Aller au contenu

Vapeur Val-de-Travers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vapeur Val-de-Travers - VVT
Image illustrative de l'article Vapeur Val-de-Travers
La locomotive suisse E 3/3 8511 Tigerli.

Pays Suisse
Type d'association Association sans but économique
Création 1985
Écartement de voie voie normale
Ligne exploitée St-Sulpice - Neuchâtel / Les Verrières
Site internet http://www.vvt.ch

Le Vapeur Val-de-Travers (VVT) est un chemin de fer touristique, et un musée ferroviaire, situé à St-Sulpice dans le canton de Neuchâtel en Suisse.

Pendant la saison, il fait circuler des trains à vapeur touristiques sur la ligne du Val-de-Travers au fil de l'Areuse et sur la ligne du Franco-Suisse (Neuchâtel-Pontarlier).

Vapeur Val-de-Travers est membre de l'Union des chemins de fer historiques suisses[1].

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Saint-Sulpice est l'ancien terminus, au point kilométrique (PK) 10,46 de la ligne du Régional du Val-de-Travers. Le tronçon de Fleurier à Saint-Sulpice, inutilisé par le service public depuis 1973, est remis en concession à l'association pour y faire circuler des trains historiques le [2],[3].

Les trains touristiques circulent aussi sur la ligne d'Auvernier aux Verrières frontière (-Pontarlier) qu'ils rejoignent à l'embranchement de la gare de Travers.

Historique[modifier | modifier le code]

La naissance du VVT[modifier | modifier le code]

En 1983, des trains à vapeur ont pu circuler au Vallon à l'occasion du centenaire du Régional du Val-de-Travers. Ces événements ont donné l'idée à Alphonse Roussy et à une poignée de passionnés regroupés au sein de l'Eclisse, de fonder une association nommée Vapeur Val-de-Travers.

L'association est créée en 1985.

Les premières acquisitions[modifier | modifier le code]

Le VVT réalise que la locomotive belge, Cockerill, acquis en 1984 ne pourra pas assurer des prestations ferroviaires sur la ligne du RVT (TransN), car la machine n'est pas assez puissante. Une nouvelle recherche s'organise. Une entreprise signale qu'une locomotive serait à vendre dans une fabrique d'aluminium en Autriche. Tout est mis en œuvre pour acquérir cette locomotive à trois essieux Krauss-Maffei. Une fois l'achat effectué. Le voyage commence, partie de Braunau am Inn, il faudra deux jours et deux nuits pour venir d'Autriche au Val-de-Travers. Au même moment, le premier dépôt est construit avec deux voies pour accueillir la locomotive. Ce dépôt est doté d'une fosse et abritera un fourgon ex-CFF, à trois essieux, transformé en bar surnommé « Traclet-bar » pour le centenaire du RVT et récupéré par le VVT.

Tigerli[modifier | modifier le code]

À ce moment-là, le VVT se rend compte qu'il manque une locomotive à vapeur en cas de panne de la Krauss-Maffei. Les recherches aboutissent au Service du Gaz de Genève, lequel dispose de la Tigerli 8511, elle est hors service depuis quelques années, mais garée à l'abri dans son dépôt. Le service du Gaz ne voit aucun inconvénient à placer en 1985, la Tigerli dans l'association, en prêt contre bons soins. Elle sera remise en service grâce à des membres motivés et compétents. En remerciement du travail de qualité effectué, le Service du Gaz fait don de la locomotive Tigerli à l'association VVT en 1995.

Les collections[modifier | modifier le code]

Le Matériels roulants.

Le dépôt des locomotives, peut être visité sur demande[4], ou est ouvert les samedis[5].

Les listes suivantes ne sont pas exhaustives et devront être complétées ou actualisées au fil du temps (dernière actualisation en juin 2024) :

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

Matricule (noms) Constructeur et date État actuel Origine et informations techniques Photo
E 2/2 (020T) Chaudière verticale no 2951 Cockerill, 1920 Hors service
  • Origine :
  • m, 00,00 t (15 t en ordre de marche), vitesse maximum : 20 km/h (115 ch).
  • Timbre chaudière : 12 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 00 t.
  • Capacité de la soute à eau : 0 000 L (0,0 m3).
E 2/2 (020T) dite "Sulzer SLM Sulzer, 1895 Hors service
  • Origine :
  • 5,07 m, 00,00 t (14,2 t en ordre de marche), vitesse maximum : 20 km/h (100 ch).
  • Timbre chaudière : 12 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 0 t.
  • Capacité de la soute à eau : 0 000 L (0 m3).
E 2/2 (020T) dite "Cham" Henschel & Sohn, 1925 Hors service
  • Origine :
  • 7,6 m, 00,00 t (26 t en ordre de marche), vitesse maximum : 30 km/h (200 ch).
  • Timbre chaudière : 12 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 00 t.
  • Capacité de la soute à eau : 0 000 L (0 m3).
E 3/3 (030T) Tigerli no 8511 SLM Winterthur, 1911 Opérationnelle
  • Origine :
  • 8,7 m, 00,00 t (34,9 t en ordre de marche), vitesse maximum : 45 km/h (350 ch).
  • Timbre chaudière : 12 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 1,7 t.
  • Capacité de la soute à eau : 4 300 L (4,3 m3).
  • Numéro : 90 85 0008 511-7.
E 3/3 (030T) no 16388 Krauss-Maffei, 1945 Hors service
  • Origine :
  • 9,4 m, 00,00 t (43,8 t en ordre de marche), vitesse maximum : 45 km/h (400 ch).
  • Timbre chaudière : 12 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 1,9 t.
  • Capacité de la soute à eau : 6 250 L (6,25 m3).
E 3/3 (030T) no 8 SLM Sulzer, 1895 Hors service
  • Origine :
  • 5,07 m, 00,00 t (14,2 t en ordre de marche), vitesse maximum : 20 km/h (100 ch).
  • Timbre chaudière : 12 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 0 t.
  • Capacité de la soute à eau : 0 000 L (0 m3).
(040T) TKP "Slask" no 16 Fablok, 1952 Hors service
  • Origine :
  • 10,98 m, 00,00 t (66 t en ordre de marche), vitesse maximum : 50 km/h (800 ch).
  • Timbre chaudière : 14 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 3,5 t.
  • Capacité de la soute à eau : 6 500 L (6,5 m3).
TKT 48-188 Fablok, 1956 Hors service (en cours de restauration complète).
  • Origine :
  • 14,14 m, 00,00 t (98 t en ordre de marche), vitesse maximum : 80 km/h (1068 ch).
  • Timbre chaudière : 16 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 6 t.
  • Capacité de la soute à eau : 10 000 L (10 m3).
BR 52.221 Schwartzkopff, 1943 Opérationnelle
  • Origine : Locomotive ex DRG allemande en service depuis 2007[6].
  • 22,975 m, 00,00 t (149,7 t en ordre de marche), vitesse maximum : 80 km/h (1620 ch).
  • Timbre chaudière : 16 kg/cm².
  • Capacité de la soute à charbon : 10 t.
  • Capacité de la soute à eau : 3 000 L (30 m3).
  • Numéro : 90 85 0520 221-2)[7].

Locotracteurs diesel & grue[modifier | modifier le code]

Matricule Constructeur et date État actuel Origine et informations techniques Photo
Tm 2/2 « Köf » Arnold Jung GmbH Jungenthal, 1959
  • Ex DB.
  • Origine :
  • 6,45 m, 00,00 t (17 t en ordre de marche), vitesse maximum : 45 km/h (128 ch).
  • Capacité du réservoir à gazole : 200 L.

Tm III no 9571 CFF Robert Aebi&Co, 1979
  • Origine :
  • 8,74 m, 00,00 t (34 t en ordre de marche), vitesse maximum : 60 km/h (210 ch).
  • Capacité du réservoir à gazole : 550 L.
  • Moteur Saurer.
Grue Bondy Ateliers de Bondy (Paris), probablement dans les années 1940. Hors service
  • Grue ex SNCF.
  • Type « Motopelle 4 » , dite « GP4 » ou « Motogrue ».
  • Longueur de la flèche : 13,5 m
  • Masse : 32,2 t
  • Motorisation : Baudouin DB3 à 3 cylindres de 45 ch.
  • Vitesse limite en autonome : 3,9 km/h
  • Volume de la benne : 600 L
  • Capacité de levage : 1,5 t

Voitures à voyageurs[modifier | modifier le code]

Matricule Constructeur et date État actuel Origine et informations techniques Photo
B4ü no 3924 SIG, 1914 Opérationnelle
  • Origine :
  • 21,40 m, 00,00 t (41 t en ordre de marche), vitesse maximum : 110 km/h.
  • Places assises : 48
B4ü no 3933 SIG, 1914 Opérationnelle
  • Origine :
  • 21,40 m, 00,00 t (41 t en ordre de marche), vitesse maximum : 110 km/h.
  • Places assises : 26
F4ü (Fourgon cuisine/technique) SIG, 1913 Opérationnelle
  • Origine :
  • 20,15 m, 00,00 t (45 t en ordre de marche), vitesse maximum : 110 km/h.
AB no 312 SWS, 1914 Hors service (en cours de restauration).
  • Origine :
  • 21,40 m, 00,00 t (35 t en ordre de marche), vitesse maximum : 110 km/h.
  • Places assises : 64
D3 no 362 (Traclet Bar) SWS, 1915 Opérationnelle
  • Origine :
  • 14,10 m, 00,00 t (22 t en ordre de marche), vitesse maximum : 40 km/h.
  • Places assises : 30
GBS Vevey, 1967 Hors service (en cours de restauration).
  • Origine :
  • 14,52 m, 00,00 t (13 t en ordre de marche), vitesse maximum : 100 km/h.
  • Divers wagons marchandises.

Publication[modifier | modifier le code]

« Le Piston », bulletin publié par Vapeur Val-de-Travers[8]. Quelques numéros[9] :

  • no spécial : 1985-1995, 1995
  • no 21 : Décès du fondateur, 1996
  • no 24 : Voyage sur Pontarlier, 150e anniversaire des CFF, 1997
  • no 27 : Rapport d'activité 1998, TSR et le Junior Club, 1999
  • no spécial : 1985-2000, 2000
  • no 30 : La vie du dépôt, Du charbon au rail 1 : la chaudière, [10]
  • no 31 : Du charbon au rail 2 : le foyer, la boîte à fumée, [11]
  • no 32 : Mariage, Tournage du film Monsieur Batignole, 2001
  • no 33 : Incendie de la gare, Train spécial pour les Bourbakis, 2002
  • no 34 : Rétrospective 2002, 2002
  • no 35 : Présentation du matériel roulant, 2003
  • no 36 : Renaissance de la 241 P30 et retrospective 2003, 2003
  • no 37 : TKt48 188, 2004
  • no 38 : Rétrospective 2004, Festival Vapeur Vallorbe, 2004
  • no 39 : Rétrospective 1985-2005, histoire du VVT, 2005
  • no 40 : 52 221 roule, La Tabaklok, projet des voitures historiques, 2007
  • no 41 : 52 221, le retour et les expériences, les actifs au dépôt, 2010

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • « Projets vitaux au VVT », dans la revue Rail Passion, pp. 72-73
  • « un anniversaire morose », dans la revue Rail Passion, no 94, , p. 95
  • (de) « 25 Jahre Vapeur Val-de-Travers », article de U. Hudritsch, dans la revue Eisenbahn Amateur (de), no 8, 2010, pp. 445-449[12]
  • « De Tchéquie en Suisse, le parcours semé d'embûches d'une locomotive », article de Pierre-Alain Favre, dans L'Express/L'Impartial, [13],[14]

Reportages TV[modifier | modifier le code]

  • « L'association "Vapeur du Val-de-Travers” vient de recevoir une locomotive à vapeur qu’elle va tenter de remettre sur les rails », dans RTS le journal, [15].
  • « Train à vapeur - Nostalgie sur les rails », dans canal 9, le journal, [16].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le matériel roulant du Vapeur Val-de-Travers apparaît dans plusieurs films et documentaires. Notamment :

  • film Monsieur Batignole de Gérard Jugnot (2002) : la locomotive Krauss-Maffei apparaît statique en gare de Morteau et sur un court trajet en pleine voie lors de scènes tournées le [17]
  • film Ispansi (Españoles) de Carlos Iglesias (es) (2011) : le site du dépôt de Saint-Sulpice et diverses machines apparaissent lors de scènes tournées entre les 16 et [18]
  • Documentaire La bataille du rail en Franche-Comté de Éric Pages (2006) : des scènes ont été tournées devant le dépôt avec les locomotives TKt48 188 et 241 P 30[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site hech.ch : liste des membres (2013) (consulté le 6 janvier 2014).
  2. Site news.admin.ch Chemin de fer régional du Jura neuchâtelois : le Conseil fédéral renouvelle la concession (consulté le 1er janvier 2014).
  3. Site stars.arcinfo.ch : Concession des chemins de fer renouvelée dans le Val-de-Travers (consulté le 1er janvier 2014)
  4. Site CRDE (Conférence Romande des délégués à l'énergie) : Vieux Vapeur du Val-de-Travers (consulté le 4 décembre 2014).
  5. Site vallon.tv : Vapeur Val-de-Travers / Saint-Sulpice (consulté le 4 décembre 2013).
  6. Pierre-Alain Favre, « Vapeur Val-de-Travers : La loco de retour au bercail », dans L'Express, no 256, lundi 5 novembre 2007, pp. 1 et 9 (consulté le 6 avril 2014).
  7. Registre des véhicules ferroviaire, consulté le 18 mars 2016
  8. « Périodiques », dans Catalogue topographique de la documentation de l'association genevoise du musée des tramways, état au 1er janvier 2013, volume 2, AGMT, Genève, 2013, p. 182 (consulté le 5 janvier 2013).
  9. Site voisin.ch : Piston, Vapeur Val-de-Travers : histoire d'une publication interne, quelques numéros (consulté le 5 janvier 2014).
  10. Site voisin.ch : Piston 30 (consulté le 5 janvier 2014).
  11. Site voisin.ch : Piston 31 (consulté le 5 décembre 2013).
  12. Site eisenbahn-amateur.ch : sommaire de l'année 2010 (consulté le 5 décembre 2014).
  13. Site arcinfo.ch : De Tchéquie en Suisse, le parcours semé d'embûches d'une locomotive (consulté le 5 janvier 2014).
  14. Pierre-Alain Favre, « Vapeur Val-de-Travers, de Tchéquie en Suisse, le parcours semé d’embûches d’une locomotive », dans L'Express, le 5 novembre 2007, p. 9 (consulté le 6 janvier 2014).
  15. Site rts.ch : reportage en vidéo (consulté le 5 janvier 2014).
  16. Site canal9.ch : sommaire du journal, 2 juillet 2008 (consulté le 5 janvier 2013).
  17. (de) Site eisenbahn-im-film.de : Monsieur Batignole 2002 Gérard Jugnot (consulté le 5 janvier 2013).
  18. (de) Site eisenbahn-im-film.de : Ispansi 2010 Carlos Iglesias (consulté le 5 janvier 2013).
  19. Site reseau-farr.org : La bataille du rail en Franche-Comté présentation et extrait (consulté le 5 janvier 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]