Les Bayards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Bayards
Localité suisse
Blason de Les Bayards
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Neuchâtel Neuchâtel
District Val-de-Travers
Commune Val-de-Travers
NPA 2127
N° OFS 6501
Démographie
Gentilé Les Bayardins
Population 369 hab. (1er janvier 2007[1])
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 59″ nord, 6° 30′ 59″ est
Altitude 980 m
Superficie 1 915 ha = 19,15 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Les Bayards

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Les Bayards

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Les Bayards
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Les Bayards est une localité de la commune de Val-de-Travers et une ancienne commune suisse du canton de Neuchâtel[4]. Elle est traversée par la Route de l'absinthe, itinéraire culturel et touristique reliant Pontarlier, dans le département français du Doubs, à Noiraigue dans le Val-de-Travers.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune des Bayards comprenait le village des Bayards lui-même, ainsi que les hameaux du Haut de la Tour, des Jordan, des Places et des Prises[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

La population des Bayards a augmenté fortement pendant la plus grande partie du dix-neuvième siècle, puis a décliné fortement. Les Bayards comptaient ainsi 584 habitants en 1767, 827 habitants en 1850, 1020 habitants en 1880, 846 habitants en 1900, 522 habitants en 1950, 354 habitants en 2000[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, les Bayards dépendent de la mairie des Verrières pour la justice civile et de la châtellenie du Val-de-Travers pour la justice pénale[4]. Les Bayards eux-mêmes étaient divisés en deux communes: le Grand Bayard et le Petit Bayard[4].

En 1860, une municipalité des Bayards est créée[4]. Les deux communes bourgeoises du Grand Bayard et du Petit Bayard restent rattachées à la communauté générale des Verrières jusqu'en 1878[4]. Après une période d'autonomie de dix ans, elles fusionnent, en 1888, avec la municipalité des Bayards[4], au moment où les autorités cantonales décident de mettre fin à la séparation entre communes bourgeois et municipalités[5].

La commune des Bayards a fusionné le 1er janvier 2009 avec Boveresse, Buttes, Couvet, Fleurier, Môtiers, Noiraigue, Saint-Sulpice et Travers pour former la commune de Val-de-Travers[4]. Les habitants des Bayards ont approuvé cette fusion par 71.7% des voix lors d'un référendum qui s'est tenu le 24 février 2008[6].

Anecdote[modifier | modifier le code]

En 1273, dans la Combe à la Vuivra (Hydra, serpent), Sulipicius Raimond de Saint-Sulpice, aurait tué un monstre redoutable[7].

Politique[modifier | modifier le code]

Avant la fusion intervenue en 2009, la commune des Bayards était dotée d'un conseil communal (exécutif) et d'un conseil général (législatif). Les quinze conseillers généraux étaient élus au suffrage universel pour une période de quatre ans. Ce sont eux qui élisaient ensuite les membres du conseil communal.

Religion[modifier | modifier le code]

Avant la Réforme, les Bayards dépendent du diocèse de Besançon[4]. Les Bayards sont ensuite rattachés à la paroisse des Verrières, puis forment une paroisse indépendante de 1712 à 1969[4]. Elle dépend depuis lors à nouveau de la paroisse des Verrières[4]. Les Bayards ont également formé une paroisse de l'Église indépendante de 1873 à 1943[5] pendant la période où l'Église réformée du canton de Neuchâtel s'est scindée en Église indépendante et Église nationale.

Transports[modifier | modifier le code]

Le village des Bayards est relié à la ligne du chemin de fer Franco-Suisse en 1903.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Temple 1677 et clocher 1835
  • Parcours Vita

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Population résidante moyenne selon les communes », Office fédéral de la statistique, (consulté le 1er mars 2008)
  2. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2016 », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Eric-André Klauser, « Bayards, Les », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 8 juillet 2017)
  5. a et b « Communes », Histoire politique et électorale du canton de Neuchâtel,‎ (lire en ligne)
  6. « Élections et votations - République et canton de Neuchâtel », sur www.ne.ch (consulté le 8 juillet 2017)
  7. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p.244

Liens externes[modifier | modifier le code]