Sagittaire latifoliée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sagittaria latifolia)

Sagittaria latifolia

Sagittaria latifolia, la sagittaire à larges feuilles, est une espèce de plante herbacée de la famille des Alismatacées. C'est une plante originaire d'Amérique qui affectionne les milieux très humides. On l'observe couramment le long des lacs et des rivières.[1] La plante produit des tubercules comestibles.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La sagittaire latifoliée est une plante de 15 à 100 cm de haut, totalement ou partiellement émergée. La forme des feuilles est variable et elles sont le plus souvent sagittées. L'inflorescence est une grappe simple ou composée se dressant au-dessus du feuillage. D'un blanc pur, les fleurs au bas de l'inflorescence sont pistillées, alors que celles du haut sont staminées. Elles sont souvent regroupées en verticilles. Le fruit est un akène ailé et muni d'un petit bec latéral[2].

Utilisation alimentaires[modifier | modifier le code]

Selon l'ethnobotaniste François Couplan (2009), les rhizomes de Sagittaria latifolia forment à leurs extrémités des tubercules mangeables crûs, mais meilleurs cuits. Les tubercules de cette espèce comptent, parmi ceux des sagittaires, parmi les plus gros[3].

Connue aux États-Unis sous les noms de wapato, wapatoo ou encore indian potato (pomme de terre indienne), ces tubercules sont un aliment qui fut largement utilisé par les peuples amérindiens du Nord pour leur alimentation[4].

Une fois cuit, ils pouvaient être coupés en tranches mises à sécher puis ainsi conservés, avant d’être éventuellement moulus en farine. Après les avoir récolté, les indiens pouvaient aussi les écraser en les mélangeant à de l’eau, puis en filtrant ce mélange ils séparaient les fibres du jus, et par décantation, ils récupéraient une fécule que l’on pouvait alors cuisiner en bouillies, consommer crue ou faire sécher pour la conserver[3].

Ces tubercules sont plus ou moins gros et nutritifs selon l'âge de la plante, mais aussi selon le moment de la récolte, qui doit idéalement être faite entre l’automne et le printemps[3]. Outre le tubercule, les jeunes pousses étaient aussi consommées[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sagittaria latifolia - Base de données des plantes vasculaires du Canada (VASCAN) », sur data.canadensys.net (consulté le )
  2. Marie-Victorin, frère, F.É.C., 1885-1944. et Goulet, Isabelle, 1967-, Flore laurentienne, Presses de l'Université de Montréal, (ISBN 2760616509 et 9782760616509, OCLC 35881567, lire en ligne)
  3. a b c et d Couplan, François (2009) Le régal végétal : plantes sauvages comestibles ; Editions Ellebore, 527 pages
  4. (en) Tanja Hoffmann, Natasha Lyons, Debbie Miller et Alejandra Diaz, « Engineered feature used to enhance gardening at a 3800-year-old site on the Pacific Northwest Coast », Science Advances, vol. 2, no 12,‎ , e1601282 (ISSN 2375-2548, DOI 10.1126/sciadv.1601282, lire en ligne, consulté le )