Salomon Mayer von Rothschild

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Salomon Mayer Rothschild)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Salomon Mayer von Rothschild
Salomon Rothschild.jpg
Salomon Mayer von Rothschild
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Salomon Mayer RothschildVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
BanquierVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Gutle Rothschild (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Caroline Stern
Enfants
Parentèle
Anton Schnapper (d) (cousin germain)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Blason famille Rothschild.svg
blason

Le baron Salomon Mayer von Rothschild (9 septembre 1774, Francfort-sur-le-Main, 28 juillet 1855, Paris) est un banquier de l'empire austro-hongrois. C'est le fondateur de la branche viennoise de la dynastie banquière des Rothschild.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Francfort-sur-le-Main il est le troisième enfant et le second fils de Mayer Amschel Rothschild (1744–1812) et de Gutlé Schnapper (1753–1849). En 1800, il épouse Caroline Stern (1782–1854), tante d'Antoine Jacob Stern. De cette union naissent deux enfants:

  1. Anselm Salomon (1803–1874)
  2. Betty Salomon (1805–1886), épouse de James de Rothschild.

Son père avait fondé une banque très prospère en Allemagne. Désireux d'étendre les affaires de la famille à travers l'Europe, il décida de garder son fils ainé à ses côtés à Francfort, et d'envoyer chacun de ses quatre autres fils dans différentes villes d'Europe afin d'y établir des succursales de cette banque. Salomon von Rothschild devint actionnaire de la banque de Rothschild Frères lorsque la première branche est fondée à Paris en 1817 par son frère James Mayer de Rothschild. Après avoir reçu une formation en finance et disposant de plusieurs années d'expérience, en 1820 Salomon Rothschild est envoyé en Autriche pour matérialiser l'implication de la famille dans le financement des projets du gouvernement autrichien.

À Vienne, Salomon von Rothschild crée l'établissement bancaire S M von Rothschild. La banque finance la construction du réseau ferré de la Nordbahn, première compagnie de train à vapeur en Autriche, ainsi que divers projets gouvernementaux nécessitant d'importants capitaux. Il tisse alors un réseau de relations parmi les milieux aristocratiques et dans l'élite politique du pays à travers le Prince Klemens Metternich et Friedrich von Gentz. Sous la direction de Salomon von Rothschild, la succursale viennoise connait une grande prospérité, jouant un rôle non négligeable dans le développement de l'économie autrichienne. En reconnaissance de ses services, en 1822 Salomon Mayer Rothschild intègre la noblesse autrichienne lorsque l'empereur François Ier lui octroie le titre héréditaire de « Freiherr » (baron). En 1843, il est le premier juif à être fait citoyen d'honneur d'Autriche[réf. nécessaire].

L'endogamie était une composante essentielle de la stratégie de la famille Rothschild destinée à assurer le succès de ses affaires et le contrôle de la banque qui portait son nom. Ainsi, en 1824, Betty la fille de Salomon Mayer von Rothschild épouse son oncle James Mayer de Rothschild, à la tête de la branche de Paris.

La fortune personnelle de Salomon von Rothschild était considérable et il fit l'acquisition de nombreuses propriétés et réalisa des investissements dans l'art et les antiquités. Malgré ses importantes contributions à des projets philanthropiques, la concentration d'une telle fortune entre les mains d'un si faible nombre en Autriche, allait donner lieu à des soulèvements populaires à travers le pays. Au moment de la révolution de 1848 dans la sphère d'influence des Habsbourg, les sentiments hostiles aux Rothschild s'exprimaient au grand jour, ainsi que dans les journaux tels que Ein offener Brief an Rothschild. Avec la chute de Metternich, Salomon von Rothschild perd un soutien politique de premier ordre et sa banque d'importantes sommes d'argent. Sous pression, et alors qu'il est âgé de 74 ans, il confie les rênes de sa banque à son fils Anselm, non sans rancœur. Il quitte Vienne pour Paris où il décède en 1855. De ses collections, certains objets d'art de la Renaissance italienne et française ainsi que des œuvres du XVIIIe siècle dont il fait donation au Louvre y compris deux tableaux de Carlo Dolci.

Il possédait un château à Suresnes, brûlé lors de la révolution de 1848. La municipalité lui a rendu hommage en donnant son nom à une rue[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, , p. 380-382.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]