Saint-Sulpice (Neuchâtel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sulpice.
Saint-Sulpice
Localité suisse
Blason de Saint-Sulpice
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Neuchâtel Neuchâtel
District Val-de-Travers
Commune Val-de-Travers
NPA 2123
N° OFS 6509
Démographie
Gentilé Les Saint-Sulpisans
Population 616 hab. (1er janvier 2007[1])
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 34″ nord, 6° 33′ 37″ est
Altitude 754 m
Superficie 1 309 ha = 13,09 km2
Divers
Nom officiel Saint-Sulpice (NE)
Langue français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Saint-Sulpice

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Saint-Sulpice

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Saint-Sulpice
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Saint-Sulpice est une localité de la commune de Val-de-Travers et une ancienne commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district du Val-de-Travers[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Sulpice était limitrophe des communes des Bayards, de Buttes, de Fleurier, de Boveresse, toutes situées dans le district du Val-de-Travers, et de La Brévine, dans le district du Locle.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de la commune de Saint-Sulpice a progressé pendant le dix-neuvième siècle, avant de chuter au siècle suivant[4].

Année Habitants
1750 318
1850 561
1900 1234
1950 780
2000 590

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-sulpice vers 1890.

La plus ancienne source connue mentionnant l'existence de Saint-Sulpice date de 1228[4]. Sous l'Ancien Régime, Saint-Sulpice dépend de la châtellenie du Val-de-Travers[4]. Elle appartient par ailleurs, avec Boveresse, Buttes, Couvet, Fleurier et Môtiers à la corporation des Six Communes qui gèrent ensemble un marché et des forêts[5].

Saint-Sulpice connaît une forte activité industrielle dès le Moyen Âge, essentiellement des activités nécessitant la force hydraulique[4]. Elle abrite ensuite une papeterie, de 1677 à 1860, une scierie de 1772 à 1919, une cimenterie de 1879 à 1945 et une usine de pâte de bois de 1884 à 1968[4]. En 2005, pas moins de 48% des actifs travaillaient encore dans le secteur secondaire[4].

La commune de Saint-Sulpice a fusionné le 1er janvier 2009 avec Boveresse, Buttes, Couvet, Fleurier, Les Bayards, Môtiers, Noiraigue et Travers pour former la commune de Val-de-Travers. La fusion a été acceptée par les habitants de la commune le 24.02.2008 par référendum, 76.6% des votants s'étant prononcé en faveur[6].

Politique[modifier | modifier le code]

Avant sa fusion, la commune de Saint-Sulpice était dotée d'un conseil communal, représentant le pouvoir exécutif, et d'un conseil général, représentant le pouvoir législatif. Les membres du conseil général étaient élus au suffrage universel, tandis que les membres du conseil communal étaient élus par le conseil général. Contrairement à de nombreuses petites communes neuchâteloises où les partis radical et libéral sont généralement dominants, la gauche, et notamment le Parti socialiste, a été majoritaire pendant de longues périodes à Saint-Sulpice (1948-1968; 1972-1980; 1988-1992; 2004-2008)[7].

Religion[modifier | modifier le code]

Après la Réforme et jusqu'en 1835, Saint-Sulpice a formé une paroisse commune avec le village voisin de Buttes[4]. A partir de 1835, elle a disposé d'une paroisse autonome[4].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Saint-Sulpice est une localité suisse traversée par la Route de l'absinthe, itinéraire culturel et touristique reliant Pontarlier, dans le département français du Doubs, à Noiraigue dans le Val-de-Travers.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les roues de l'Areuse
  • Source de l'Areuse
  • Montagne du Chapeau de Napoléon et restaurant avec vue sur le Val-de-Travers
  • Dépôt du Vapeur Val-de-Travers (trains historiques)
  • Musée et bar Oldtimer Volkswagen

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Population résidante moyenne selon les communes », Office fédéral de la statistique, (consulté le 1er mars 2008)
  2. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2015 », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Eric-André Klauser, « Saint-Sulpice (NE) », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 9 juillet 2017)
  5. Eric-André Klauser, « Val-de-Travers (vallée) », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 9 juillet 2017)
  6. « Élections et votations - République et canton de Neuchâtel », sur www.ne.ch (consulté le 9 juillet 2017)
  7. « Saint-Sulpice », Histoire politique et électorale du canton de Neuchâtel,‎ (lire en ligne)