Madeleine REMUZAT », sur le site de la Cause en béatification de la Servante de Dieu Anne-Madeleine REMUZAT,‎ (consulté le 1er mai 2011).
  14. Invitation à l'ouverture du procès en béatification de sœur Anne-Madeleine REMUZAT, publiée le 07/12/2013 par Mgr ELLUL, postulateur, sur le site de la Cause en béatification de la Servante de Dieu Anne-Madeleine REMUZAT.
  15. Dominique et Michèle Frémy, Quid, édition 2007, p. 632, éditions Robert Laffont.