SaccageParis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
#SaccageParis
Histoire
Fondation
Début des années 2020
Cadre
Zone d'activité
Type
Mouvement citoyen
Pays
Organisation
Personnes clés
« Paname Propre » (pseudonyme)
Site web

#SaccageParis est un mouvement de contestation de la politique parisienne de gestion des espaces publics, au début des années 2020.

Dans un premier temps, la ville de Paris évoque une campagne de « dénigrements » puis qualifie le mouvement de « lanceur d'alerte » et engage des actions répondant aux interpellations des participants. En 2021, #SaccageParis est en huitième position des mots-dièses les plus utilisés en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Le mouvement saccageparis apparait au premier trimestre 2021[1]. Il commence par un mot-dièse sur Twitter lancé par un anonyme sous le pseudonyme de « Paname Propre »[2] et repris par des médias plus traditionnels[3].

La presse étrangère, notamment de pays dont des touristes à Paris sont originaires, s'en fait parfois l'écho[4],[1],[5]. Ainsi le New York Post indique que le hashtag #SaccageParis est devenu viral sur Twitter avec des photographies de certaines rues « débordantes d'ordures »[6], annonçant, selon la Tribune de Genève, le « déclassement de la Ville Lumière »[7].

En 2021, #Saccageparis est en huitième position des mots-dièses les plus utilisés en France selon Visibrain, un service de veille des réseaux sociaux. Le concept s'est étendu à d'autres villes sous la forme de #saccagetoulouse, #saccagemarseille, #saccagegrenoble…[8].

Un an après le début du mouvement, le mot-dièse #SaccageParis est associé à presque 3 millions de messages postés sur le réseau social Twitter[9].

Revendications[modifier | modifier le code]

Les bancs Champignon critiqués par #SaccageParis (juillet 2021)[10].

Parmi les revendications mises en avant par le mouvement figurent :

Modes d'action[modifier | modifier le code]

Le mode d'action du mouvement est principalement médiatique, notamment sur Internet[23], mais des manifestations sont aussi organisées[24],[25].

Des initiatives de sauvegarde du patrimoine sont entreprises, comme le rachat en mai 2021 d'un banc Davioud pour 1 200 euros, grâce à une cagnotte en ligne, et le don à la mairie[26] de ce mobilier urbain emblématique de Paris[2],[27].

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Pied d'arbre végétalisé de l'avenue de Clichy (), abandonné.

Pour ses instigateurs, il s'agit de dénoncer des problèmes de voirie, réels ou perçus comme tels[2]. Le mouvement compte plusieurs milliers de participants, dont seuls les principaux sont mis en avant[28], le plus souvent sous pseudonyme[29]. Dans le même temps, le slogan est repris par des comptes politiques controversés[8] ainsi que par des élus de droite[30] et des médias conservateurs[31]. Le mouvement serait l'un des éléments de la défaite d'Anne Hidalgo, maire de Paris, dans sa tentative d'être élue présidente de la République en 2022[32],[33],[34].

Réactions de la Mairie[modifier | modifier le code]

La ville de Paris indique subir « une campagne de dénigrement via #saccageparis […] comme toutes les villes de France, Paris est confrontée à des incivilités et à des problèmes de régulation de l’espace public  »[2], tout en reconnaissant la pertinence de certaines critiques[35] et présente en réponse un plan pour restaurer la beauté de la ville[36]. En juillet 2021, la mairie de paris reconnait le bien fondé de certaines critiques « #SaccageParis, c’est le même travail que nous » et considère que SaccageParis est un lanceur d'alerte. Plusieurs actions sont engagées en urgence[37],[38].

Une action culturelle et une campagne médiatique se font jour afin de répondre aux questions posées par le mouvement[39],[40]. Dès , les bancs Champignon sont retirés, ainsi que certains bancs Mikado ; ceux qui resteront en place devant être rénovés[10]. Les pistes cyclables temporaires, surnommées « coronapistes », installées pour répondre à l’augmentation des cyclistes lors de la crise sanitaire, seront pérennisées avant 2023 ; leurs plots verticaux jaunes et blocs de béton seront retirés et des séparateurs en granit clair seront installés[10],[37]. En , la ville de Paris annonce la fin des « permis de végétaliser » autour des arbres et le retour des grilles de type Davioud, en fonte ajourée[8], à l'exception de ceux, rares, dont « des collectifs [s’occupent] avec professionnalisme »[41]. Des poursuites judiciaires contre les auteurs des tags sont engagées[42]. Est annoncé en 2022 un projet de transfert de la propreté des espaces et de l’entretien du petit patrimoine aux mairies des arrondissements de Paris[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-GB) « « It’s a rubbish bin » : Parisians fight for the soul of their blighted city. », sur The Guardian, (consulté le ).
  2. a b c et d « #Saccageparis, un hashtag qui relance le problème récurrent de la propreté de la capitale. », sur Le Monde, (consulté le ).
  3. a et b « Un an après sa première utilisation, « #saccageparis gagne chaque jour en crédibilité », estime son créateur. », sur 20 Minutes, (consulté le ).
  4. a et b (en-GB) « Paris hits back at filthy streets hashtag campaign », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Aufruhr an der Seine: Streit um dreckiges Paris
  6. (en) « Photos of Paris covered in garbage spark viral hashtag ripping socialist mayor. », sur New York Post, (consulté le ).
  7. « Le hashtag saccageparis augure le déclassement de la Ville Lumière. », sur Tribune de Genève, (consulté le ).
  8. a b et c « Poubelles pas ramassées, chantiers interminables, mobilier urbain mal entretenu… L’apocalypse selon les militants du fil Twitter #saccageparis. », sur Le Monde, (consulté le ).
  9. a et b Par Marie-Anne Gairaud Le 1 avril 2022 à 06h05, « #SaccageParis : en un an, le cri de colère des réseaux sociaux a chamboulé la politique parisienne », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  10. a b c et d Martine Bréson et Mélanie Kuszelewicz, « Paris : 150 sièges "Champignons" vont être supprimés par la mairie qui revoit l'esthétique de la capitale », France Bleu Paris,‎ (lire en ligne Accès libre)
  11. Didier Rykner dénonce sur #saccageparis le manque d'entretien du patrimoine parisien
  12. Pour en finir avec le « saccage » de Paris.
  13. Xavier Martinage, « À Paris, le fiasco des urinoirs écolo à 40.000 euros », sur Capital.fr, (consulté le )
  14. #SaccageParis: les manifestants dénoncent la gestion de la propreté par la municipalité.
  15. #Saccageparis : un hashtag relance le débat sur la propreté de la capitale.
  16. Les déjections canines font hélas leur grand retour !
  17. Bientôt la fin des pieds d'arbres décriés par #saccageParis.
  18. Christine Henry, « Propreté, esthétique, drogue… #SaccageParis a rassemblé des centaines de personnes devant l’Hôtel de Ville », sur Le Parisien, (consulté le ).
  19. « #SaccageParis: des internautes expriment leur ras-le-bol face à la saleté et l'"enlaidissement" de Paris », sur BFMTV (consulté le ).
  20. Par Eric Le Mitouard Le 11 mai 2022 à 11h04, « Champs-Élysées : moins de voitures place de l’Étoile, des jardins valorisés... ce que prévoit Anne Hidalgo », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  21. #saccageParis: le débat sur la propreté dans la capitale refait surface et rattrape Anne Hidalgo
  22. #saccageparis : 800 000 tweets en quelques semaines
  23. « #SaccageParis: des internautes expriment leur ras-le-bol face à la saleté et l'"enlaidissement" de Paris. », sur BFM TV, (consulté le ).
  24. « #SaccageParis : en un an, le cri de colère des réseaux sociaux a chamboulé la politique parisienne. », sur Le Parisien, (consulté le ).
  25. Manifestation du mouvement #saccageparis contre la gestion de Paris d'Anne Hidalgo
  26. « A Paris, une victoire pour les amoureux du banc public », sur Le Monde, (consulté le ).
  27. « Le banc Davioud a été acquis par #saccageparis pour être offert à la Ville », sur La Tribune de l'art, (consulté le ).
  28. Par Marie-Anne Gairaud Le 7 février 2022 à 07h00, « #SaccageParis : «Quentin Divernois», le trentenaire qui défie la mairie de Paris sur les réseaux sociaux », sur Le Parisien, (consulté le ).
  29. « Quentin Divernois, inlassable "twittos" du mobilier urbain parisien », sur linfodurable.fr, (consulté le ).
  30. Nicolas Maviel, « Rachida Dati : « #saccageparis a poussé Anne Hidalgo au débat sur la propreté » », Le Parisien, (consulté le ).
  31. #SaccageParis: a Genuine Democratic and Conservative Movement Against an Electoral Oligarchy, europeanconservative.com.
  32. Marie-Anne Gairaud, « #saccageparis, trouble-fête de la campagne présidentielle d’Anne Hidalgo ? », sur Le Parisien, (consulté le ).
  33. « #SaccageParis, vente de livres et candidature à la présidentielle : le fiasco Hidalgo en 2021 », sur Valeurs actuelles, (consulté le ).
  34. Elezioni Francia, flop della sindaca di Parigi Hidalgo (al 2%). E spariscono i socialisti, Il Mattino.
  35. Christine Henry, « #saccageparis : « Nous devons tous prendre soin de notre ville », exhorte Emmanuel Grégoire », sur Le Parisien, date=8 avril 2021 (consulté le ).
  36. Paris: la réponse de la ville au #SaccageParis
  37. a et b « #SaccageParis : après avoir crié à la manipulation, l’équipe d’Anne Hidalgo tire les leçons. », sur Marianne, (consulté le ).
  38. « Comment #SaccageParis a influencé la politique de la Ville de Paris. », sur Challenges, (consulté le ).
  39. lefigaro.fr, « Une expo sur l’esthétique de la capitale pour répondre à #SaccageParis », sur Le Figaro, (consulté le ).
  40. « #SaccageParis : la Mairie de Paris dévoile près de 500 projets pour rendre la ville plus propre ! », sur Paris ZigZag (consulté le ).
  41. « Anne Hidalgo signe la fin des « permis de végétaliser » à Paris. », sur Le Monde, (consulté le ).
  42. #SaccageParis : les tagueurs vandales et récidivistes dans le viseur de la Mairie de Paris, Paris ZigZag.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]