Savoir-faire Linux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis SFLvault)
Aller à : navigation, rechercher
Savoir-faire Linux
Image illustrative de l'article Savoir-faire Linux

Création 1999
Fondateurs Cyrille Béraud, Jean-Christophe Derré
Forme juridique Entreprise Privée
Siège social Drapeau du Canada Montréal, Québec (Canada)
Activité Technologies Open Source
Effectif 143
Site web www.savoirfairelinux.com

Créé en 1999, l'entreprise est d'origine québécoise et œuvre dans le domaine des logiciels Open Source. Savoir-faire Linux est l'une des plus grosses compagnies canadiennes œuvrant dans l'Open Source. Son siège social est basé à Montréal. L'entreprise a également deux bureaux à Québec et Toronto. Depuis 2014, Savoir-faire Linux est aussi basée à Paris.

Les projets de développements Open Source de Savoir-faire Linux[modifier | modifier le code]

SFLPhone (Ring)[modifier | modifier le code]

En 2005, Cyrille Béraud lance le projet de développement d'un téléphone numérique pour les entreprises entièrement conçu à partir de technologies Open Source.

SFLPhone est un « Téléphone Logiciel » professionnel pouvant gérer, de manière quotidienne, un nombre illimité de lignes et d'appels. Conforme aux standards de télécommunication (SIP, IAX), il s'interconnecte avec le logiciel Asterisk, PBX de référence dans le monde du logiciel Open Source sur Internet.

SFLvault[modifier | modifier le code]

SFLvault permet de gérer, avec des groupes de permissions, l'accès à certaines ressources et de distribuer les permissions d'accès à certains services (ex. ssh) d'une manière sûre d’un point de vue cryptographique. Il donne également à ses utilisateurs un outil pour se connecter automatiquement et ce, même en cascade (par exemple, se connecter sur un pare-feu, puis de là, sur une machine dans un réseau local distant). SFLvault possède une infrastructure client/serveur permettant à plusieurs utilisateurs d'accéder aux données sensibles de manière sécuritaire et de les utiliser pour accélérer leur travail.

La gestion des mots de passe de services (tels que SSH, MySQL, PostgreSQL, HTTP, applications web) disponibles dans un large parc informatique (ou chez plusieurs clients) peut rapidement devenir un fiasco et une réelle menace à la sécurité sans un outil comme SFLvault.

La gestion des services se définit en trois niveaux : le client, la machine et le service sur cette machine. Les services peuvent être hiérarchisés entre eux et faire partie de plusieurs groupes.

Chaque utilisateur peut faire partie d'un ou plusieurs groupes. Le système utilise une infrastructure à clé publique (PKI), pour chiffrer l'accès aux groupes. L'accès à un groupe donne accès aux services par un second lien PKI. Les mêmes algorithmes que pour PGP (GnuPG) sont utilisés pour le chiffrement des données.

SFLvault est basé sur Pylons, écrit en Python et malgré sa puissance, demeure simple de conception. La dernière version est la 0.7.3 datant de mai 2009.

L'infrastructure à clés publique de Savoir-faire Linux[modifier | modifier le code]

Les problèmes de sécurité de l'information professionnelle, font des infrastructures à clés publiques ou PKI, des sujets d'actualités. En 2008, le Dr Miège, (Directeur du bureau d'Ottawa de Savoir-faire Linux) se lance dans un projet de développement basé exclusivement sur des technologies Open Source.

Les organisations publiques[modifier | modifier le code]

La Régie des rentes du Québec[modifier | modifier le code]

En 2007, Savoir-faire Linux a déposé une requête en jugement déclaratoire contre la Régie des Rentes du Québec (RRQ) concernant l’attribution d’un marché à Microsoft. L’entreprise estime que la réglementation et la politique sur les marchés publics n’ont pas été respectées par RRQ, qui n'a pas lancé d'appel d’offres pour inviter des fournisseurs à soumissionner et a privilégié la continuité par rapport à Microsoft déjà en place, sans examiner les alternatives[1].

Le juge Denis Jacques de la Cour supérieure conclut en juin 2010 que la Régie des rentes du Québec a agi illégalement, en février 2008, lorsqu'elle a fait l'acquisition de logiciels Microsoft sans procéder par appel d'offres. Cette affaire a posé également la question de l'emploi de logiciels libres dans les administrations[2].

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Création de l'entreprise;
  • 2000 : Services de consultation et de support en logiciels Open Source;
  • 2001 : Ouverture d'un centre de formation à Montréal;
  • 2004 : Signature d'un partenariat avec Novell pour la formation. Lancement du projet SFLPhone ;
  • 2005 : Signature de partenariats avec LPI, Sophos, Open-Xchange. Ouverture d'un centre de formation à Québec;
  • 2006 : Signature de partenariats avec Red Hat et Zabbix, ouverture du bureau de Québec;
  • 2007 : Signature de partenariats avec Ubuntu, Compiere, Zimbra, Scalix, ouverture du centre de formation d'Ottawa;
  • 2008 : Signature d'un nouveau partenariat avec Novell, ouverture du bureau d'Ottawa. Lancement du projet SFLvault;
  • 2009 : Obtention de la certification ISO 9001:2008
  • 2011 : Obtention de la certification ISO 14001:2004

Personnes clés[modifier | modifier le code]

  • Cyrille Béraud (président)
  • Christophe Villemer (vice-président exécutif)
  • Anick Tardif (directrice, bureau de Québec et solutions web)
  • Jérôme Oufella (vice-président technologies)
  • Sven Werlen (vice-président solutions d'entreprises)

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

  • Pierre Asselin (9 mars), « Contrat sans appel d'offres: perdu d'avance, dit Savoir-faire Linux », Le Soleil,‎ (lire en ligne).
  • Pierre Asselin (10 mars), « RRQ c. Savoir-faire Linux: premier procès «twitté» au Québec », Le Soleil,‎ (lire en ligne).
  • Pierre Asselin (3 juin), « RRQ c. Savoir-faire Linux: premier procès «twitté» au Québec », Le Soleil,‎ (lire en ligne).
  • Yves Therrien, « Nouveaux locaux, nouvelle accréditation et nouveau contrat pour Savoir-Faire Linux », Le Soleil,‎ (lire en ligne).
  • Mathias Marchal, « Dans l’antre de Savoir-faire Linux », Métro,‎ (lire en ligne).
  • Jean-François Ferland, « Contrat international et expansion européenne pour Savoir-faire Linux », Direction Informatique,‎ (lire en ligne).
  • Benjamin Jébrak, « Accord de partenariat entre BlueMind et Savoir-faire Linux », Direction Informatique,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]