Joseph Napoléon Sébastien Sarda Garriga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sarda Garriga)
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Napoléon Sébastien Sarda Garriga
Fonctions
Gouverneur de La Réunion
-
Gouverneur de la Guyane française (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Joseph Sarda, né Joseph Napoléon Sébastien Sarda Garriga et dit Sarda-Garriga, fils de Gaudéric Sarda et de Marie Garriga[1], né le à Pézilla-la-Rivière (Pyrénées-Orientales)[2] et mort le à Mesnil-sur-l'Estrée (Eure)[3], était un administrateur colonial français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le jeune homme fait carrière dans l’administration des finances et se distingue par ses idées républicaines. En 1841, il épouse Ève Louise Poncelet de Mauvoir, veuve du vicomte de Lodin, dont il aura un enfant.

En 1848, Victor Schœlcher, membre du gouvernement provisoire le nomme commissaire général de la République à La Réunion pour y mettre en application le décret de l'abolition de l'esclavage.

Il arrive à La Réunion, le . L’Assemblée des propriétaires du Nord de l'île lui demande de reporter l’application du décret à la fin de la campagne sucrière. Sarda-Garriga refuse et promulgue le décret d'abolition le 18 octobre. Le 22 octobre, les membres de l’Assemblée se séparent sans manifester de résistance. Le 24 octobre, Sarda-Garriga reçoit une délégation d’esclaves et rend obligatoire pour tout affranchi la possession d’un contrat de travail.

De la mi-novembre à la mi-décembre, Sarda Garriga entreprend une tournée d’explication dans l’île, en vue de rassurer maîtres et esclaves et d’exhorter la population au calme et au travail. Menant à bien sa mission, il décrète l’abolition de l’esclavage le 20 décembre.

Le , il épouse en secondes noces Mme Clément, veuve du directeur des Monnaies de Paris.

Relevé de ses fonctions, il quitte La Réunion le à bord de la frégate « La Reine blanche ».

En décembre 1851, il est désigné comme commissaire général de la Guyane. Opposé à la politique de Napoléon III, il rentre en France au début de 1853.

Il avait été décoré de la Légion d'honneur en 1852.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]