Asterisk (logiciel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Asterisk
Description de l'image Asterisk logo4.png.

Informations
Créateur Mark Spencer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Développé par Mark Spencer
Digium
Contributeurs
Première version [1],[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version 17.1.0 ()
Version avancée 15.0.0 beta1 ()[3]
17.0.0-rc1 ()[4]
17.0.0-rc3 ()[5]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dépôt gerrit.asterisk.org/asteriskVoir et modifier les données sur Wikidata
Écrit en C
Système d'exploitation Multiplateforme et UnixVoir et modifier les données sur Wikidata
Environnement GNU/Linux
Type Voix sur IP (VoIP)
Licence Double licence: GNU GPLv2 et commerciale
Site web asterisk.org

Asterisk est un autocommutateur téléphonique privé (PABX) libre et propriétaire (publié sous double licence GPLv2 ou commerciale[6]) pour systèmes GNU/Linux. Il permet, entre autres, la messagerie vocale, les files d'attente, les agents d'appels, les musiques d'attente et les mises en garde d'appels, la distribution des appels. Il est possible également d'ajouter l'utilisation des conférences par le biais de l'installation de modules supplémentaires et la recompilation des binaires.

Asterisk implémente les protocoles H.320, H.323 et SIP, ainsi qu'un protocole spécifique nommé IAX (Inter-Asterisk eXchange). Ce protocole IAX permet la communication entre deux serveurs Asterisk ainsi qu'entre client et serveur Asterisk. Asterisk peut également jouer le rôle de registrar et passerelle avec les réseaux publics (RTC, GSM, etc.) Asterisk est extensible par des scripts ou des modules en langage Perl, C, Python, PHP, et Ruby.

Historique[modifier | modifier le code]

Asterisk est conçu en 1999, créé par Mark Spencer (en), alors étudiant de l'université d'Auburn (États-Unis - Alabama). À la recherche d'un commutateur téléphonique privé pour créer un centre de support technique sur Linux, il est dissuadé par les tarifs trop élevés des solutions existantes, et décide de se créer son propre routeur d'appels sous Linux, le PBX Asterisk. Quelque temps après, il fonde la société Digium, fournisseur de cartes FXO et FXS compatibles avec Asterisk.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Asterisk comprend un nombre très élevé de fonctions permettant l'intégration complète pour répondre à la majorité des besoins en téléphonie. Il permet de remplacer totalement, par le biais de cartes FXO/FXS, un PABX propriétaire, et d'y adjoindre des fonctionnalités de VoIP pour le transformer en PBX IP. Il permet également de fonctionner totalement en VoIP, par le biais de téléphones SIP ou IAX du marché. Enfin, des fonctionnalités de routage d'appel, menu vocal et boites vocales — entre autres — le placent au niveau des PBX les plus complexes. Au sein des grandes installations d'Asterisk, il est courant de déployer les fonctionnalités sur plusieurs serveurs. Une unité centrale ou plus seront dédiées au traitement des appels et seront épaulées par des serveurs auxiliaires traitant les tâches secondaires (comme une base de données, les boîtes vocales, les conférences).

Des modules tiers permettent de visualiser ou paramétrer le PBX via une interface Flash ou via un client léger.

Enfin, une distribution particulière d'Asterisk, trixbox (anciennement Asterisk@home), est dédiée au PBX léger sur un réseau domestique. Trixbox propose avec deux versions : CE et PRO. trixbox en profite également pour distribuer un PC industriel au format 19" équipé de disques RAID et d'un panneau LCD en face avant[réf. nécessaire].[Passage à actualiser]

Interopérabilités[modifier | modifier le code]

Interopérabilités avec la téléphonie traditionnelle via E&M, E&M Wink, Feature Group D, FXS, FXO, GR-303, Loopstart, Groundstart, Kewlstart, MF, DTMF et Robbed-bit Signaling (RBS).

Asterisk permet aussi l'interopérabilité matérielle avec RTC, RNIS, Wi-Fi, Ethernet, Bluetooth et les cartes de son.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jim Van Meggelen, Jared Smith et Leif Madsen, Asterisk : la téléphonie Open Source, Paris, O'Reilly, , 414 p. (ISBN 978-2-84177-394-7)

En savoir plus[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]