Le Bémont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Bémont
Le Bémont
Vue du village du Bémont.
Blason de Le Bémont
Armoiries
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Jura Jura
District Franches-Montagnes
Communes limitrophes Saignelégier, Les Enfers, Montfaucon, Tramelan
Maire André Tschudi
NPA 2360
No OFS 6741
Démographie
Population
permanente
324 hab. (31 décembre 2020)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 55″ nord, 7° 00′ 50″ est
Altitude 988 m
Superficie 11,67 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Le Bémont
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Le Bémont
Géolocalisation sur la carte : canton du Jura
Voir sur la carte administrative du canton du Jura
City locator 14.svg
Le Bémont
Liens
Site web lebemont.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Le Bémont (ancien nom allemand : Hübschenberg) est une commune suisse du canton du Jura, située dans le district des Franches-Montagnes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune du Bémont, située à 28 km à vol d’oiseau au nord-est de La Chaux-de-Fonds et à 29 km de Delémont, fait partie de la paroisse de Saignelégier, la localité voisine. Outre le village du Bémont, elle compte plusieurs hameaux (La Bosse, Les Communances, Les Cufattes, Sous-le-Bémont, Les Rouges-Terres).

Le Bémont est une commune encore essentiellement agricole en 1990[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné pour la première fois en 1330 (Le Belmont)[réf. nécessaire].

Le Bémont fait partie de la seigneurie des Franches-Montagnes jusqu'en 1792, des départements français du Mont-Terrible puis du Haut-Rhin jusqu'en 1814, du bailliage puis district bernois des Franches-Montagnes de 1815 à 1978, et enfin du canton du Jura[3].

Population[modifier | modifier le code]

Surnom[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont surnommés lè Conouèye, soit les corneilles en patois taignon[4].

Les habitants du hameau de la Bosse sont surnommés les Raines et ceux du hameau de Communances les Rainets, soit respectivement les grenouilles et les petites grenouilles en patois taignon[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1818 1850 1870 1900 1950 2000 2020
582612718637361346324

Transports[modifier | modifier le code]

Curiosités et tourisme[modifier | modifier le code]

Depuis la route conduisant du Bémont aux Rouges-Terres, on accède à la réserve naturelle de l'Étang des Royes, créée en 1969. L'ancienne scierie des Royes était située sur territoire de la commune du Bémont, alors que l’étang fait partie de la commune de Saignelégier.

Érigée en 1719 et reconstruite en 1897, la chapelle de La Bosse est dédiée à Jeanne Froidevaux (1596-1625), sœur Marie-Hyacinthe.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes » Accès libre [xls], sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. a et b Claude Rebetez, « Le Bémont » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 11
  5. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 15 et 33

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :