Série 53 (SNCB)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Série 53 (ex type 203)
Description de cette image, également commentée ci-après
La 5311 sur les voies de l'atelier de Stockem
Identification
Exploitant(s) SNCB
Désignation HLD série 53
(type 203 jusqu'en 1970)
Surnom gros nez
Type locomotive
Motorisation Diesel
Concepteur General Motors Electro-motive division (EMD)
Construction 1955
Constructeur(s) Anglo-Franco-Belge (AFB)
No  de série 5301-5320
(203.001 - 203.020)
Effectif 20
Retrait 2002 (électrification de l'Athus-Meuse)
Préservation ~10 (en attente de revente ou ferraillage)
Caractéristiques techniques
 Cylindres 16
Carburant diesel
Moteur thermique 567C (GM)
Transmission diesel-électrique
Puissance continue 1265 kW
Effort de traction 245 kN
Masse en service 108 t
Longueur 18,85 m
Largeur 2,94 m
Hauteur 4,237 m
Empattement 10,30 m
Bogies Co'Co'
Diamètre des roues Ø1010
Vitesse maximale 120 km/h

La série 53 est une série de locomotives diesel de la SNCB. Ensemble avec les séries 52 et 54, elles forment un ensemble de 40 motrices qualifiées de « gros nez », eu égard à leur silhouette. De conception américaine (brevet General Motors - EMD), elles comptent de nombreuses cousines fabriquées en Suède par nohab pour les chemins de fer hongrois (MÁV) : série M61, danois (DSB) : séries MX et MY, Norvégiens (NSB) : série Di3. Leur conception est largement dérivée de la classe B des chemins de fer du Victoria (Australie), construite elles aussi sous licence EMD.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Après la Seconde Guerre mondiale, les moyens de traction à la SNCB sont composés d'une majorité de locomotives à vapeur, de quelques automotrices électriques pour l'exploitation de la ligne Bruxelles - Anvers et d'autorails diesel de première génération. Il apparait toutefois rapidement que la traction diesel qui se généralise aux États-Unis permettrait d'augmenter l'efficacité du matériel tracteur.
  • En 1954, une commande de 40 motrices fut passée, répartie en deux sous-séries : 22 série 52 (à l'époque, type 202), aptes à la chauffe des voitures voyageur, et 18 série 53 (à l'époque, type 203), dépourvues de chaudière vapeur.
  • Les livraisons s'opèrent rapidement. Dès 1955, les machines sont livrées. Les 4 dernières série 52 seront revendues aux CFL (dont la SNCB est l'un des actionnaires). Les 4 précédentes seront modifiées pour en augmenter la vitesse maximale et formeront la première tranche de la série 54.
La 5320 en 1990, avant qu'elle ne soit transformée en « cabine flottante »
  • Au début des années 1980 débute le remplacement des cabines rondes par des « cabines flottantes » (dénomination liée à la présence d'une couche d'amortissement en caoutchouc) dans laquelle le conducteur, désormais placé à gauche, domine mieux la voie.
  • La gestion du parc de « gros nez » est très flexible. À y regarder de près, certains bogies portent le numéro d'une autre machine (ce qui réduit la durée de maintenance en recourant aux bogies de machines immobilisées pour anticiper les interventions sur d'autres motrices). En outre, plusieurs machines sont passées d'une sous série à l'autre, et ont parfois subi plusieurs mutations, correspondant au montage ou au démontage d'une chaudière vapeur pour le chauffage des rames. En fin de carrière, ces chaudières ne furent plus entretenues, faute d'usage et plutôt que de réaffecter ces motrices à la série 53, leur matricule fut précédé d'un point (une "boule" en jargon SNCB) indiquant l'absence de capacité de chauffage.
  • En 2002, l'inauguration de la ligne Athus-Meuse rénovée, et surtout électrifiée les privent de leurs principales activités, après 45 ans de bons et loyaux services. Elles sont uniquement affectées pour quelque temps encore au dépôt de Stockem, pour les desserte locales de la papeterie « Burgo Ardennes » de Harnoncourt ou de l'usine « Valvert » de Etalle notamment. L'arrivée des série 77 à Stockem sonne le glas des gros nez et provoque leur mise en parc. Les machines qui n'ont pas besoin de gros travaux d'entretien finiront comme « bêtes de somme » sur les chantiers de la LGV2 ou du RER.
  • Un nombre très réduit de motrices termine en 2009 sa carrière sur le chantier de réélectrification de la ligne 162 Luxembourg - Arlon. L'électrification du hiatus ferroviaire entrer Montzen et Aix-la-Chapelle (ligne 24) libère les locomotives de la série 55 de leur dernier service régulier. Celles-ci viennent remplacer les quelques série 53 qui assuraient ce dernier service de travaux.
  • Les machines sont ensuite mises en parc dans l'attente d'une éventuelle offre de rachat. Début 2013, la SNCB a eu besoin de capacité d'entreposage à la suite de la radiation anticipée des séries 11.8 et 12. Quelques-unes ont été acquises par l'association PFT, dont la 5215 pour conservation et d'autres pour pièces, alors que le ferraillage des autres a commencé en avril[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • Ces motrices sont toutes radiées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]