Saint-Cloud-en-Dunois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Cloud-en-Dunois
Saint-Cloud-en-Dunois
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Châteaudun
Statut Commune déléguée
Maire délégué Étienne Triau
2017-2020
Code postal 28200
Code commune 28330
Démographie
Population 237 hab. (2014 en augmentation de 3.95 % par rapport à 2009)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 27″ nord, 1° 28′ 15″ est
Altitude Min. 127 m
Max. 136 m
Superficie 8,78 km2
Élections
Départementales Châteaudun
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Villemaury
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 15.svg
Saint-Cloud-en-Dunois
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 15.svg
Saint-Cloud-en-Dunois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Cloud-en-Dunois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Cloud-en-Dunois

Saint-Cloud-en-Dunois est une ancienne commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire, commune déléguée depuis le de la commune nouvelle Villemaury.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Cloud-en-Dunois
Civry
Lutz-en-Dunois Saint-Cloud-en-Dunois Villampuy
Ozoir-le-Breuil

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les mentions anciennes de la localité sont :

  • en latin, de Villa Mori vers 1052-1065[1], Villa Mauri 1166[2], 1260[3], v. 1272[4], 1351[4], Villamauri alias Sanctus Clodoaldus[4] v. 1480;
  • en français, doyen de Villemor 1189[5], Villemor dit Saint-Cloud-en-Dunois 1409[2], Saint-Cloud dit Villemort 1554[2], Saint-Cloud-en-Beausse dit Villemor 1588, Saint-Cloud 1757[6], depuis le Saint-Cloud-en-Dunois[7].

L'ancien nom Villemor/Villemort[3]/Villemaur[4] provient du latin Villa Mauri/Mori qui, vraisemblablement, est issu d'une forme mérovingienne Mauri Villa, conservé dans le nom d'une famille de Brou[1] vers la fin du XIe siècle, Hugonis de Mori Villa, et au début du XIIe siècle Teodericus de Mauri Villa, qui se rapproche du latin Maurus et du germ. Mor "sombre"[8],[9], et pourrait être traduit par domaine de Mauri, ou domaine du Sombre,

Le nom de la commune provient de saint Clodoald (522-560), petit-fils de Clovis.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Trace d'une grande villa gallo-romaine[10]. Le village était à moins de 500 mètres de la voie Jules César (axe reliant Vendôme à Chartres).
  • En 1105, Henri de Villemore signa, la charte du comte Henri Etienne, qui renonça de piller la maison des évêques de Chartres à leur mort, au profit des comtes de la ville[11].
  • Par décret du , Jean Petit, dit de Salisbéry, évêque de Chartres, adjugea l'église de Villemore aux chanoines de Saint-Cloud, contre les prétentions de l'archidiacre du pays, qui soutenait qu'elle devait lui appartenir[11].
  • Les chanoines de Saint-Cloud, près Paris, nomment à la cure de Villemore et sont en partie seigneurs de ces terres.
  • Le village changea de nom à la fin du XIVe siècle et prit celui de sa paroisse, Saint-Cloud.
  • En 1480, le comte de Dunois fait réparer la tour du clocher de l'église Saint-Cloud[12].
  • Pendant les Guerres de Religions, les Calvinistes détruisirent l'église paroissiale. La fête de saint Cloud, le , se confondait avec la fête mariale de la Nativité de la Vierge, le , que réfutaient fortement les Huguenots.
  • En, 1634, les ormes qui entouraient le cimetière sont vendus afin que l'argent soit employé pour la décoration de l'autel et de l'église[13].
  • En 1670, lors des visites pastorales, il a été constaté que la nef de l'église était dépavée et avait besoin de réparations. En 1675, la charpente au-dessus du chœur est cassée et menace ruine, l'évêque enjoint les chanoines de Saint-Cloud de réparer incessamment[7].
  • En 1757, il y avait une école dans le village. Jacques Lavenne était Maître des petites écoles de Saint-Cloud[14].
  • Fief du Pensier, moulin et ferme du Pensier.
  • Le , Saint-Cloud-en-Dunois est intégrée à la commune nouvelle de Villemaury dont elle devient le chef-lieu, avec le statut de commune déléguée[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 31 décembre 2016 Étienne Triau SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 237 habitants, en augmentation de 3,95 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
195182199147222243262309321
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
356369350339346348345343316
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
317324315301313321334349302
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
244222227218196164219233237
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Cloud est de plan rectangulaire, avec un chevet droit et aveugle. Soutenue par de solides contreforts au sud, elle est flanquée d'une sacristie ajoutée au nord au XIXe siècle. La nef est précédée d'un lourd clocher-porche couronné d'un toit en bâtière. Les bâtiments sont du XVIe siècle et du XVIIe siècle.
  • Monument aux morts ;
  • Ancienne gare de Civry - Saint-Cloud de la ligne de Courtalain - Saint-Pellerin à Patay : de 1872 jusqu'au début des années 2000, Saint-Cloud bénéficiait d'une gare de fret sur la ligne Courtalain-Saint-Pellerin à Patay via Châteaudun. La portion de ligne, entre Lutz-en-Dunois et Patay, où se trouvent Péronville et Civry-Saint-Cloud est non utilisée, sans pour autant être déclassée.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b GUERARD (B.) Cartulaire de l'Abbaye Saint-Père de Chartres (1840), t 2, p.444, LI.; p.478, XVI.
  2. a b et c MERLET (L.) Dictionnaire topographique du département d'Eure-et-Loir (1861), p. 163
  3. a et b GUERARD (B.) Cartulaire Abbaye St-Pere de Chartres (1840), t 1, p.cccxxxiv.
  4. a b c et d LONGNON (A.) Pouillés province de Sens (1904), p. 125F, 153E, 207C.
  5. JURGENS (M.) Minutier central des notaires de Paris : 1547-1560 (1982), p.304.
  6. Plan Cassini, Ign, vers 1757.
  7. a et b JUSSELIN (Maurice) Voyage archéologique en suivant les visites paroissiales (1628-1724) Mémoire de la société archéologique d'Eure-et-Loir (1961), t. 21, p. 482, n.1.
  8. CNRTL Maure.
  9. FERGUSON (Robert) The Teutonic Name-system, Applied to the Family Names of France, England and … (1864), p. 402.
  10. OLLAGNIER (A.) JOLY (D.) PROVOST (M.) Carte archéologique de la Gaule: 28. Eure-et-Loir (1994), p. 363.
  11. a et b BORDAS (J.B.) Histoire du Comté de Dunois (1850), p. 181.
  12. MERLET (L.) Registres et minutes des notaires du comte de Dunois (1369-à 1676), (1886), p. 34.
  13. SAUZET (Robert) Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du XVIIe siècle (1975), p. 278.
  14. MERLET (L.) Inv. sommaire des Archives Départementales d'Eure-et-Loir archives civiles, série E (1884), t. 2, p. 96b.
  15. « recueil des actes administratifs de l'Eure-et-Loir » (consulté le 15 septembre 2016).
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .